Rama Yade, une visite entre coopération et droits de l’Homme

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 16/03/2009 à 01:00 | Mis à jour le 24/06/2019 à 04:53
Photo : Emmanuelle MICHEL - Rama Yade a abordé avec Kasit Piromya, les questions liées aux droits de l'Homme qui font l'actualité de la Thaïlande comme la situation dans le sud de la Thaïlande ou encore les camps de réfugiés birmans
Rama-Yade-Thailande

La secrétaire d'Etat française en charge des droits de l'Homme était en visite en Thaïlande la semaine dernière, du 12 au 14 mars. Une visite destinée à "renforcer les relations bilatérales" entre la Thaïlande et la France, au cours de laquelle Rama Yade s'est aussi penchée sur le problème des réfugiés et sur la situation de la Birmanie voisine

Réfugiés Rohingyas, situation en Birmanie et dans le sud de la Thaïlande? L'actualité du royaume et de la région regorge de questions liées aux droits de l'Homme. La visite de Rama Yade la semaine dernière se devait donc d'inclure un passage dans l'un des camps de réfugiés birmans situés le long de la frontière thaïlandaise. C'est celui de Ban Mai Nai Soi, dans la province de Mae Hong Son (Nord), qui avait été choisi, en raison de son ancienneté, pour montrer que "le vrai drame des camps de réfugiés est qu'ils sont de plus en plus permanents", a expliqué la secrétaire d'Etat en charge des droits de l'Homme sur Radio France Internationale. Pour Rama Yade, il s'agissait ainsi d'envoyer "un message fort" à la Birmanie et de rappeler que la communauté internationale "ne doit pas négliger la question des minorités ethniques" dans le règlement de la situation politique.

"La lutte contre le terrorisme n'est pas incompatible avec les droits de l'Homme"

La situation interne en Birmanie a également été évoquée par la secrétaire d'Etat. "La France est très préoccupée par les élections annoncées pour 2010 par la junte. Nous constatons que la situation politique est bloquée", a-t-elle rappelé, faisant notamment référence au refus des militaires de libérer les quelque 2.000 prisonniers politiques, y compris Aung San Suu Kyi, malgré les demandes répétées de la communauté internationale. Tout en insistant sur la "pression permanente" de la France envers la junte, Rama Yade a reconnu la faible efficacité des mesures prises par la communauté internationale. "Toute la palette des sanctions a été utilisée, que voulez-vous que l'on fasse ?", tout en rappelant la double politique de l'Union Europénne, qui maintient des sanctions économiques envers le régime, tout en étant le premier contributeur à l'aide humanitaire. Rama Yade doit recevoir prochainement Ibrahim Gambari, l'envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies pour la Birmanie.

La situation dans le sud de la Thaïlande, en proie à une violente insurrection depuis cinq ans, a également été abordée avec le ministre des Affaires étrangères thaïlandais, Kasit Piromya. "La lutte contre le terrorisme, c'est normal, mais ce n'est pas incompatible avec les droits de l'Homme, a rappelé Rama Yade au micro de RFI. Or, certaines familles [dans la région] se sentent amalgamées par la politique répressive menée par l'armée."

La visite avait également pour objectif de "renforcer les relations bilatérales" entre la France et la Thaïlande, dans le contexte de crise économique. Le royaume est le troisième partenaire commercial de la France au sein de l'Asean (Association des Nations d'Asie du Sud-Est). Rama Yade a annoncé la signature prochaine d'un nouveau plan d'action bilatéral, peut-être à l'occasion de la visite du Premier ministre thaïlandais à Paris. Abhisit Vejjajiva devrait se rendre en France en octobre prochain, probablement accompagné d'un cortège de chefs d'entreprise. Parmi les domaines de coopération possibles figurent les biotechnologies, l'industrie aérospatiale et le nucléaire.

Emmanuelle Michel (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) lundi 16 mars 2009

Voir aussi le reportage France 24 du 15/03/2009 Rama Yade dans un camp de réfugiés birmans

Rama Yade compte sur "le dynamisme de la communauté française"

Lors de la réception organisée à l'ambassade de France, la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme a salué une communauté française "forte et active". Elle a notamment félicité les organisateurs du festival culturel La Fête ainsi que le travail des ONG françaises. En ces temps de crise, elle a affirmé compter sur le "dynamisme de la communauté française". Rama Yade a aussi remercié le personnel de l'ambassade pour son travail durant une année 2008 riche en événements, du cyclone Nargis à la fermeture des aéroports de Bangkok.

"On en trouve toujours pour critiquer les diplomates. Mais quand il y a des pépins à l'étranger, ce sont vers eux que nos ressortissants se tournent, bien contents de les trouver pour être secourus ou aidés", a-t-elle glissé. A cette occasion, la secrétaire d'Etat a remis des médailles à plusieurs agents français et thaïlandais de l'ambassade "qui ont été particulièrement présents en ces heures difficiles".

(http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) lundi 16 mars 2009

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale