TEST: 2238

Les dirigeants d'Asie du Sud-Est joignent leurs efforts face au Covid

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 15/04/2020 à 00:00 | Mis à jour le 15/04/2020 à 11:24
Photo : Thailand Government House via REUTERS - Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-O-Cha assiste à un sommet spécial par vidéoconférence avec les dirigeants de l'ASEAN pour discuter de la situation du COVID-19 le 14 avril 2020
asie coronavirus

Les dirigeants d'Asie du Sud-Est ont convenu mardi lors de leur premier sommet en vidéoconférence de lutter ensemble contre la "crise de santé publique la plus grave" en 100 ans pour rendre la région à nouveau sûre.

Les cas de coronavirus dans les pays de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) au cours du mois dernier ont grimpé de moins de 840 à plus de 20.000. Le nombre de morts est passé de 14 à 866. Mais en raison des tests limités dans certains pays, les professionnels de santé soupçonnent que les chiffres réels puissent être beaucoup plus élevés.

"Le COVID-19 est la crise sanitaire la plus grave (...) depuis un siècle. Il est essentiel pour nous et l'ASEAN de mettre sur pied une réponse unie compte tenu de la façon dont nos pays sont connectés et interdépendants", a déclaré le Premier ministre singapourien Lee Hsien Loong, lors de la réunion.

"Aucun de nous dans l'ASEAN ne peut se considérer vraiment en sécurité tant que toute la région dans son ensemble ne l’est pas", a-t-il insisté.

Outre la "grippe espagnole" qui a fait plus de 50 millions de morts en 1918 et 1919, le monde a connu dans le siècle passé au moins deux pandémies comparables au Covid-19 particulièrement meurtrières -et qui ont toutes les deux démarré en Asie. Il s’agit de la grippe de Hong Kong, qui a fait un million de morts dans le monde entre 1968 et 1970, dont beaucoup d'enfants, et la grippe asiatique (1,1 million de morts) en 1957-1958.

Jusqu'ici, le Covid-19 a fait un peu plus de 126.600 morts dont 11.750 en Asie (9,26%).

Le sommet de mardi, présidé par le Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc, a déterminé que les États membres devraient "renforcer leur coopération" pour lutter contre le COVID-19 dans la région et veiller à ce que les chaînes d'approvisionnement régionales restent ouvertes, a rapporté la chaîne de télévision vietnamienne VTV.

Le COVID-19 est la maladie causée par le nouveau coronavirus rencontré pour la première fois à Wuhan, en Chine, à la fin de l'année dernière. 

Le nombre total d'infections dans les pays de l'ASEAN continue d'augmenter, Singapour ayant signalé 386 nouvelles infections lundi et les Philippines 291 mardi.

L'Indonésie a fait état de près de 400 morts, le bilan le plus élevé d'Asie après la Chine, suscitant l'inquiétude quant à un risque d'escalade de la crise dans certaines parties de la région.

Le Premier ministre vietnamien Nguyen Xuan Phuc a cependant fait remarquer que l’augmentation des chiffres dans la région était plus lente que la moyenne mondiale. 

Au nombre de morts par million d’habitants, les pays de la région sont très en dessous de la moyenne mondiale qui est à 16,2 selon le site de statistiques https://www.worldometers.info/coronavirus. La Malaisie et les Philippines sont à 3 morts pour un million d’habitant, la Chine, l’Indonésie, Brunei et Singapour à 2, et le reste des pays de l’ASEAN en dessous de 1. 

Pour répondre aux besoins urgents des États membres pendant la pandémie, les dirigeants de l'ASEAN ont convenu de créer un fonds commun et un stock de médicaments, a rapporté VTV, sans fournir de détails.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale