Mercredi 21 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Grotte Thaïlande: évacuation en suspens, retour de la pluie vendredi

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 05/07/2018 à 00:00 | Mis à jour le 05/07/2018 à 04:54
Photo : LILLIAN SUWANRUMPHA / AFP - Le parcours de retour pour les douze enfants et leur entraîneur de football est long de plusieurs kilomètres dans des boyaux accidentés, avec de difficiles passages sous l'eau.
Evacutation enfants grotte

Les douze enfants et leur entraîneur de football miraculeusement retrouvés au bout de neuf jours dans une grotte en Thaïlande n'ont pu être évacués mercredi, les secouristes luttant encore pour faire baisser le niveau de l'eau avant le retour de la pluie prévu pour vendredi.

"Ce sera difficile de les évacuer aujourd'hui", a déclaré le gouverneur de la province de Chiang Rai, Narongsak Osottanakorn, qui dirige la cellule de secours. Grâce au système de pompes mis en place, "l'eau baisse d'un centimètre par heure, ce qui n'est pas mal vu la taille de la grotte", mais reste insuffisant, a-t-il ajouté.

Alors que les enfants sont coincés dans la grotte depuis onze jours, il s'est refusé à toute spéculation quant à la date de sortie, malgré des prévisions météorologiques annonçant le retour de la pluie vendredi. "Nous devons être sûrs de nous à 100%" au moment de décider de l'évacuation", qui pourrait se faire en plusieurs groupes d'enfants, a-t-il dit.

Le parcours de retour est en effet long de plusieurs kilomètres dans des boyaux accidentés, avec de difficiles passages sous l'eau.

La marine thaïlandaise a publié mercredi matin une deuxième vidéo du groupe de rescapés, rapportée par un de ses plongeurs faisant des allers-retours pour apporter vivres et médicaments, les disant "en bonne santé". Les secouristes avec eux dans la grotte les remettent en forme et leur apprennent à se servir du matériel de plongée.

- "En bonne santé" -

Dans cette vidéo enregistrée mardi, on voit les enfants dire bonjour, leur nom, puis "je suis en bonne santé". Leur entraînement de plongée a commencé et cette première confirmation de leur bon état de santé laissait espérer une évacuation rapide.

"Je suis si heureuse", a réagi, en larmes, la mère d'un des garçons, Bew, regardant la vidéo projetée par les secouristes sur un écran sous une tente, non loin de l'entrée de la grotte où les familles attendent l'évacuation de leurs enfants.

"Il est maigre", a-t-elle cependant noté, après avoir visionné le message de son fils, le système de ligne téléphonique installé dans la galerie, qui était censé permettre aux enfants d'être en contact direct avec leurs parents, n'ayant pu être activé.

"Tenez bon!" a lancé Mario Sepulveda, l'un des 33 mineurs chiliens, célèbres pour leur sauvetage épique en 2010 après 69 jours sous terre dans un message vidéo envoyé à l’AFP à Mexico, où il était en déplacement.

Le plus charismatique des mineurs, incarné à l'écran par Antonio Banderas, s'est dit même prêt à aller sur place pour partager son expérience.
"Je veux leur envoyer un salut et dire aux autorités et aux familles de ces enfants qui sont sous terre de tenir bon!" a déclaré "Super Mario", surnommé ainsi pour avoir encouragé ses camarades d'infortune en 2010.

Les enfants, âgés de 11 à 16 ans, ont été découverts tard lundi avec leur entraîneur par des plongeurs britanniques participant à cette grande opération internationale, émaciés mais "sains et saufs", à plus de quatre kilomètres à l'intérieur de la galerie.

Le groupe était perché sur un rebord situé loin dans les méandres de cette grotte, à la frontière avec la Birmanie et le Laos, où ils ont été piégés le 23 juin par la montée des eaux.

La première vidéo, publiée dans la nuit de lundi à mardi, les montrait émaciés mais lançant des "merci" aux plongeurs britanniques, premiers hommes qu'ils voyaient depuis neuf jours. Elle a fait le tour du monde et été visionnée par des millions de personnes.

L'alerte avait été donnée dès le samedi 23 juin au soir par une mère de famille qui ne voyait pas revenir son fils de l'entraînement. Les affaires des enfants - vélos et chaussures - ont été retrouvées quelques heures plus tard juste à l'entrée de la grotte.

Ils pourraient avoir décidé d'aller explorer ensemble cette grotte qu'ils connaissent bien - ou avoir voulu se protéger de la pluie, en cette saison de mousson.

Les proches se demandent aussi si l'équipe de football n'a pas eu l'idée d'aller dans la grotte samedi pour y fêter l'anniversaire de l'un d'eux, qui a eu 16 ans samedi.

D'ici à leur extraction, avec l'aide de spécialistes japonais, les sauveteurs continuent de pomper le maximum d'eau de la grotte afin de faciliter leur sortie.

Des équipes de spécialistes étrangers venus d'Australie, de Grande-Bretagne, du Japon, de Chine, ainsi qu'une trentaine de soldats américains, ont prêté main forte au millier de secouristes thaïlandais mobilisés.
 

4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Bébert jeu 05/07/2018 - 10:33

Quel suspense à double détente ; cette interminable localisation puis l’exfiltration espérée de ces valeureux chenapans ! Cet extraordinaire scénario hollywoodien a levé un tsunami d’empathie sans commune mesure avec les parcellaires réactions locales au génocide récemment perpétré en Birmanie à quelques centaines de kilomètres de Chiang Raï. Tropisme siamois de l’entre-soi oblige. Et l’on hésite même à rappeler les tirs tendus qui ont effacé le mois dernier la vie de dizaines d’adolescents palestiniens, eux aussi très certainement amateurs de ballon rond. Scénario trop rabâché pour assurer le succès d’un blockbuster. D’autant qu’à Chiang Raï la géopolitique ne vient pas brouiller la lumineuse ligne du bien et du mal, si chère aux évangélistes planétaires d’Hollywood. L’ombre tutélaire des influences n’en est pas moins présente dans la grotte. En dépit de son agoraphobie, le charismatique Kruba Bun Chun a déjà bravé la meute des médias pour arpenter le site a deux reprises — tandis que les autorités siamoises sont venues souligner toute l’attention que le patriarche suprême porte depuis Bangkok au sort footballeurs en herbe de Mae Saï. Plus concrètement il faut espérer qu'outre la pluie, le risque sismique, bien réel dans le nord de la Thaïlande, ne vienne pas encore compliquer la mission des sauveteurs.

Répondre
Commentaire avatar

Remad ven 06/07/2018 - 08:11

Plus pénible que vous je connais pas ! Arrêtez de jouer les intellos !

Répondre
Commentaire avatar

Bébert sam 07/07/2018 - 08:00

À part ça… Un argument contradictoire, un élément complémentaire, une autre perspective ? Non. Arrêtez donc de jouer au troll. Contentez-vous donc de bouffer la dépêche AFP et gardez vos conseils.

Répondre
Commentaire avatar

Alex jeu 05/07/2018 - 05:06

J espère que ce cauchemar sera vite oublié et que les enfants pourront très vite retrouver parents, famille et amis. Pour l instant c est heureusement grand soleil à Chiang Rai.

Répondre