TEST: 2238

EXPLOSION - Trois morts après une puissante déflagration à Nonthaburi

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 06/10/2010 à 00:00 | Mis à jour le 02/08/2019 à 09:21

Trois personnes ont été tuées et plusieurs blessées dans l'explosion d'une bombe hier soir dans un immeuble à Nonthaburi, dans la banlieue nord de Bangkok.

L'explosion, survenue aux alentours de 18h semble s'être produite dans une chambre au deuxième étage d'un petit immeuble d'habitations. Le souffle a pulvérisé les vitres et endommagé des bâtiments voisins. "Il s'agit définitivement d'une bombe. Nous ne pouvons dire de quel type pour l'instant... Mais c'était une bombe énorme car elle a endommagé une vaste zone," a déclaré le porte-parole de la police nationale le Général Prawut Tawornsiri. "Nous avons trouvé trois corps sans vie sur place, mais [le bilan] pourrait être plus lourd. Nous avons du arrêter les recherches par crainte que l'immeuble ne s'effondre," a-t-il ajouté. Rien ne semble indiquer pour l'heure que cette explosion, qui arrive quelques heures après que les autorités ont prolongé pour trois mois l'état d'urgence sur la capitale et les provinces voisines, ait été préméditée.

Les lois d'urgence avaient été mises en place dans la capitale le 7 avril en réponse aux manifestations antigouvernementales des Chemises rouges dont la répression par l'armée a causé la mort de 91 personnes dans des affrontements. Ces mesures interdisent tout rassemblement public de plus de cinq personnes et donnent aux forces de sécurité le pouvoir de placer en détention des suspects pendant 30 jours sans motif d'inculpation. "Le cabinet souhaite donner aux autorités davantage de moyens pour gérer la situation qui risque de se dégrader," a déclaré à l'AFP le ministre de la Défense, le Général Prawit Wongsuwon, après l'annonce du prolongement de l'état d'urgence.

Le gouvernement a élevé le niveau de sécurité à la suite d'une série d'attaque à la grenade dans Bangkok, dont une explosion qui avait tué un homme à un arrêt de bus en juillet. Les Chemises rouges nient toute implication et accusent le gouvernement de conspirer pour justifier la mise en place de mesures strictes lui donnant des pouvoirs étendus.

Le gouvernement thaïlandais fait l'objet de pressions de la part des Etats-Unis et des défenseurs des droits de l'homme qui l'appellent à lever les mesures d'urgence afin de permettre au pays de récupérer des violences qui ont creusé la division du pays.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale