TEST: 2238

La petite phrase de Benoit Hamon sur ceux qui se rendent en Thaïlande

Par Pierre QUEFFELEC | Publié le 13/10/2009 à 01:00 | Mis à jour le 14/08/2019 à 04:43

Interviewé sur RTL vendredi 9 octobre par Jean-Michel Apathie sur son attitude vis-à-vis de l'affaire Mitterrand, le porte-parole du parti socialiste, Benoît Hamon, n'a pas mâché ses mots: “La Thaïlande est un lieu où pour l'essentiel, ceux qui s'y rendent, s'y rendent pour consommer du sexe et consommer du sexe avec des mineurs”.

Cette phrase de l'homme politique de gauche aura pu sembler anodine aux oreilles de certains d'auditeurs dans l'Hexagone, mais elle a en tout cas choqué de nombreux Français basés en Thaïlande ou qui s'y rendent pour des raisons autres que celles énoncées.

Parmi les représentants des hommes et des femmes qui vivent dans le royaume, Paul Dumont, Président de la section Thaïlande des Conseillers du Commerce Extérieur Français a été le premier à réagir. Dans une "Lettre ouverte aux responsables politiques de tous bords", il estime qu'il "faut en finir avec le raccourci “Thaïlande = Tourisme sexuel”", soulignant que "la Thaïlande ne saurait se réduire aux assertions simplificatrices de responsables politiques aux connaissances géopolitiques et culturelles limitées. (...) Il y a plus de 10.000 Français résidents en Thaïlande, les échanges commerciaux avec la Thaïlande ont représenté 3 milliards d'Euros en 2008, on y compte environ 350 entreprises françaises, dont 60 grands groupes et près de 300 PME, qui emploient plus de 70.000 personnes", souligne Paul Dumont.

Pour Michel Testard et Marc Villard, tous deux élus de l'Assemblée des Français de l'Etranger sous la bannière ADFE, "le peuple thaïlandais ne mérite pas de tels jugement à l'emporte pièce que l'on s'étonne d'entendre dans la bouche d'un responsable politique. La Thaïlande ce n'est pas ''essentiellement'' une destination de tourisme sexuel, c'est un pays où vivent plus de 10.000 citoyens français, où sont implantés des entreprises françaises... où des Français travaillent à améliorer nos échanges commerciaux à faire rayonner notre culture...". Les deux hommes, de sensibilité socialiste, ont envoyé une lettre au Parti Socialiste, à la Fédération des Français Socialistes de l'Etranger, et à Benoît Hamon lui-même, pour demander des excuses de la part de ce dernier ainsi que sa démission pure et simple.

Du côté de l'Union des Français de l'Etranger, le Président de la branche Thaïlande, Michel Calvet, s'est lui aussi dit scandalisé par les propos de Benoît Hamon : “Cette déclaration est affligeante pour la communauté française de Thaïlande, elle est aussi insultante et irrespectueuse pour tous les voyageurs français qui sont venus visiter le Royaume du Siam. Comment peut-on faire preuve d'une telle ignorance doublée d'une telle bêtise ?", nous a-t-il confié.

Enfin, la Directrice de la Chambre de Commerce Franco-Thaïe, Marianne Dailloux, estime que "nous ne pouvons accepter que de tels propos soient véhiculés dans les médias. La Chambre de Commerce Franco-Thaïe œuvre depuis plus de 40 ans au développement des relations commerciales bilatérales entre la France et la Thaïlande. (...) La Thaïlande, c'est en 2008 : 175 milliards USD d'imports et 175,3 milliards USD d'exports. Mais c'est aussi un pays central en Asie du sud-est, recevant de nombreux salons, congrès et manifestations professionnelles, manifestations sportives régionales et mondiales (open de tennis, universiades), sommet de l'ASEAN, convention des Nations Unies sur le changement climatique, etc."
C'est aussi pour ce genre de raisons que Jacques Chirac, lorsqu'il était Président de la République, était venu en visite officielle en février 2006, la Thaïlande étant alors classée parmi les 25 pays prioritaires de l'action du Ministre délégué au Commerce Extérieupour les echanges bilateaux.
Ecouter aussi l'interview du 9 octobre de Benoît Hamon par Jean-Michel Apathie
Pour nous envoyer vos réactions Edition Bangkok

P.Q.  mardi 13 octobre 2009

Sur le même sujet
Pierre-Queffelec-vignette-2018

Pierre QUEFFELEC

Originaire du sud de la France, il fait ses premières armes dans le journalisme avec la Nouvelle République des Pyrénées en 1996. Arrivé en Thaïlande en 2004, il est en charge des opérations du bureau de Bangkok depuis janvier 2006.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale