TEST: 2238

VEUVE NOIRE – La police s'inquiète du sort de trois ex-amants japonais

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 02/11/2014 à 23:00 | Mis à jour le 26/09/2018 à 03:51

Les policiers thaïlandais continuent de fouiller dans le passé "sentimental" de Pornchanok Chaiyapa et celui de son ancien mari après leurs aveux du meurtre de deux Japonais de 79 et 57 ans ayant partagé la vie de la Thaïlandaise de 47 ans. Elle aurait eu dans sa vie cinq Japonais. Les autorités cherchent à savoir si les trois autres sont toujours en vie.

La police a pris contact la semaine dernière avec l'ambassade du Japon à Bangkok pour obtenir des informations sur les précédents compagnons de la veuve noire de Samut Prakarn, Pornchanok Chaiyapa. Alors qu'elle et son ex-mari Somchai Kaewbangyang sont inculpés du meurtre de son dernier amant, un Japonais de 79 ans, et suspectés d'avoir liquidé un précédent époux il y a onze ans, lui aussi japonais, Porchanok aurait avoué avoir connu en tout cinq ressortissants japonais, dont les deux décédés.

Dans un article paru en début de semaine dernière, le Bangkok Post avait révélé l'existence d'au moins deux amoureux déçus ayant laissé trace via leurs plaintes. L'un se plaint dans un courrier récupéré par la voisine de Pornchanok que cette dernière avait fui avec  trois millions de bahts lui appartenant. L'autre, un homme d'affaires, a porté plainte contre elle au commissariat de Thong Lor, à Bangkok, pour détournement d'argent.

Les autorités cherchent maintenant à savoir s'ils sont toujours en vie, selon le chef adjoint intérimaire de la police nationale, Suveera Songmetta, cité par le Bangkok Post.

L'enquête avance également du côté de la mort en 2003 de Katsutoshi Tanaka, ex-mari de l'accusée.
Les policiers se sont rendus jeudi soir sur les lieux du décès du Japonais, à Samut Prakan.
Ils étaient accompagnés du témoin clé de l'enquête: Somsak Sae Lim, petit frère de Somchai, le prétendu ex-mari de Pornchanok.

Selon un rapport de la police, Somsak a expliqué avoir vu Somchai faire tomber Tanaka du haut des escaliers puis presser son cou contre une marche avec son pied pendant un quart d'heure, jusqu'à sa mort.
Somchai aurait ensuite appelé son frère et Pornchanok pour l'aider à positionner le corps de manière à faire croire à une chute.

Mathilde JAGER lundi 3 novembre 2014
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale