Jeudi 26 novembre 2020

PECHE ILLEGALE - La Thaïlande pourrait perdre 1 milliard de dollars par an si l'UE la sanctionne

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 22/04/2015 à 22:00 | Mis à jour le 08/01/2018 à 13:13

 

La Thaïlande a averti mercredi qu'elle risquait de perdre près de 1 million de dollars par an si l'Union européenne met en place des sanctions commerciales sur les produits de la mer comme elle a menacé de le faire.

Mardi, la Commission européenne a donné six mois à la Thaïlande pour lutter contre la pêche illégale alors que le pays, troisième exportateur mondial de produits de la mer, est mis en cause pour travail forcé à bord de sa flotte.

"Je suis convaincu que notre secteur privé, les pêcheurs et nos opérateurs de la pêche sont conscients que si nous ne parvenons pas à résoudre ce problème, nos industries de la pêche seront confrontés à plusieurs problèmes" a déclaré mercredi Petipong Puengbun Na Ayudhya, le ministre de l'Agriculture, lors d'une conférence de presse.

D'après lui, l'interdiction pourrait coûter au pays jusqu'à 30 milliards de baht par an (864,5 millions d'euros) - un déficit que la nation économiquement fragile peut difficilement se permettre.

L'industrie de la pêche, l'un des piliers de l'économie, représente 40% des exportations de produits alimentaires du pays. Le royaume a la plus grosse industrie de la crevette au monde.

Mais sa réputation a été sérieusement écornée par les révélations des derniers mois. Trafic d'êtres humains, esclavage, et captures illégales seraient des pratiques courantes et les gouvernements successifs auraient fermé les yeux.

La junte, qui est au pouvoir depuis mai dernier après un coup d'Etat, s'est déclarée déterminée à lutter contre la pêche illégale, notamment grâce à un plan qui vise à déployer des appareils GPS sur les navires.

Le ministre a affirmé que le pays parviendrait à des améliorations dans les six prochains mois, comme le demande l'UE, ajoutant que le Parlement a déjà adopté une nouvelle loi donnant plus de pouvoirs aux fonctionnaires des ports.

En juin, le Département d'Etat américain a abaissé la Thaïlande à son rang le plus bas dans un rapport sur la traite des personnes, en soulignant les abus dans l'industrie de la pêche, entre autres.

Mardi, le ministère thaïlandais des Affaires étrangères s'était déclaré "profondément déçu" par le carton jaune de l'UE, accusant Bruxelles d'ignorer les efforts de la junte ces six derniers mois pour lutter contre la pêche illégale.

Mais pour l'UE, le "véritable défi résidera dans leur application".

Dans le cadre de sa lutte contre la pêche illégale, estimée constituer au moins 15% des captures au niveau mondial, Bruxelles a déjà fermé depuis mars 2014 son marché aux produits de pêche du Cambodge, de la Guinée et du Sri Lanka, et interdit leurs eaux aux flottes de pêche de l'UE.

AFP () mercredi 22 avril 2015
{loadposition 728-2_bangkok-article}

0 Commentaire (s)Réagir