CYBER-ATTAQUES - L'Espagne, parmi les pays les plus touchés

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 15/05/2017 à 22:00 | Mis à jour le 16/05/2017 à 08:22

Nouveau type de menace pour nos sociétés, la cyber-attaque est un problème de plus en plus fréquent, d'autant plus que l'essentiel des échanges et des activités des individus, comme des entreprises, passe par Internet. La péninsule est particulièrement touchée par les cyber-attaques l'obligeant à développer des organismes et des mesures pour prendre en charge ce problème. Retour sur les conséquences de la cyber-attaque de la semaine dernière pour faire un point sur la situation espagnole.

(photo domaine public) Vendredi dernier, l'Espagne a connu une cyber-attaque très importante, touchant de nombreuses entreprises comme Telefónica, Vodafone ou encore Iberdrola, mais aussi plusieurs institutions. Ce qui ne semblait au départ n'être qu'un problème national a également touché de nombreux autres pays du monde, en faisant selon le directeur d'Europol (l'office européenne de police), Rob Wainwright, "une attaque atteignant des niveaux sans précédent". Ce sont aussi les États-Unis, l'Italie, la Russie, le Royaume-Uni, et notamment son système de santé, ou encore la France (usine Renault) qui ont subi de plein fouet cette cyber-attaque. Elle s'est réalisée par le biais d'un logiciel software, plus connu sous le nom de Wannacry, qui consiste en une séquestration des données et des archives des ordinateurs contaminés. Les données sont ainsi cryptées et deviennent inaccessibles pour les usagers. 

Les conséquences de cette cyber-attaque
Plusieurs entreprises et institutions ont été les cibles de cette attaque. Afin d'en prendre la mesure mais aussi de rassurer la population, le Centre National de Protection des Infrastructures Critiques (CNPIC), organisme qui dépend du ministère de l'Intérieur, a évalué la situation. Après analyse, il s'avère que la provision des services essentiels de la péninsule (énergie, transports, système financier...) n'ait pas été affectée. Toutefois, la surveillance reste active comme le mentionne une note informative de la Moncloa. Le ministre de l'Intérieur, Juan Ignacia Zoido, a déclaré: "Il n'y a eu, d'après ce que l'on sait, aucun type de soustraction d'informations pouvant porter atteinte à l'intimité des personnes ni au contenu des données des entreprises". Il a également fait l'éloge des contrôles opérés par le CNPIC, par les entreprises et les administrations publiques.

L'Espagne, une cible majeure des cyber-attaques
En 2016, l'Institut National de Cyber-sécurité (Incibe) a recensé 115.000 incidents informatiques contre des entreprises spécialisées en Espagne, soit une augmentation de 130% par rapport à 2015 où ils étaient au nombre de 50.000. Avec ces chiffres, on constate que la péninsule est le troisième pays le plus touché au monde par les cyber-attaques derrières les États-Unis et le Royaume-Uni. D'autre part, sur les 12 derniers mois, trente-deux grandes et moyennes entreprises ont reconnu avoir subi au moins une attaque informatique selon le rapport International Business Report de Gant Thonton. En quatre ans, les cyber-attaques sur les infrastructures critiques ont été multipliées par vingt. On est ainsi passé de 17 en 2013, à 134 en 2015, puis à 300 en 2016 d'après les données du CNPIC. Les cyber-attaques liées au terrorisme sont également en constante augmentation. En deux ans, elles ont connu une hausse de 788%. Il s'agit d'une nouvelle menace qu'il faut s'attacher à prendre en considération. 

Les plans d'action pour protéger l'Espagne de ces attaques
L'Espagne bénéficie de plusieurs mesures pour assurer la protection de la population comme des infrastructures. En effet, le Centre Cryptologique National assure une mission de protection mais aussi de conseil. Dans le cadre de la cyber-attaque de la semaine passée, il a notamment publié des notes à destination de la population sur le comportement à adopter pour éviter des nouvelles contaminations (faire les mises à jour des logiciels, éviter de se connecter au réseau). Il également publié un rapport permettant d'avoir de l'information sur le virus (comment il prend possession des données, quelles sont ses caractéristiques), sur les manières de le détecter ainsi que sur le processus de désinfection. De même, dans son rapport Cyber-menaces 2015/Tendances 2016, il a élaboré une liste des principaux cyber-ennemis du pays (Chine, Russie, hackers, terroristes, groupes djihadistes ou encore organisations privées souhaitant vendre de l'information) pour identifier les menaces. Les entreprises, quant à elles, réalisent également des investissements pour protéger leurs propres informations.  

Clémentine COUZI (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mardi 16 mai 2017
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale