Lundi 17 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Un docu thaïlandais plonge dans l’univers impitoyable de la K-Pop

Par AFP | Publié le 11/10/2018 à 00:00 | Mis à jour le 11/10/2018 à 10:58
Photo : Handout / BIFF / AFP - Une scène du documentaire "BNK48 : Girls don't cry", présenté au festival du film de Busan en Corée du Sud
Documentaire idoles K-pop

Un documentaire présenté au festival du film de Busan, en Corée du Sud, offre une plongée inédite dans la vie des idoles d'un groupe de K-Pop thaïlandais, et montre, loin des sourires et musiques acidulés, un impitoyable processus de sélection.

Le réalisateur thaïlandais Nawapol Thamrongrattanarit n'y a d'abord pas cru quand il a reçu l'autorisation de filmer les coulisses des BNK48, un des plus célèbres groupes de K-Pop d'Asie, un univers à la communication habituellement très aseptisée.

Dans des interviews individuelles alternant avec des séquences sur scène et en coulisses, les jeunes chanteuses thaïlandaises décrivent une "compétition assez sombre entre membres", les sacrifices traversés pour être sélectionnées, leurs longs entraînements quotidiens.

Elles évoquent aussi la hiérarchie au sein du groupe, entre les "prima donna" réclamées sur les multiples évènements promotionnels dont les groupes de K-Pop tirent de conséquents revenus et celles reléguées au rang de doublures.

Une des scènes les plus poignantes du documentaire "BNK48: Girls Don't Cry" montre une de ces doublures dansant en coulisses en se berçant de l'illusion qu'elle fait partie du show en cours sur scène.

"Il faut affronter la réalité de la vie", explique Jib, 14 ans, parlant avec la maturité d'une quadragénaire.

Le documentaire "BNK48: Girls Don't Cry" retrace l'odyssée de ce groupe qui compte désormais des centaines de millions de fans en Asie, créé sur le modèle du groupe japonais de K-Pop AKB48.

Jusqu'ici les documentaires sur les idoles pop asiatiques, souvent totalement inconnues en Occident alors même qu'elles déplacent les foules de groupies en Asie, étaient toujours très contrôlés par les managers.

- "Comme une thérapie" -

Mais ici le réalisateur thaïlandais a pu se plonger dans la vie de ces jeunes filles, sans fard. "Généralement, ces idoles pop sont soigneusement coachées et ne disent que des choses insignifiantes dans les médias", explique le réalisateur, un des plus prometteurs de Thaïlande.

"Mais elles ont tout de suite commencé à nous parler de la réalité, des difficultés et des pressions pesant sur elles", ajoute-t-il, dans un entretien avec l'AFP au festival de Busan, en Corée du Sud, le plus gros festival de cinéma d'Asie.

"On ne m'a imposé aucune restriction", assure Nawapol, qui chronique habituellement dans ses films de fiction la vie des jeunes Thaïlandais confrontés aux défis de la modernité.

"J'ai juste assis les membres du groupe devant la caméra et nous avons commencé à parler. Pour elles, c'était comme une confession, une thérapie", décrit-il.

Une des membres du groupe explique ainsi avoir auditionné juste parce que c'était le rêve de sa mère, une autre parce qu'une diseuse de bonne aventure lui avait prédit qu'elle deviendrait une star un jour, une autre encore par crainte d'une vie vécue dans l'anonymat.

"N'être personne, c'est effrayant", confie Korn, 19 ans.

Le poids des réseaux sociaux est également mis en lumière, les performances en termes de "like" de chacune des membres du groupe étant suivies à la loupe.

"On a l'impression d'être pourchassées tout le temps", explique Pun, 17 ans, évoquant la difficulté d'avoir à engranger sans cesse des followers.

Le film, qui s'est taillé un succès remarquable en Thaïlande pour un documentaire, s'est retrouvé sélectionné au 23ème festival international du film de Busan.

Pendant les douze mois où le réalisateur les a suivies, les changements opérés chez cette vingtaine de filles de 12 à 22 ans sont impressionnants.

"J'aimerais revenir vers elles dans cinq ans et voir où la vie les a emmenées", ambitionne Nawapol.
 

0 Commentaire (s)Réagir