FTCC – Mathilde Paterson : "La chambre veut sortir de Bangkok et diversifier son public"

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 06/03/2014 à 23:00 | Mis à jour le 09/03/2014 à 14:38

Mathilde Paterson est en charge de la communication de la Chambre de Commerce Franco-Thaïe depuis novembre 2013. Cette jeune française originaire de la région parisienne installée à Bangkok depuis 2010 travaille depuis 10 ans dans le domaine de la presse et de la communication ? elle a notamment passé 4 ans chez Publicis en France, et a également ?uvré pour LePetitJournal.com Mexico! Elle répond aujourd'hui au PetitJournal.com Bangkok sur la stratégie de communication de la FTCC.

--

Des Droits de l'homme à la com', du Yémen à Bangkok en passant par Mexico
Avec un DEA en Droits de l'homme, Mathilde commence à travailler pour un magazine juridique mensuel en écrivant des articles sur le droit des médias. "Cette première expérience professionnelle m'a fait prendre conscience que j'avais surtout envie de travailler à l'étranger", a-t-elle confié au PetitJournal.com.
Avant la Thaïlande, Mathilde a vécu dans trois pays très différents les uns des autres: l'Australie, le Mexique, le Yémen."J'avais pourtant grandi dans un environnement qui n'était pas du tout international, j'ai d'ailleurs pris l'avion la première fois à 18 ans!", se souvient-elle.
Aujourd'huimariée à unBritannique, Mathilde est habituée aux environnements multinationaux. En arrivant à Bangkok elle travaille pendant un an pour l'Unesco comme consultante sur des projets web (newsletter, site Internet, media sociaux). Après une maternité pour son premier enfant, elle fait la dure expérience de la recherche de travail en Thaïlande. "Ayant trouvé très facilement à l'Unesco en arrivant, je me disais que c'était facile la Thaïlande, mais après la maternité j'ai eu beaucoup de mal car la concurrence des anglo-saxons dans le domaine de la communication est très forte", dit-elle. Habituée des networkings, elle finit par trouver ce poste à la FTCC. "Je suis très contente de l'environnement à moitié francophone et à moitié international, c'est un compromise très agréable".

LIRE AUSSI

Notre article du 12 février 2014
TRAVAILLER EN THAILANDE ? Les jeunes se regroupent pour trouver le bon cap
Thomas Sanchez préside le comité YP (Young Professionals) de la Chambre de commerce franco-thaïe (FTCC). L'objectif ? Rassembler les jeunes, organiser des ateliers et mettre à leur disposition les conseils avisés d'experts pour les aider dans leur parcours. Ce trentenaire français... Lire la suite

Notre article du 29 janvier 2014
TRAVAILLER EN THAÏLANDE ? Comment savoir ce qu'il faut faire et ne pas faire?

La Thaïlande est un pays attirant qui semble déborder d'opportunités professionnelles. Mais y décrocher un poste n'est pas toujours aussi simple que l'on croit, et le garder encore moins. La Chambre de Commerce Franco-Thaï (FTCC) organise, trois fois par mois des ateliers afin d'aider les Français à... Lire la suite

Notre article du 17 décembre 2013
BUSINESS ? Lucas Boudet : "l'intérêt pour la Thaïlande ne se tarit pas"

De retour d'une mission d'information en France auprès de PME françaises intéressées par le marché thaïlandais, le directeur de la chambre de commerce franco-thaïe (FTCC), Lucas Boudet, fait le bilan de cette démarche réalisée chaque année, et qui a pris cette année un tour un peu particulier... Lire la suite

Quels sont les axes principaux de la stratégie de communication de la Chambre cette année?
Nous travaillons dans la continuité de ce qui a été fait jusqu'ici car nous sommes sur une très bonne lancée depuis quelques années. Nous organisons une cinquantaine d'événements par an avec chaque année  une augmentation de 4-5 événements. L'idée est de poursuivre sur cette tendance, de faire toujours un petit peu plus, en améliorant bien entendu la qualité. Parmi nos événements phares, nous avons le gala (en octobre) et la foire Bonjour French Fair (en décembre) qui, dans les 2-3 dernières années, ont complètement monté en gamme et en public. Nous voulons donc continuer sur cette lancée.
Nous avons cependant de nouveaux objectifs, l'un des principaux étant pour 2014 de toucher la communauté thaïlandaise, plus spécifiquement les francophones ou francophiles. Nous avons une bonne visibilité, une bonne notoriété auprès de la communauté d'affaires française, on voudrait monter en puissance et être reconnus dans des milieux plus thaïlandais et internationaux. Et puis comme le fait souvent remarquer notre directeur Lucas Boudet, nous sommes la Chambre de commerce Franco-Thaïe, il faut que cela se traduise dans les faits!
Un deuxième axe, encore en chantier consiste à étendre nos événements hors de Bangkok, vers toute la région de Rayong, très industrielle, avec beaucoup de gens qui y travaillent et qui sont coupés de ce qui se passe à Bangkok, des networkings. Il y a eu des tentatives par le passé, mais il y a une nouvelle volonté. On ferait cela avec d'autres chambres de commerce européennes. Avec une possibilité plus tard d'aller sur Chiang Mai et Phuket.
Un autre axe serait de nous rapprocher davantage des PME et TPE. Et pour commencer, on attaque le chantier des entrepreneurs. Il y a déjà des networkings d'entrepreneurs qui se sont créés, et on réfléchit à des formules, qui pourraient comprendre des ateliers de formation pour monter sa société ou des speed-dating avec des entrepreneurs qui cherchent des prestataires (avocat, comptable, expert en RH, etc.) pour démarrer leur activité.

Quelle sera votre démarche pour la mener à bien?
Globalement, nous souhaitons plus de membres, plus de diversité et être plus reconnus hors de la communauté française. Pour cela, on va recruter une personne qui sera chargé des relations presse pour toucher les médias thaïlandais. On travaille aussi avec l'ambassade, et l'on voudrait travailler avec l'Alliance française, pour monter un réseau des Thaïlandais francophones. Nous cherchons à constituer une base de données des anciens étudiants thaïlandais en France, des profs de français thaïlandais, de tout Thaïlandais qui a un intérêt pour la francophonie. L'objectif est de faire un gros événement du type networking sous l'angle Thaïs francophones-francophiles.
Faire venir des Thaïs pour faire venir des Thaïs, cela ne marche pas, car se pose la question du "pourquoi viendraient-ils?". Et puis il y a un problème aussi de hiérarchie: l'employé thaïlandais qui vient avec son patron français n'est pas du tout à l'aise quand c'est son supérieur qui l'a emmené sous prétexte que l'entreprise est membre de la FTCC. En revanche, si on attaque sous l'angle des francophones et francophiles, on s'adresse à des gens qui parlent français, qui ont souvent fait leurs études en France, cela créé tout de suite une communauté et c'est un premier pas vers des Thaïlandais qui n'ont a priori rien à voir avec la France.
Pour le reste, nous allons continuer à travailler avec les autres chambres européennes pour proposer de nouvelles rencontres et de nouveaux échanges à nos membres.

Quels sont les principaux moyens et ressources dont vous disposez pour mettre en ?uvre votre stratégie?
Comme je l'ai dit, nous allons constituer une base de données des anciens étudiants, nous nous rapprochons de l'ambassade et de l'Alliance, et nous allons recruter un(e) chargé(e) des relations presse. L'équipe de communication est déjà constituée de cinq personnes plus une stagiaire, et sera portée à six avec le ou la chargé(e) des relations presse.
Nous avons aussi deux projets digitaux qui seront révélés à l'assemblée générale de la chambre le 11 mars. C'est une surprise! Il s'agit de dynamiser et rajeunir l'image de la chambre tout en nous rapprochant des membres.
Nous avons aussi développé de nouveaux partenariats presse. Nous avions déjà LePetitJournal.com [le tout premier en 2007!, ndlr], et l'AFP [2011]. Nous avons avec nous depuis 2013 le groupe Mass Media qui possède notamment L'Officiel. Un dernier partenariat pourrait être bientôt signé avec le magazine francophone Gavroche.
Nous dynamisons également nos réseaux sociaux pour nous rapprocher des membres et parler davantage d'eux, et allons être davantage présents sur Twitter.
Propos recueillis par Pierre QUEFFELEC (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) vendredi 7 mars 2014
{loadposition 728-2_bangkok-article}

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale