SECHERESSE – Le gouvernement impose un contrôle du prix de l'eau en bouteille

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 09/03/2016 à 23:00 | Mis à jour le 08/01/2018 à 11:53

Le gouvernement thaïlandais a annoncé lundi qu'il contrôlerait désormais le prix de l'eau en bouteille.

Le gouvernement thaïlandais prévoit d'ajouter l'eau en bouteille à la liste des produits dont la hausse des prix nécessite son accord, rapporte le Bangkok Post. Un moyen de protéger les populations d'éventuels abus de la part des fabricants d'eau alors que le pays affronte une sécheresse sans précédent et que des réductions du débit de l'eau au robinet ont été annoncées dans certaines régions.

Redoutant de plus en plus l'intrusion d'eau salée dans le Chao Phraya, il y a quelques jours, la compagnie des eaux (MWA) a en effet annoncé des réductions du débit de l'eau du robinet pour les ménages de Bangkok, Nonthaburi et Samut Prakan.

En conséquence, elle a exhorté les ménages concernés de stocker chez eux au moins 60 litres d'eau en bouteille jusqu'à la fin de la sécheresse, espérée en mai.

Craignant que cette annonce ne conduise à des comportements abusifs de la part de certains producteurs d'eau en bouteille, la ministre du Commerce intérieur Wiboonlasana Ruamraksa a annoncé sa volonté d'"inscrire l'eau en bouteille sur la liste spéciale de contrôle des prix pour une surveillance quotidienne ce mois-ci".

A cette fin, une rencontre était prévue entre le ministère et 11 fabricants d'eau en bouteille mercredi.

La liste de contrôle des prix est composée de biens et services de base comme les œufs, le riz blanc, le maïs, la farine de blé, le lait ou encore le pétrole, le papier et certains matériaux de construction.

Les fabricants de tous les produits figurant sur cette liste sont tenus de transmettre leurs coûts de production aux autorités et d'obtenir leur approbation avant d'imposer une quelconque augmentation de prix.

M.C. (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) jeudi 10 mars 2016
{loadposition 728-2_bangkok-article}

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale