La voyance en Thaïlande, c’est du sérieux !

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 14/06/2012 à 00:00 | Mis à jour le 14/10/2021 à 07:07
Photo : Un homme vient se faire lire les lignes de la main par une voyante lors de la Semaine de l'astrologie organisée le mois dernier à Bangkok (photo Suphang Naraipratan)
voyance thailande

Inutile d'aller bien loin pour constater que la voyance en Thaïlande est très ancrée dans la société. La confiance des Thaïlandais dans le "Mor dou", ou diseur de bonne aventure, est telle que celui-ci joue parfois le rôle de conseiller familial ou financier. Une fascination qui en fait une activité très lucrative mais néanmoins prise au sérieux jusqu'à sanctionner les candidats par un diplôme

La connaissance du futur est l'une des fascinations les plus anciennes de l'homme. Les oracles, devins et autres prophètes sont d'ailleurs de tous les récits des différentes mythologies.

Dans la société thaïlandaise contemporaine, la voyance est toujours très présente. Les diseurs de bonne aventure (appelés Mor dou en thaïlandais), donnent des consultations de chez eux, depuis un temple, ou bien même dans la rue, et sont également médiatiquement très exposés que ce soit dans la presse magazines, la télévision et la radio.

"Les Thaïlandais sont très curieux de connaître leur avenir", explique Pornsook Pengmanee, vice-présidente de l'Association internationale de l'Astrologie de Thaïlande. "Ils posent des questions en particulier sur l'amour, le travail et l'argent, le plus souvent dans cet ordre."

D'après cette professionnelle qui lit dans les lignes de la main depuis plus de 40 ans, ses clients demandent aussi parfois des conseils sur un investissement financier futur ou sur une décision familiale importante qu'ils doivent prendre, et souhaitent être prévenus d'éventuelles catastrophes.

"Si je leur dis qu'ils vont avoir bientôt un accident, ils prendront beaucoup plus de précautions dans ce qu'ils font les jours suivant la consultation", ajoute Pornsook. Signe de cette confiance parfois aveugle des locaux envers les Mor dou, Phuket s'était presque vidé fin avril après une prophétie annonçant l'engloutissement de l'île, malgré les explications convaincantes de scientifiques qui affirmaient l'impossibilité d'un tel phénomène.

Des voyants diplômés

Quoiqu'on en pense, la voyance s'apprend et est soumise à un certain nombre de techniques, de règles, et de calculs que celui ou celle qui se trouve des dons doit intégrer de toute façon.

Créée en 1974, l'Association internationale de l'Astrologie de Thaïlande a d'ailleurs fondé il y a 15 ans un institut employant une quarantaine de professeurs qui délivrent des cours de toutes les variantes de la voyance : chiromancie, taromancie, numérologie, astrologie, métoposcopie (voyance par les traits du visage), le jour de naissance.

A un rythme de 4 heures par semaine, les élèves qui se retrouvent à une douzaine par classe, peuvent sortir de l'Institut après cinq mois d'études avec un diplôme de voyant reconnu par l'Association.

"L'intérêt des Thaïlandais est croissant pour la voyance, affirme Ek Philak, spécialiste de tarot divinatoire âgé de 35 ans. Toutes les générations et toutes les classes sociales viennent désormais me consulter". Populaire dans les soïs les plus pauvres jusque dans les hautes sphères politiques, le phénomène est un commerce lucratif.

Des consultations tarifées à 1.000 bahts

En décembre 2008, une étude du Centre de Recherche Kasikorn estimait que la divination et autres services du même genre avaient généré 2,55 milliards de bahts (soit environ 64 millions d'euros au taux actuel) dans l'économie de la seule capitale Bangkok sur l'année qui s'achevait. Un diseur de bonne aventure qui prédit dans la rue facture de 100 bahts à 300 bahts chaque consultation. Et une visite chez un professionnel qui reçoit ses clients, la plupart du temps chez lui, est tarifée au moins 1.000 bahts. "Je reçois en moyenne 9 personnes par jour, ce qui me permet de gagner très bien ma vie," explique Ek.

Ces professionnels regrettent néanmoins que ces sommes d'argent générées attirent des gens malhonnêtes et malintentionnés.

"Certains charlatans inventent des prédictions, et d'autres demandent à leurs clients de grosses sommes s'ils veulent être protégés contre de grands malheurs à venir", raconte la vice-présidente de l'Association internationale de l'Astrologie de Thaïlande. Celle-ci publie d'ailleurs sur son site Internet la liste des Mor dou agréés pour mettre en avant ses élèves face aux "escrocs".

Avec plus de 1.000 élèves diplômés de l'institut par an, un chiffre qui ne cesse d'augmenter, on se dit que la voyance a un bel avenir en Thaïlande.

Yann FERNANDEZ mardi 12 juin 2012

 
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale