Samedi 20 avril 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Inondations: 3 questions au Docteur Lalande sur la situation sanitaire

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 27/10/2011 à 00:00 | Mis à jour le 01/11/2018 à 04:03
Photo : Yann Fernandez - Les eaux des inondations sont porteurs de nombreux virus et bactéries, indique le Dr Lalande
inondations_bang_kra_bue_10_2011

Plus de 700.000 malades liés aux inondations ont été recensés par le ministère de la Santé publique depuis le début des intempéries il y a trois mois. Le Docteur Gérard Lalande, directeur général de CEO-Health, une société proposant des bilans de santé et médical, nous livre des mesures de prévention et des conseils sanitaires pour faire face aux inondations

Lepetitjournal.com/Bangkok : Quelle est la situation sanitaire aujourd'hui en Thaïlande et comment va-t-elle évoluer ?
Dr Gérard Lalande : Les chiffres donnés par le ministère de la Santé publique, qui a recensé 720.000 malades liés aux inondations depuis le début de la crise fin juillet, sont impressionnants. Le bilan des victimes est de plus de 300 morts, sans doute principalement tués par noyade ou par électrocution.
En ce qui concerne l'évolution de la situation sanitaire, les annonces des autorités sur la crise changent si souvent de direction qu'il est trop difficile de prévoir ce qui va se passer dans les prochains jours.

-

 

-

Que peuvent faire en prévention les personnes qui habitent dans des zones inondables ?
La première chose est de se demander s'il vaut mieux rester chez soi ou pas. Dans la mesure du possible, il est préférable de quitter les zones à risque pour des endroits protégés. Si le niveau de l'eau dépasse les 50 cm dans les rues ou les habitations, il sera dangereux de rester chez soi ou de se déplacer dans les environs, notamment pour les foyers avec des enfants et des personnes âgées. A ce niveau d'eau, on ne voit pas sur quoi on marche, et il est facile de tomber dans un trou, risquant de se noyer, ou de se faire mordre par des insectes ou des reptiles. Si les personnes décident de rester dans leur habitation, il leur est conseillé en prévision de stocker de l'eau potable, et également de l'eau du robinet dans des gros réservoirs car il n'est pas nécessaire de se laver à l'eau minérale. Le matériel électrique doit être également placé à distance d'une pièce inondée afin d'éviter une électrocution.  

Quels sont les conseils sanitaires à donner aux personnes qui sont ou seront touchées par les inondations ?
Il faut absolument continuer de s'alimenter dans des conditions d'hygiènes optimales. A savoir : bien se laver les mains avant de manger quoi que ce soit, et boire uniquement de l'eau en bouteilles car il y a des risques que l'eau des inondations comportent des produits chimiques toxiques qui se sont échappés des usines, et/ou des microorganismes provenant des excréments à cause des systèmes d'égout submergés.
Il faut également au maximum éviter de marcher dans cette eau sale à cause de la possible présence de serpents et car la moindre égratignure peut être alors la source de maladies infectieuses. En cas de petites plaies, il est absolument obligatoire de bien et rapidement la désinfecter. Dans cette eau, on trouve également beaucoup de virus ou de bactéries responsables de maladies comme l'hépatite A ou provoquant des diarrhées aigües. Des cas de paludisme, d'encéphalite japonaise et surtout de dengue, des maladies liées à des vecteurs (moustiques), peuvent également surgir. La période la plus propice pour ces maladies sera dans les deux mois suivant le retrait de l'eau. Lorsque de nombreuses flaques d'eau recouvriront les rues, les moustiques auront là des lieux de reproductions innombrables. Les gens doivent donc prendre leur précaution pour éviter au maximum les piqûres de moustiques. Le risque de choléra est très faible mais il n'est pas nul en Thaïlande, pays qui avait connu quelques cas en 2007, 2008 et 2009. La période actuelle est aussi l'occasion de mettre à jour ses vaccins contre le tétanos, la poliomyélite, en particulier pour les enfants.

Propos recueillis par Yann Fernandez jeudi 27 octobre 2011

SOLIDARITE - Les étudiants se mobilisent

Alors que les universités de la capitale ferment progressivement leurs portes, les étudiants de Bangkok, thaïlandais comme internationaux, se rassemblent pour lutter contre les inondations. Collectes de dons, construction de matériel de première nécessité ou création d'associations sont les objectifs de ces jeunes volontaires qui refusent de rester inactifs

Des centaines d'étudiants rassemblés dans l'Université Chulalongkorn construisent des toilettes pour les sinistrés (photo Agathe Charnet)

Dans le grand hall des cérémonies de l'Université Chulalongkorn, transformé en centre d'aide aux sinistrés des inondations, une jeune fille arborant un tee-shirt "Thammasat University" se fait interpeller. "Thammasat vient à Chula' maintenant ?" lui lance malicieusement un étudiant. Qu'importe, ce dimanche matin les deux universités les plus prestigieuses de Thaïlande ne sont plus rivales. Une centaine d'étudiants de tous horizons déferlent dans le centre, munis de leur badge de volontaire et prêts à oeuvrer toute la journée pour emballer les colis et trier les dons fournis par la Fondation de la princesse Bajrakitiyabha. La Royal Thai Navy livre également régulièrement par camion-citerne des bouteilles d'eau, des biscuits ou des nouilles instantanées. "Avec toutes les denrées qu'on reçoit, on comprend pourquoi on peut plus rien acheter au Seven-Eleven !", s'amuse une élève.

Une ambiance studieuse règne parmi les étudiants privés d'enseignements
Mais les plaisanteries cessent vite : l'heure est à la concentration. Les groupes de travail s'organisent rapidement, des chaînes humaines transportent les paquets de mains en mains et la pause déjeuner est expédiée en un rien de temps. Alors que de plus en plus de foyers sont victimes des inondations et que les campus universitaires ferment un à un, les étudiants sembler ressentir plus que jamais la nécessité de s'investir, de ne pas se laisser aller au dés?uvrement. En effet, les cours sont arrêtés à Thammasat depuis plus de dix jours et si le semestre devrait reprendre le 7 novembre à Phra Chan (campus du centre-ville), nul ne sait quand le campus de Rangsit, évacué en urgence dimanche soir, pourra ouvrir de nouveau ses portes. Les responsables de l'Université Chulalongkorn ont suspendu les enseignements de la faculté d'économie jusqu'au 6 novembre et ont décidé de ne pas pénaliser les absentéistes.

Les étudiants internationaux manifestent eux aussi leur volonté d'aider
Un jeune homme s'époumone dans son mégaphone : "On a besoin de volontaires pour construire les toilettes". Une file d'attente se forme instantanément, la fabrication de WC est une activité assez prisée dans le centre. Il s'agit de découper et poncer de simples tabourets en plastique qui seront envoyés avec un kit comprenant essuie-tout et instructions aux habitants des provinces sinistrées d'Ayutthaya et Lopburi. Matthieu, étudiant de Sciences Po en séjour d'études à Chulalongkorn, a déjà un certain nombre de toilettes construites à son actif. "Il est très important pour moi de me rendre utile. J'ai souvent pensé au volontariat en France sans jamais oser franchir le pas, explique-t-il. Je suis heureux de pouvoir donner mon temps ici. C'est le moins qu'on puisse faire".

D'autres étudiants internationaux s'efforcent également de lutter contre le sentiment d'impuissance qui frappe lors des catastrophes naturelles. Une petite dizaine de jeunes venus d'Europe et des Etats-Unis, en échange à Thammasat, ont créé l'association "Thailand Flood Fundraising Campaign" afin de lever des fonds pour les victimes des inondations et de promouvoir la solidarité entre les étrangers en Thaïlande et les Thaïlandais. L'argent collecté sera utilisé pour la distribution de "sacs de survie" dans les régions du pays les plus affectées par les eaux.
Agathe Charnet jeudi 27 octobre 2011

Participer à l'aide pour les sinistrés des inondations

Université Thammasat : Vous pouvez faire des dons et contacter les bénévoles internationaux de l'Association Thailand Flood Fundraising Thammasat sur le site http://thailandflood.org/ (en français ou en anglais)

L'Hôpital Siriraj lance un appel aux bénévoles pour remplir des sacs de sables et construire des digues tous les jours à partir de 16h jusqu'à la tombée de la nuit .

L'Université Chulalongkorn accueille des volontaires tous les jours à partir de 8h pour l'empaquetage de kits de survie, le tri des dons et la fabrication de toilettes.
Chulalongkorn University. 254 Phayathai Road, Pathumwan, Bangkok Thailand. 10330. Tel: +662-215-0871-3. Fax: +662-215-4804. Centres situés dans le bâtiment d'économie et dans le hall de cérémonie.

Channel 3
La chaîne de télévision Channel 3 récolte des fonds pour aider les sinistrés. Vous pouvez faire vos dons via la Bangkok Bank au numéro de compte 014-300-444-8 ou via la Siam Commercial Bank sur le compte 468-0-15727-1.

Croix Rouge
La Croix Rouge thaïlandaise appelle au don de sang, car elle ne peut actuellement fournir que la moitié des besoins quotidiens du fait de la gravité des inondations. Les habitants de Bangkok peuvent se rendre tous les jours à la Thai Red Cross Society située sur Henry Dunant Road proche de l'Université Chulalongkorn et de la station MRT Sam Yan. Pour tous renseignements, contactez la Croix Rouge au 02-256-4300 ou 02-263-9600-99 (ext. 1101).

Bangkok Airways
Un centre de récolte de dons en argent et en nourriture a été créé au siège de la compagnie Bangkok Airways sur Vibhavadi Rangsit Road (district de Chatuchak). Si vous ne pouvez vous déplacer, vous pouvez faire vos dons via la Kasikorn Bank, Chatuchak Branch, au numéro de compte 061-1-07224-4, nom de compte : Bangkok Airways Donation for flood relief.
Pour tous renseignements, contacter du lundi au vendredi le 0-2265-5868-9.

L'association Racines Thaïlandaises
L'association Racines Thaïlandaises regroupant des familles françaises adoptantes/parrainantes en Thaïlande ou sympathisantes avec cette cause, en lien direct avec le DSDW (ministère thaïlandais des affaires sociales), a besoin de dons en argent pour apporter son aide aux orphelinats thaïlandais victimes des inondations.
Vous pouvez envoyer vos dons par chèque libellé au nom de Racines Thaïlandaises:
Par courrier postal au siège de l'association
Association Racines Thaïlandaises
Mme Sandrine BIERI
13 rue René Letilly
51170 FISMES
Site internet: http://racinesthailandaises.wifeo.com
Adresse courriel: racinesthailandaises@yahoo.fr
Les versements feront l'objet d'un reçu fiscal..

0 Commentaire (s)Réagir