TEST: 2238

Le chemin de croix d’un violeur ordinaire en Thaïlande

Par Eric DESEUT | Publié le 14/02/2013 à 00:00 | Mis à jour le 17/08/2020 à 04:39

La police thaïlandaise a escorté un présumé violeur meurtrier jusqu'au temple Bungthonglang dans le quartier de Ladprao.

Vêtu de la tenue orange des prisonniers et protégé par un casque, le jeune homme de 23 ans a dû présenter des excuses à la famille de la victime réunie mardi 12 février pour les obsèques.

La veille, les parents avaient convoyé le cercueil de leur fille jusque devant la résidence de la première ministre en requérant spécifiquement cet acte de contrition de la part du suspect. Que le viol ait été perpétré soi Phokaeo 3 dans le quartier de Bang Kapi voisin de la résidence de Yingluck Shinawatra a justifié cette procession peu ordinaire qui conduit ainsi les plus hautes autorités du pays à sacraliser la pratique courante de l'humiliation publique face à laquelle la présomption d'innocence ne pèse pas lourd en Thaïlande.

La police présente ainsi régulièrement les suspects fraichement arrêtés aux médias. Il ne s'agit pas seulement de magnifier le succès des enquêtes, mais aussi d'entamer le processus du châtiment qui implique d'exposer les criminels à visage découvert et dans une posture humiliante. Le pardon constituant l'autre face de la contrition, il est aussi courant que les chauffards criminels assistent aux obsèques de leurs victimes.

E.D. jeudi 14 février 2013

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale