TEST: 2238

CORONAVIRUS MERS - La Thaïlande touchée à son tour

Par Agence France Presse | Publié le 18/06/2015 à 22:00 | Mis à jour le 14/01/2020 à 05:02
Photo : Jean-Louis DUZERT
Foule-RUE-Bangkok-2

L'épidémie de coronavirus Mers s'est étendue à un nouveau pays en Asie, avec un premier cas confirmé vendredi en Thaïlande où les autorités ont demandé aux habitants d'"éviter la panique".

"Les examens confirment qu'il s'agit du coronavirus Mers", a déclaré Rajata Rajatanavin, ministre de la Santé, lors d'une conférence de presse.

Originaire du sultanat d'Oman, cet homme de 75 ans était arrivé le 15 juin pour être traité pour un problème cardiaque dans un grand hôpital du centre de Bangkok populaire auprès des patients du Proche-Orient venant faire du tourisme médical en Thaïlande.

Les trois membres de sa famille qui l'accompagnaient ont également été placés en observation à l'hôpital Bamrasnaradura de Bangkok, spécialisé dans les maladies infectieuses.

"Quand l'homme est arrivé à l'hôpital privé, il toussait et avait du mal à respirer", a précisé le ministre de la Santé.

"Le ministère de la Santé a suivi les procédures de contrôle de la maladie pour éviter l'épidémie", a assuré dans la soirée Sunsern Kaewkamnerd, porte-parole du gouvernement, demandant à ses concitoyens d'"éviter la panique".

Les autorités thaïlandaises recherchent notamment les passagers qui étaient à bord du vol WY0815 d'Oman Air, à bord duquel le malade est arrivé le 15 juin.

L'épidémie de coronavirus Mers a fait 23 morts jusqu'ici en Corée du Sud, et, selon l'OMS, la Chine a fait état d'un cas -- une personne contaminée en Corée du Sud -- depuis le début de l'épidémie fin mai.

Un Allemand décédé le 6 juin en Allemagne est jusqu'ici le premier cas mortel de l'année lié à cette maladie en Europe.

Le coronavirus Mers est un virus moins contagieux que celui du Sras, Syndrome respiratoire aigu sévère, qui avait fait près de 800 morts dans le monde en 2003.

Il n'existe néanmoins aucun vaccin ou traitement pour ce virus Mers, qui présente un taux de mortalité d'environ 35%, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

En Arabie saoudite, plus de 950 personnes ont été contaminées depuis 2012 et 412 sont décédées. L'épidémie en Corée du Sud y est déjà la plus étendue en dehors de l'Arabie saoudite.

Effort "exemplaire" de Séoul

La directrice de l'OMS, Margaret Chan, a loué jeudi à Séoul l'effort "exemplaire" des autorités sud-coréennes après une première réaction laborieuse pour endiguer l'épidémie.

L'Organisation mondiale de la santé avait eu des mots très durs cette semaine à propos de la gestion de l'épidémie par les autorités sanitaires du pays, estimant que leurs erreurs devaient servir de "signal d'alarme" à l'étranger.

Après une réaction initiale excessivement lente, les mesures adéquates ont été mises en place "très rapidement et systématiquement" ce qui a permis de réduire le nombre de nouveaux cas diagnostiqués, a insisté Margaret Chan.

En conséquence de quoi "l'épidémie de Mers sera contrôlée (...) même si cela pourrait prendre un petit peu plus longtemps que ce qu'on souhaiterait", a-t-elle conclu.

Dans ses critiques qui faisaient écho à celles croissantes de la population inquiète, l'OMS avait cité le "manque de connaissances" des personnels de santé et du grand public sur le coronavirus et "des insuffisances en matière de prévention des infections et de mesures de contrôle dans les hôpitaux".

Les patients ont en effet souvent été hospitalisés dans des salles d'urgence bondées pendant de longues périodes. L'habitude des Sud-Coréens de se rendre dans plusieurs hôpitaux pour obtenir un deuxième, voire un troisième diagnostic, a pu également jouer.

Au total, 165 personnes ont été contaminées par le coronavirus Mers (syndrome respiratoire du Moyen-Orient) depuis le diagnostic le 20 mai d'un patient rentrant d'un voyage en Arabie saoudite et dans d'autres pays du Golfe.

Sur ces 165 cas, 24 patients ont été déclarés guéris, mais 17 personnes se trouvent dans un état décrit comme instable.

Plus de 6.700 personnes se trouvaient jeudi en quarantaine tandis que 4.500 autres qui avaient également été placées en observation ont été déclarées guéries et autorisées à sortir de l'hôpital.

 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale