TEST: 2238

Mauvais karma pour les vendeurs d'amulettes quand le fisc siamois sort les griffes

Par Eric DESEUT | Publié le 14/12/2012 à 00:00 | Mis à jour le 15/02/2022 à 05:33
Photo : Pierre QUEFFELEC - Les vendeurs d'amulettes porte-bonheur sont dans le collimateur des services fiscaux thaïlandais
Etal-amulettes-Bangkok

Les vendeurs d'amulettes porte-bonheur figurent parmi les catégories professionnelles ciblées par les services fiscaux thaïlandais qui montrent aujourd'hui les dents en visant une productivité accrue.

Importateurs de voitures de luxe, commerçants sur internet sont aussi dans le collimateur du directeur des services fiscaux. Satit Rungkasiri veut ramener près de 200.000 nouveaux contribuables dans ses filets dès 2012 alors que le bureau national de la statistique estime que 350.000 sociétés et particuliers échappent actuellement à l'impôt en Thaïlande.

Et ceux qui minorent leurs déclarations ne sont pas oubliés notamment dans les secteurs porteurs de l'automobile, de l'hôtellerie, des services financiers et de l'assurance.

"Nous allons scrupuleusement percevoir l'intégralité des contributions dues sans attendre les déclarations", a déclaré cette semaine Satit qui promet aussi de scruter les sociétés multinationales enclines à délocaliser leurs profits vers des contrées plus laxistes.

Cette offensive intervient dans le contexte de la réduction programmée du taux de l'impôt sur les sociétés de 23% à 20% au cours du deuxième semestre 2013 alors que les projections gouvernementales commandent dans le même temps une augmentation de 9 % du produit de l'impôt.

En 2012, le produit de l'impôt sur les sociétés a déjà diminué de 5% après un premier abaissement du taux de 30% à 23%. La stratégie des services fiscaux consiste à investir 2 milliards de bahts dans de nouveaux moyens informatiques tandis que des fonctionnaires thaïlandais effectuent des stages dans d'autres pays comme la Corée du Sud.

E.D. vendredi 14 décembre 2012

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale