Dimanche 19 mai 2019
Barcelone
Barcelone
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CIRCULATION - 65 heures par an dans les embouteillages à l'entrée de Barcelone

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 28/09/2016 à 22:00 | Mis à jour le 28/09/2016 à 15:21

La compagnie d'assistance automobile catalane RACC a étudié l'évolution de la circulation et des embouteillages à Barcelone. Le traffic s'intensifie de manière précipitée aux alentours de la ville depuis la reprise économique. La RACC alerte sur la nécessité de prendre des mesures pour les années à venir.

(photo domaine public) Le rapport La congestión en los corredores de acceso a Barcelona publié cette semaine quantifie les niveaux d'embouteillages automobiles aux entrées de Barcelone et en analyse les conséquences. L'étude se concentre sur le traffic observé aux heures de pointes sur 392 kilomètres de réseau routier d'accès à Barcelone, entre 2006 et 2016. Les chiffres montrent une baisse du traffic routier (-9%) sur cette période, qui s'expliqueraient par le passage de la crise économique (-7% de travailleurs enregistrés à la sécurité sociale). Mais attention, avec la reprise, le traffic routier se densifie de plus belle : les embouteillages sur ces routes ont augmenté de 28% en 2015.

Les zones qui posent problème
Les routes engorgées sont les voies rapides d'accès à la capitale catalane, depuis les zones du Valles oriental, Valle occidental, Maresme, Baix Llobregat et Delta Llobregat. Quatre entrées de Barcelone concentrent à elles seules le plus grand volume de véhicules selon l'étude : la route A2 (de Pallejà à Barcelone), la B-23 (de Molins de Rei à Barcelone), C-58 (de Terrassa à Barcelone) et la B-20 nord (de Montgat à Nus de la Trinitat). Ce sont en effet les routes qui relient Barcelone à des communes qui hébergent 80% des personnes qui se rendent tous les jours à Barcelone pour travailler. On y constate des pics de circulation très intenses aux heures d'entrée et de sorties des travailleurs dans la capitale catalane : entre 7h30 et 9h30 et entre 17h30 et 19h30. À 8h15 du matin, 51% des routes d'accès à Barcelone seraient saturées. 62% du trafic est concentré sur six heures de la journée (de 7h à 10h et de 17h à 20h), et 36% rien qu'entre 8h et 9h.  

200 000 personnes perdent près de trois jours par an
En moyenne, 115 000 véhicules seraient concernés tous les jours par ces embouteillages. Cela représente 18% de l'ensemble des 640 000 véhicules qui circulent au quotidien sur ces axes. À l'intérieur, 200 000 personnes perdraient une partie de leur journée enfermées dans les bouchons : 22% sont des passagers d'autobus et 78% sont des automobilistes ou des passagers de véhicules privés. Le temps passé dans les embouteillages par les usagers circulant en heure de pointe (entre 8 et 9h) sur l'ensemble du réseau d'accès à Barcelone est de 80 minutes par semaine en moyenne. Soit 65 heures par an en moyenne pour ceux qui y sont confrontés tous les jours, l'équivalent de près de 3 journées. Mais le temps perdu dans les embouteillages varie en réalité d'une route à l'autre, de 5,5 minutes par jour sur la C-31 ou la C-32 sud, jusqu'à 32,7 minutes quotidiennes sur les "rondes", les périphériques d'accès à la ville.

Un coût de 685 euros par an
La RACC calcule que le coût des embouteillages barcelonais s'élèvent à 0,55 million d'euros par jour, soit 137 millions d'euros par an. Cela représente 0,1% du PIB espagnol. Les zones de Barcelonès, Vallès Occidental et Baix Llobregat représentent 70% de cette dépense. Si l'on rapporte ces chiffres aux 200 000 usagers concernés, le coût annuel des embouteillages est de 685 euros par personne. 

Des mesures nécessaires en urgence
À travers cette étude, la RACC tire la sonnette d'alarme : avec la reprise et l'augmentation du traffic routier aux portes de Barcelone, les embouteillages augmenteront encore de 50% si des mesures ne sont pas prises dès maintenant. L'organisme liste une série de recommandations à mettre en place pour que la circulation soit fluidifiée : des investissements publics dans l'amélioration des services de Rodalies ; la création de "Bus-VAO low cost" pour la B-23 et la C-31 Maresme ; une amélioration et un développement des services de parking Park&ride qui permettent de laisser son véhicule en périphérie pour rejoindre facilement le centre-ville ; une augmentation générale des services de transports publics ; une consolidation de la ligne ferroviaire transversale du Valles ; ou encore la création d'une voie spéciale réservée à la circulation des camions vers le port et sa zone logistique. 

Perrine LAFFON  (www.lepetitjournal.com - Espagne) Jeudi 29 septembre 2016
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter
Téléchargez notre application pour téléphone mobile viaItunes ou via Google Play

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet