TEST: 2238

ECO - Le BOI, partenaire indispensable de l'investisseur étranger en Thaïlande

Par Ghislain Poissonnier  | Publié le 20/04/2011 à 00:00 | Mis à jour le 22/03/2019 à 11:20
Photo : Le siège du BOI est situé sur l'avenue Viphavadi-Rangsit au nord du parc de Chatuchak, mais un bureau d'accueil One Stop One Start Investment Center se trouve au croisement des avenue Rama IV et Phaya Thai dans le centre-ville de Bangkok (Photo Ghislain P
boi 250

Le Board of Investment (BOI), organisme du gouvernement thaïlandais, vient en aide et offre de nombreux avantages aux entreprises étrangères qui souhaitent investir dans le royaume dans des activités et des zones considérées comme prioritaires. A travers une structure très organisée, le BOI cherche à attirer le plus d'investisseurs étrangers et ainsi aider l'économie thaïlandaise à se porter au mieux

Voilà un partenaire indispensable à connaître pour un investisseur désireux de lancer un projet industriel au pays du sourire. Le Board of Investment, appelé communément BOI, est le principal organisme du gouvernement thaïlandais destiné à encourager l'investissement direct en Thaïlande. Tant les entreprises thaïlandaises qu'étrangères peuvent bénéficier de l'aide du BOI, une structure à l'expertise reconnue puisqu'elle a été créée en 1960 par le bureau du Premier ministre. "La mission du BOI a toujours été d'attirer les investissements étrangers dans le royaume. Toutefois, cette mission a évolué avec le temps", indique Duangjai Asawachintachit, la secrétaire générale adjointe du BOI : "Dans les 1960/70, il s'agissait de développer la production industrielle du pays et de réduire le niveau des importations. Puis dans les années 1980/90, le BOI devait favoriser le développement des exportations depuis le sol thaïlandais. Pour les années 2000/10, l'objectif est qu'il contribue au développement durable du pays : cela passe par une priorité donnée aux projets décentralisés et respectueux de l'environnement".

LIRE AUSSI

L'équipe de France au BOI Fair 2011 !  
5 avril 2011
Pour sa troisième édition en 16 ans, la BOI Fair, qui se tiendra du 10 au 25 novembre 2011 à Muang Thong Thani, va réunir les grandes entreprises de Thaïlande, locales et étrangères, pour une exposition grand public consacrée à la technologie et l'innovation dans le royaume. Les sociétés françaises auront l'occasion de se montrer au public grâce au pavillon français organisé par... Lire la suite

Nouveau bureau de l'investissement et déménagement du One Stop Service
25 novembre 2009
Lire la suite

 

BOI (siège)
555 Vibhavadi-Rangsit Rd., Chatuchak,
Bangkok 10900, Thailand
Tel. (66)2553-8111-55, Fax: (66)2553-8222,
Website: http://www.boi.go.th ,
E-Mail: head@boi.go.th

One Stop One Start Investment Center
18ème étage, Chamchuri Square Building
319 Phayathai Road, Pathumwan
Bangkok 10330, Thailand
Tel: 66(0)2 209 1100
Email: osos@boi.go.th 

Les critères du BOI

C'est justement en fonction de ces deux critères que le BOI décide d'attribuer ou non son aide à un projet d'investissement. S'il a lieu dans une activité considérée comme prioritaire et en dehors de l'agglomération de Bangkok, et a fortiori dans une zone rurale ou reculée, l'investissement obtiendra l'aide du BOI. A l'inverse, si l'investissement a lieu dans une activité non prioritaire et à Bangkok, l'aide sera en général refusée. Actuellement, le BOI vise notamment six secteurs prioritaires : l'agriculture et les produits agricoles, la mode (dont les vêtements, sacs, chaussures, pierres précieuses et bijoux), le secteur automobile, l'informatique et les télécommunications, les logiciels à forte valeur ajoutée, et le secteur des énergies alternatives. Toutefois, des investissements dans l'industrie plus traditionnelle (électrique et électronique, métaux, machines, matériel de transport etc.) peuvent continuer à être aidés.

Les avantages offerts aux entreprises

Une fois l'agrément obtenu, "le BOI offre deux types d'avantages aux entreprises : des avantages fiscaux et des avantages non fiscaux" détaille la secrétaire générale adjointe du BOI. Les projets approuvés obtiennent une exonération totale d'imposition sur les bénéfices, en lieu et place d'un taux d'imposition fixé à 30% en Thaïlande. La durée de l'exonération est au maximum de 3 ans dans des zones de développement non prioritaire, de 5 ans dans des zones intermédiaires et de 8 ans dans des zones de développement prioritaire (dans le Nord-est ou dans le Sud par exemple). Peuvent aussi être obtenus un allègement ou une suppression des droits de douane pour les machines ou matières premières importées ou encore la déduction des frais de transport, d'électricité et d'eau du bénéfice imposable pendant 10 ans. "C'est cet aspect fiscal qui reste sans doute le plus important dans la décision d'investir en Thaïlande ; toutefois, une fois installés dans le royaume, les entreprises privilégient d'autres critères et apprécient les autres avantages apportés par le BOI", explique Duangjai Asawachintachit.

Sont ainsi recherchés la possibilité d'obtention et de renouvellement rapide de visas pour les employés expatriés (ce qui permet de contourner le quota de 1 expatrié pour 4 travailleurs thaïs fixé par le ministère de l'immigration et les critères restrictifs établis par le ministère du Travail) mais également la possibilité d'une propriété à 100% étrangère (limitée à 49% en droit commun) des terrains et bâtiments nécessaires au développement de l'entreprise. "Ce dernier aspect peut avoir son importance pour certaines entreprises industrielles qui, soucieuses de stabilité, ne souhaitent pas être dépendantes d'un bailleur thaïlandais", ajoute la secrétaire général adjointe. Enfin, le BOI met à la disposition des entreprises une base de données, susceptible de leur permettre de trouver des sites adaptés ou des parcs industriels et de repérer des entreprises partenaires, des sous-traitants et de la main d'?uvre qualifiée. Il organise aussi dans ses locaux des rencontres entre entreprises du même secteur qui peuvent développer des synergies. Ces avantages ne sont pas limités dans le temps, contrairement aux avantages fiscaux.

Une aide essentielle à la Thaïlande

Le BOI, qui depuis 2002 relève directement du ministère de l'Industrie, constitue une structure souple et intergouvernementale. Son budget de fonctionnement se limite à 600 millions de bahts et ses effectifs ne dépassent pas 350 personnes, dont 50 à l'étranger répartis dans 13 bureaux. "Notre force réside dans la diversité des profils de nos employés, qui parlent presque tous un anglais courant : par exemple, à Bangkok, pas moins de 21 agences et ministères sont représentés sur le même site de Payathai Road, ce qui nous permet de fournir une sorte de guichet unique aux entrepreneurs", poursuit la secrétaire générale adjointe. Ainsi, une entreprise peut être enregistrée dans la journée et un visa de travail obtenu en moins de trois heures. Au total, le bilan semble impressionnant puisque le BOI a soutenu en 2010 plus de 800 projets pour un total de près de 230 milliards de bahts, qui représentent environ 500.000 emplois.

La BOI Fair 2011

Depuis les années 80, les entreprises japonaises constituent les principaux investisseurs sur le sol thaïlandais. Suivent les entreprises nord-américaines et les entreprises européennes, rattrapées aujourd'hui par leurs concurrentes asiatiques : Inde, Chine, Corée du Sud. Le royaume reste attractif par rapport à ses voisins d'Asie du sud-est. Fort de son succès, le BOI organise une foire du 10 au 25 novembre prochain sur le thème "Going green for the future". Le but est clairement d'afficher la priorité donnée désormais aux emplois verts et aux activités respectueuses de l'environnement. Il s'agira de montrer le savoir-faire thaïlandais en la matière et de favoriser les échanges entre partenaires industriels ayant fait le choix de s'installer dans le royaume. Plusieurs millions de visiteurs et des centaines d'exposants sont attendus. La chambre de commerce franco-thaïe y aura son pavillon. "La France reste une de nos cibles privilégiées ; le BOI a ouvert à Paris un bureau dès 1990 et nous comptons bien continuer à attirer les investisseurs français qui souhaitent développer leurs activités en Asie" souligne Duangjai Asawachintachit, qui a été chef du BOI à Paris de 2000 à 2005.

Le site du BOI (en français) : http://www.BOI.go.th/french/

Par Ghislain POISSONNIER mercredi 20 avril 2011

Ghislain-POISSONNIER

Ghislain Poissonnier 

Ghislain Poissonnier est magistrat français. Il a été juge et vice-procureur à Béthune, Lille et Paris. Il a travaillé comme juriste au Kosovo, en Palestine, en République démocratique du Congo, en Thaïlande, en Afghanistan, en Guinée et en Côte d'Ivoire.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale