Un tremblement de terre de magnitude 6.8 en Birmanie, 60 morts

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 24/03/2011 à 00:00 | Mis à jour le 22/02/2019 à 03:47

Un séisme de magnitude 6.8 a frappé l'est de la Birmanie, hier vers 21h, heure locale, faisant au moins 60 morts. Des secousses ont été ressenties en Chine, au Vietnam et jusqu'à Bangkok, située à plus de 800 kilomètres de là. Plusieurs dizaines d'immeubles se sont effondrés près de l'épicentre, et les autorités birmanes s'attendent à voir le bilan s'alourdir

Au moins 60 personnes ont été tuées et des dizaines de bâtiments détruits des suites d'un puissant tremblement de terre de magnitude 6.8 sur l'échelle de Richter qui a secoué la Birmanie, près de la frontière thaïlandaise. L'épicentre du séisme, qui s'est produit à une profondeur d'une dizaine de kilomètres, a été localisé près des frontières avec la Thaïlande et le Laos, à 90 kilomètres au nord de Chiang Rai et 235 kilomètres de Chiang Mai (nord-est de la Thaïlande).

Un officiel birman a fait savoir que le bilan des morts avait atteint 60 victimes dans la zone proche de l'épicentre dont les municipalités de Tarlay, Mine Lin, et Tachilek, et que 240 bâtiments s'étaient éffondrés. "Cinq monastères et 35 immeubles se sont effondrés dans la [seule] ville de Tarlay," a-t-il déclaré, sous couvert d'anonymat. 90 personnes ont été blessées dans cette zone. Les autorités essayent toujours d'atteindre certains lieux isolés et confirment que la route principale a été fermée après avoir été endommagée par le séisme. Le centre météorologique thaïlandais rapportait ce matin avoir enregistré six répliques de forte magnitude.

Dans la ville de Tachilek, un habitant disait encore ressentir des secousses alors qu'il parlait à l'AFP, hier soir. "Nous devons nous coucher par terre. Les autorités locales préviennent les gens avec des haut-parleurs de rester hors des bâtiments," a-t-il confié aux journalistes. "Nous avons vraiment peur de rester à l'intérieur de nos maisons ce soir."

De l'autre côté de la frontière, dans la province thaïlandaise de Chiang Rai, juste en face de Tachilek, une femme de 52 ans est morte écrasée par le mur de sa maison dans le district de Mae Sai, où l'électricité et la couverture téléphonique mobile ont été momentanément coupées. Un officier de police a précisé à l'AFP que la maison était de construction incertaine et fragile et n'avait pu résister au séisme.

Le gouverneur de Chiang Rai, Somchai Hatayatanti, a déclaré que la réplique, mesurée à 5.4, avait été "plutôt sérieuse" et qu'il avait fait évacuer les gens des hauts immeubles et ordonné que tous les patients de l'hôpital de Mae Sai soient transférés à Chiang Rai.

Secousses fortement ressenties dans les immeubles de Bangkok

Le séisme a été ressenti sur une large partie de la péninsule indochinoise. Des secousses ont été perçues dans des immeubles élevés de la ville de Bangkok située à plus de 800 kilomètres. Dans les minutes qui ont suivi le tremblement de terre, plusieurs personnes se trouvant dans des immeubles dans les quartiers de Sathorn ou encore Asoke, le plus souvent au-dessus du 15e étage, témoignaient sur Twitter ou Facebook de la force des secousses, tandis que de nombreux autres rapportaient au contraire n'avoir rien ressenti. Les scientifiques expliquent que le sol argileux souple sur lequel repose Bangkok a pour propriété d'absorber les ondes sismiques. Il les ralentit tout en augmentant l'amplitude, ce qui fait que les secousses se font surtout ressentir dans les bâtiments élevés.

En Chine, dans la province du Yunnan, les villageois dans un rayon 40 kilomètres de la frontière birmane ont rapporté que les immeubles se balançaient pendant une minute, selon l'agence nationale chinoise Xinhua. Plus de 350 étudiants et enseignants ont été évacués d'une école dans le comté de Menghai, toujours dans le Yunnan, après que des fissures ont apparu sur les bâtiments, rapportait Xinhua.

Au Vietnam, le directeur adjoint du Département de contrôle des secousses sismiques, Dinh Quoc Van, a indiqué que la secousse avait été identifiée à 5 sur l'échelle de Richter à Hanoï, et à 6 dans la ville de Dien Bien Phu, au nord-ouest du pays. Quelques habitants ont semble-t-il paniqué dans un quartier de Hanoï. "L'eau du bassin à poisson a commencé à déborder", a témoigné Nguyen Thi Hong Hanh, 36 ans, qui vit au 10e étage. "Nous nous sommes précipités dehors comme tous les autres habitants de l'immeuble".

Aucune alerte au tsunami n'a été émise, les sismologues estimant que la secousse tellurique s'était produite trop loin à l'intérieur des terres pour déclencher un raz-de-marée.

Pierre QUEFFELEC avec AFP jeudi 24 mars 2011 

 

Bangkok secoué par deux séismes éloignés en 2007

En 2007, Bangkok avait ressenti par deux fois de fortes secousses sismiques qui avaient provoqué la panique parmi les occupants des hauts immeubles. Les séismes étaient pourtant localisés à plus de 700 kilomètres de là. Le 15 mai 2007, Bangkok avait ressenti les échos d'un séisme de 6,1 sur l'échelle de Richter qui avait secoué le triangle d'or au Laos (voir plus bas). Le 12 septembre de la même année, c'était une secousse mesurée à 7,9 et localisée au Sud-ouest de Sumatra (voir plus bas) qui avait fait trembler les tours de la capitale thaïlandaise. Quelques jours après le séisme du 12 septembre, le gouvernement avait annoncé le classement de 12 provinces supplémentaires incluant Bangkok en zones à risque sismique s'ajoutant aux 10 provinces déjà classées. Les provinces considérées comme étant soumises à un risque sismique sont Chiang Mai, Chiang Rai, Tak, Nan, Phayao, Prae, Mae Hong Son, Lampang, Lamphun et Kanchanaburi, Bangkok, Nonthaburi, Pathum Thani, Samut Sakhon, Krabi, Chumphon, Phan Nga, Phuket, Ranong, Songkla, Surat Thani.

 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale