Samedi 15 mai 2021

Pomper les eaux souterraines, solution de la Thaïlande à la sécheresse

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 13/04/2021 à 02:45 | Mis à jour le 28/04/2021 à 13:37
Photo : REUTERS/Prapan Chankaew - En vue d’assurer l’approvisionnement nécessaire en eau dans les régions les plus sèches, les autorités étudient les possibilités de développer des centaines de points de captage des eaux souterraines
Le forage des eaux en Thaïlande

Pour solutionner les pénuries d’eau liées à la sécheresse saisonnière, la Thaïlande a lancé des opérations d'extraction des eaux dans les régions les plus arides pour exploiter les nappes phréatiques.

Le département du ministère thaïlandais des Ressources naturelles et de l'Environnement en charge des eaux souterraines a envoyé ces dernières semaines des géologues et plus de 80 équipes dans les zones non desservies par les réseaux d'irrigation et les régions les plus affectées par la pénurie d’eau lorsque les barrages ont livré leurs dernières réserves.

"Lorsque les réserves d’eau en surface s'assèchent, la seule source restante est celle qui se trouve sous nos pieds", a déclaré le ministre des Ressources naturelles et de l'Environnement, Varawut Silpa-Archa, lors d'une visite début avril dans la province de Yasothon, dans le nord-est de la Thaïlande qui compte déjà près d’un millier de puits d’extraction d’eaux souterraines.

"La quantité d'eau souterraine en Thaïlande est énorme", a-t-il dit, estimant que 10 à 15% des plus de 700 millions de litres d'eau de pluie de la Thaïlande se trouveraient sous le sol.

Le captage des eaux souterraines est dénoncé par certains groupes écologistes qui privilégient des efforts tournés vers une meilleure protection et gestion des ressources en surface. Pour eux, le fait de se tourner vers cette source d’approvisionnement fragile pour répondre à une demande croissante est une solution de facilité qui permet seulement de reculer pour mieux sauter.

Ils estiment que le captage des eaux souterraines assèche les lacs et les zones humides et affecte de fait la faune et la flore, tandis que l'agriculture consomme des quantités d'eau non durables.

Si les nappes sont contaminées par le forage, la qualité des eaux souterraines est difficile à retrouver et les conséquences peuvent se prolonger pendant des décennies.

Cela peut également mener à l'épuisement des aquifères et à la diminution des nappes phréatiques, tandis que le vide laissé par les forages présente un risque de subsidence des terrains, comme cela est observé depuis plusieurs années dans et autour de Bangkok.

Le ministre des Ressources naturelles et de l'Environnement a assuré que "toutes les précautions" étaient prises pour éviter tout dégât éventuel ainsi que les dolines.

Malgré les efforts déployés pour convaincre les tenants de l’agriculture dans ces régions coutumières de fortes sècheresses de s’orienter vers des cultures moins gourmandes en eau, la demande en eau ne cesse d'augmenter et donc ne cesse d’être problématique à chaque sècheresse.

En vue d’assurer l’approvisionnement nécessaire dans l’avenir, les autorités étudient les possibilités de développer des centaines d'autres points de captage des eaux souterraines.

La Somabutr, un cultivateur de fruits biologiques, explique qu’étant donné qu’il y a peu d'arbres pour retenir l'eau et que les puits s’assèchent en mars et avril, le pompage des eaux souterraines permet de changer la donne.

"Il fait très sec ici", dit-il. "Désormais, nous avons cette eau souterraine. J'ai l'impression de renaître."

0 Commentaire (s)Réagir