Le Festival du film français va rendre le sourire à la Thaïlande

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 09/02/2012 à 00:00 | Mis à jour le 29/11/2018 à 06:05
Photo : Kristin Scott Thomas joue une journaliste qui part sur les traces d'une jeune juive déportée dans Elle s'appelait Sarah (photo courtoisie French Film Festival)
sarah

Organisé dans le cadre de la Fête 2012, le Festival du film français proposera du 9 au 18 mars dix films dont la plupart sont des comédies. L'événement souhaite bien entendu toucher un public en majorité thaïlandais et met en place des tarifs spéciaux pour les jeunes. En préambule du festival, le film The Artist, en compétition pour les Oscars, sera diffusé le 20 février

Avec six comédies ou comédies dramatiques sur dix films présentés, le Festival du film français souhaite faire sourire et rire les habitants du royaume qui viennent de subir la terrible crise des inondations. Du 9 au 18 mars, le cinéma SF World à CentralWorld, qui travaille pour la sixième fois en huit éditions de La Fête avec le Service de coopération et d'action culturelle de l'Ambassade de France, accueillera dans ses salles des films français récents : Le Nom des Gens, avec Jacques Gamblin, Ensemble c'est trop, avec Pierre Arditi et Nathalie Baye, Les Tribulations d'une caissière. Les Femmes du 6e étage, dans lequel le déjanté Fabrice Luchini troque sa vie de bourgeois tranquille pour celle débridée menée par des femmes de ménages espagnoles qui habitent au-dessus de chez lui, est déjà très attendu par la presse locale. Un heureux événement, avec l'exquise Louise Bourgoin, La Famille Wolberg, avec le trublion François Damiens, seront les deux comédies dramatiques au programme. Moins drôle, mais très émouvant, Khamsa qui raconte les tribulations d'un jeune gitan de 11 ans qui s'échappe de son foyer et tombe dans la délinquance à Marseille, ou encore Au fond des bois de Benoît Jacquot, seront à l'affiche. Michel Galabru livre une magnifique performance dans Un poison violent, et Elle s'appelait Sarah est annoncé comme un film remarquable et fort dont la trame de fond est une investigation journalistique sur l'histoire d'une fillette de 10 ans durant l'Occupation.

ichel Galabru dans un poison violent (photo courtoisie French Film Festival)

Un cinéma pique-nique pour la Saint-Valentin

"Certains Thaïlandais ont souvent l'idée reçue que les films français sont ennuyeux, mais le programme concocté va les faire beaucoup rire", apprécie Apichatpong Weerasethakul. Le réalisateur francophile vainqueur de la Palme d'Or en 2010 et décoré des insignes d'Officier des Arts et des Lettres, qui a révélé aimer le travail de Claude Chabrol, était présent mardi lors de la présentation à la presse du festival, afin de le soutenir. Et pour mettre l'eau à la bouche du public, deux événements ont été agencés par les organisateurs de La Fête. Pour la Saint-Valentin, un cinéma pique-nique aura lieu au clair de lune au jardin du Museum Siam, près du Wat Pho. Deux films sont au programme de la soirée : L'Art d'aimer avec François Cluzet, et Le Voyage dans la Lune. Ce court-métrage de Georges Méliès réalisé en 1912, est un film muet en couleurs retrouvé en 1993 dans une cave de Barcelone et restauré en 2010. Le film a été présenté à Cannes l'an passé avec l'apport du groupe Air pour la musique originale. L'autre grand rendez-vous sera l'avant-première de The Artist, attraction du cinéma français en 2011, le 20 février à la Scala. Le film muet en noir et blanc, de Michel Hazanavicius avec Jean Dujardin et Bérénice Bejo, sera distribué en Thaïlande à partir du 23 février.

"L'objectif de ce festival est de montrer des créations françaises récentes, grand public mais toutes de très bonnes qualités," explique Jeremy Opritesco, Conseiller de coopération et d'action culturelle. Dans le but de toucher une large audience, et en particulier les jeunes, les tarifs des séances seront inférieures pour le festival qu'en temps normal (120 bahts au lieu de 160 bahts), et la séance ne coûtera que 100 bahts pour les étudiants.

Par Y.F. jeudi 9 février 2012

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale