Samedi 25 septembre 2021
TEST: 2238

La Thaïlande pourrait bientôt exiger des demandeurs de visa O-A une assurance Covid

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 17/06/2021 à 00:00 | Mis à jour le 17/06/2021 à 04:18
Photo : LPJ Bangkok.com
Sigle-immigration-Thailande

Le gouvernement thaïlandais a approuvé mardi une proposition prévoyant d’imposer aux demandeurs du visa O-A qu’ils se munissent d’une assurance couvrant les soins du Covid-19 pour 3 millions de bahts

Les ressortissants étrangers demandeurs du visa non-immigrant O-A, appelé aussi visa retraite, pourraient bientôt avoir à prouver qu'ils disposent d'une assurance santé couvrant les soins Covid-19 à hauteur d’au moins trois millions de bahts (80.000 €).

Mardi, le cabinet, qui rassemble les principaux ministres du gouvernement thaïlandais, a en effet donné son approbation de principe pour cette proposition.

Les visas O ne sont pas concernés

Mercredi, une première annonce par certains médias locaux spécifiait que la nouvelle règle s’appliquerait à tous les visas non-immigrant. Mais ces derniers ont ensuite chacun publié un démenti, précisant que seul le visa O-A était concerné.

De plus, il semblerait qu’une majorité de titulaires de visa retraite soient en fait sous visa O, alors que cette directive ne concerne pour l’heure que les visas O-A. Le visa O, qui est en principe un visa de conjoint ou d’accompagnant, est également ouvert au statut “retraité” (retirement).

Le visa non-immigrant O-A d’une durée d’un an est délivré dans le pays d’origine du demandeur et peut être prolongé dans un bureau d’immigration en Thaïlande, tandis que le visa non-immigrant O (Retirement) est délivré dans les consulats thaïlandais autres. 

Couverture santé étrangère autorisée

Pour l’heure, les demandeurs du visa O-A doivent être assurés à hauteur de 40.000 bahts pour les soins ambulatoires et 400.000 bahts pour l’hospitalisation et sont tenus de souscrire une assurance santé thaïlandaise via un site dédié, ce qui pose problème pour certaines catégories qu’aucune des assurances agréées par les autorités n’accepte de couvrir, alors qu’il en existe ailleurs.

Mais selon les règles approuvées mardi, les demandeurs du visa O-A devraient être autorisés à présenter une assurance maladie contractée auprès d’une compagnie à l'étranger ou une couverture gouvernementale de leur pays. Il faudra toutefois une certification par un organisme d’Etat compétent, tel qu'une ambassade en Thaïlande ou le ministère des Affaires étrangères du pays du demandeur.

Toute personne qui se verrait refuser l'assurance Covid-19 au motif qu’elle fait partie des catégories à risque, doit présenter le document notifiant le refus ainsi qu'une preuve de réserve financière suffisante avec un compte bancaire, ou disposer d’une autre couverture maladie d'au moins 3 millions de bahts.

Avant la mise en vigueur, le Cabinet a chargé le Bureau de l'immigration d'améliorer les règles et les conditions régissant l’éligibilité au visa O-A, certaines étant jugées injustes pour certaines catégories. Il a également demandé au ministère des Affaires étrangères de clarifier le processus de demande de visa O-A, tandis que le ministère de la Santé publique et le ministère de l'Intérieur ont été chargés de modifier les réglementations connexes et d'en informer le public.

Nous vous recommandons
5 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

JR THAILAND dim 20/06/2021 - 10:52

Je suis en THAILANDE depuis 15 ans j ai toujours acquite mes soins medicaux. Il serait simple pour l etat THAILANDAIS de recuperer les sommes non acquite dans les HOPITAUX OU CLINIQUE ceux ci tranmettent les impayes a l immigration et la prolongation des 90 jours et le nouveau visa seront conditionne a une absence d impayes.

Répondre
Commentaire avatar

Neron 2 dim 20/06/2021 - 05:38

L’article ajoute du flou au flou sur la reconnaissance par une assurance étrangère ( non thaïlandaise) par les autorités locales. Vous pensez vraiment que les services de la rue de Brest vont certifier une prise en charge, la réalité des risques couverts, montant, durée, etc vu la diversité des organismes pouvant proposer de telles assurances ? Il leur faudrait embaucher des agents habilités à vérifier l’authenticité et la réalité des documents qui leur sont présentés ; voir la pratique concernant les certificats de revenus qui certifient seulement que le déclarant a bien déclarė … Ce qui explique que ne sont acceptées que les assurances locales. Les fraîchement élus conseillers consulaires pourraient ils faire un effort d’explication et d’information ?

Répondre
Commentaire avatar

vodka sam 19/06/2021 - 11:22

Tous a fais d accord avec titi3007. plutot aller depenser son argent ailleurs quand Thailande. Deja les prix pour les musée , park etc ne sont pas les meme tarif entre Thai et Farang mesures totalement discriminatoires.

Répondre
Commentaire avatar

Neron sam 19/06/2021 - 04:21

Pourquoi pas aller plus loin dans la protection des zoah … puis, le test ayant été considéré comme satisfaisant, des autres … une assurance pour chaque risque indexée sur le sexe, l’âge, le moment du séjour, le lieu du séjour, la durée du séjour. Une idée de la liste des risques potentiels : la dengue , le chigukunya, le Zika, l’encéphalite dite japonaise, le paludisme, la diphtérie, le tétanos, la rougeole et la poliomyélite, l’hépatite A et B, le sida, les piqûres de méduses, la rage vu la quantité de chiens errants. Je compte sur vous pour completer la liste pour améliorer la protection sanitaire et votre imagination pour les dispositifs … de …. prise en charge …

Répondre
Commentaire avatar

Titi3007 jeu 17/06/2021 - 20:48

Un bon moyen pour que beaucoup de Français restent en France où aillent s'installer ailleurs. Note: les conjointes de Français sont assurées en France sans problème. Le choix est facile.

Répondre