Dimanche 9 août 2020
Barcelone
Barcelone

KARIBEAN SPRING BREAK – "Ta première orgie en Espagne" vendue aux petits Français

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 10/04/2016 à 22:00 | Mis à jour le 06/01/2018 à 21:10

Le Karibean Springbreak (KSB) est un marathon de 4 jours et 4 nuits de fête démesurée pour étudiants étrangers dans la ville de Salou. Le concept du festival est un mélange de l'ambiance caliente des fêtes caribéennes et du fameux springbreak, cette pause festive et printanière réalisée par les étudiants anglons-saxons. L'événement qui avait rassemblé 2000 fêtards l'année dernière lors de sa première édition revient du 5 au 8 mai 2016 dans la célèbre station balnéaire catalane.

Quelques jours à peine après la dernière session du Saloufest, la semaine de fêtes et beuveries dédiée aux étudiants britanniques, c'est au tour des jeunes Français de profiter de leur springbreak, au grand désespoir des habitants de Salou. Pour un prix unique de 275 euros par personne, les étudiants peuvent profiter d'un séjour dans un hôtel avec piscine proche des bars et de la plage, avec diners et brunchs à volonté, d'activités festives et de sorties, de trois soirées en discothèque avec les meilleurs Dj caribéens du moment, et surtout d'une bonne dose d'alcool et, les participants l'espèrent, de sexe.

 


Une promesse : des vacances 100% caliente
Sur la page web de l'événement organisé par Deejay Events, on promettait aux jeunes de vivre à l'occasion du KSB 2016 "ta première orgie en Espagne", leur assurant "une belle opportunité de s'envoyer en l'air ni vu ni connu avec l'ivresse comme prétexte". Des phrases qui ont rapidement été retirées du support suite à la polémique qu'elles ont suscitée. Mais que les jeunes fêtards à libido sur-boostée se rassurent, le Karibean Spring Break n'a en rien abandonné ses visées luxurieuses. Pour convaincre les vacanciers, les organisateurs promettent des monokinis et bikinis à perte de vue, en demandant aux demoiselles d'apporter leurs maillots les plus "beaux et sexys" et conseillant aux jeunes hommes d'apporter? des bavoirs. Et attention : jeu de mots : dans le "guide du bon spingbreaker" publié sur la page de l'événement, le 11e commandement assure même que "une bonne springbreakeuse n'a pas peur d'être mouillée ou de mouiller"... De quoi rassurer tous les parents qui envoient leurs filles en vacances à Salou le mois prochain. Le fameux guide fait néanmoins preuve de prévoyance puisque son quatrième amendement reconnaît que "un(e) bon(ne) springbreakeur(se) a son stock de préservatifs".

Des activités diverses pour occuper les jeunes vacanciers
Les organisateurs ont pensé à tout pour que les étudiants étrangers passent un séjour des plus plaisants et renouvellent l'expérience l'année prochaine. En complément des fêtes programmées en discothèques et des soirées de beuveries qui constituent la partie centrale du festival, les jeunes fêtards ont accès avec leur formule à cinq activités durant leur séjour pour occuper leurs après-midi. La Karibean Splash lance les festivités lors d'une fête colorée où sont propulsées des poudres de peinture sur fond de musique caribéenne. Les participants pourront aussi profiter d'une virée en mer sur le Karibean Boat ou d'une fête avec de la mousse dans le Karibean Garden. Les plus intrépides pourront s'amuser lors de sorties au célèbre parc d'attraction Port aventura ou au parc aquatique Aquapolis. Enfin, les jeunes filles pourront se faire chouchouter, masser ou maquiller grâce au programme solamente chicas.

Trois soirées de folie dans une ambiance caribéenne
Ce springbreak est réalisé sous le signe des Caraïbes et les soirées de Salou durant le festival promettent de reproduire l'ambiance endiablée des fêtes des îles. Chaque soir durant le festival est organisée une soirée à thème dans l'une des discothèques de la ville : au programme, soirée "Karibean farmer" le jeudi 5 mai, soirée "Candyland" le vendredi 6 mai et enfin soirée "Jungle beach, attrape ma liane" (re-jeu de mot) le samedi 7 mai pour clôturer l'événement en beauté. Au total seize deejays se relaieront pour ambiancer les étudiants étrangers tout au long de ces 4 jours de Karibean Spring break avec leurs sonorités hiphop, dancehall, afrobeat et même reggae : le dj guyanais Dj Kenvybz, le phénomène antillais Dj Killerz, Dj Bones qui a percé à Londres, le spécialiste de la musique soca Dj Spiceman et d'autres célèbres deejays caribéens comme Payton ou Dj GregMadnow.

Les jeunes fêtards sont ravis, les locaux beaucoup moins
La ville de Salou s'est convertie ces dernières années en destination idéale de tourisme de beuverie pour jeunes européens. Une situation qui commence à irriter les habitants qui voient chaque année leur commune se transformer en discothèque géante et leurs rues en toilettes publiques à ciel ouvert. Juste après le fameux Saloufest qui a vu passer près de 8000 jeunes Britanniques en état d'ébriété, l'annonce du Karibean Spring Break pour le mois prochain fait grincer des dents les locaux qui eux ne seront pas en vacances cette semaine là. Du côté de la mairie, il semblerait que ce type d'événement commence à déranger, notamment à cause de l'image négative de la station balnéaire qui est véhiculée par les médias via les images de ces événements. En effet, la mairie aurait essayé de convaincre cette année l'entreprise organisatrice du Saloufest de ne pas le mettre en place. Une tentative qui n'a pas porté ses fruits. A l'annonce du Karibean Spring Break, le responsable du tourisme de la ville Juan Carlos Capilla a déclaré que la mairie "est totalement contre ce pack car il attaque directement notre stratégie de promotion de la ville comme destination familiale et sportive", comme le rapporte le diari mes digital. Pourtant, les événements faisant l'apologie du tourisme de l'alcool et du sexe, qui représentent un véritable marché pour les professionnels de l'événementiel, ne cessent d'être organisés à Salou.

Perrine LAFFON (www.lepetitjournal.com - Espagne) Lundi 11 avril 2016
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile viaItunes ou via Google Play

 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Barcelone

Madrid Appercu
#MAVIEDEXPAT

L’Espagne sans clichés: la vie quotidienne, de l’entrain à la détente

Analena Maury propose une série de 5 analyses pour découvrir des grands traits -mais également des aspects moins évidents- du caractère espagnol, de la vie quotidienne et des codes du monde du travail

Sur le même sujet