INONDATIONS – 3 questions à Thitinan Pongsudhirak, analyste politique

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 17/11/2011 à 00:00 | Mis à jour le 05/01/2018 à 08:30

Politologue de l'université Chulalongkorn de Bangkok, Thitinan Pongsudhirak analyse les facteurs ayant conduit à la cacophonie qui a caractérisé la gestion des inondations cette année. Selon lui, cette crise va encore accroître la division entre les Thaïlandais et des man?uvres de déstabilisation du gouvernement sont à prévoir

Pour Thitinan Pongsudhirak, les inondations vont renforcer la division existante entre les Thaïlandais (photo Yann Fernandez)

_

Un décret d'amnistie secret fait pour Thaksin ?
Le gouvernement thaïlandais a endossé mardi un décret qui rendrait éligible à une amnistie royale, le 5 décembre prochain, des personnes de plus de 60 ans punies par des peines de moins de 3 ans de prison. L'ancien Premier ministre aujourd'hui en exil, Thaksin Shinawatra, âgé de 62 ans et condamné à deux ans de prison en 2008 pour abus de pouvoir, pourrait donc être concerné. Non inscrit dans le communiqué de la réunion du jour, la décision du cabinet a été prise en l'absence de la Premier ministre Yingluck et de plusieurs officiels. D'après le Bangkok Post, le chef de l'opposition et ancien chef du gouvernement Abhisit Vejjajiva a expliqué que ce décret était inacceptable et que ses détails devaient être rendus public, chose qui n'a pas été encore faite. En réponse, le vice-Premier ministre Chalerm Yubamrung a indiqué que le décret devait pour l'instant rester secret car il n'était pas encore finalisé. Il a précisé qu'un comité de 20 personnes, rattaché au ministère de la Justice, allait étudier des détails législatifs ainsi que les critères d'éligibilité à cette amnistie.

___________________________________

LIRE AUSSI

INONDATIONS ? Yingluck encaisse les critiques, Thaksin fait profil bas
Vendredi 11 novembre 2011

La discussion parlementaire sur le budget cette semaine a été l'occasion pour le Parti Démocrate d'attaquer la Premier ministre. L'opposition, déjà critique sur la gestion des inondations, réprouve aussi les projets de réhabilitation exposés par Yingluck Shinawatra. Son grand frère Thaksin, si présent médiatiquement pendant la campagne électorale, reste désormais... Lire la suite

INONDATIONS ? Les "Big Bags" encore pris pour cible par des résidents
Jeudi 16 novembre 2011

Environ 200 habitants du district de Lam Luk Ka dans la province de Pathum Thani ont déplacé hier des "Big Bags", ces sacs de sable de 2,5 tonnes chacun... Lire la suite

_

Lepetitjournal.com/Bangkok : Comment peut-on expliquer les problèmes rencontrés par les autorités dans la gestion des inondations ?
Thitinan Pongsudhirak : On peut retenir quatre facteurs à la crise. Premièrement, il y a le manque d'expérience de Yingluck et le fait qu'elle soit entourée par des gens qui n'ont pas la capacité à gouverner. Il ne faut pas oublier qu'en 2007, la Cour constitutionnelle a banni 111 membres du parti Thai Rak Thai (ndlr : le parti dissous de Thaksin Shinawatra). Deuxièmement, la bureaucratie thaïlandaise est trop lente et elle n'est pas prête pour gérer de telles crises. Rendez-vous compte qu'il n'y a pas moins de 15 agences et 9 ministères qui se sont occupés de la gestion de l'eau. La bureaucratie thaïlandaise avait d'ailleurs déjà montré ses limites lors des précédentes crises politiques qu'a subies le pays depuis 2006. Le troisième point est la division politique du royaume. Celle-ci est si profonde qu'elle empêche les deux principales sensibilités, représentées par le Puea Thai au pouvoir, et les Démocrates dans l'opposition, de travailler ensemble malgré la dureté de la crise. Enfin, il y a les disparités sociales et le fait que les principales choses à préserver dans le pays soient concentrées principalement sur Bangkok. Cette crise aurait été dure à gérer pour n'importe quel gouvernement.

La décision du gouvernement d'endosser une demande d'amnistie qui pourrait concerner Thaksin Shinawatra pourrait-elle mettre de l'huile sur le feu ?
Je ne pense pas que cette mesure puisse déboucher sur une nouvelle crise politique car c'est une chose commune qui a lieu tous les ans (ndlr : lors de l'anniversaire du roi le 5 décembre). Et on ne sait pas encore qui elle va concerner. En revanche, il est clair que la division entre les Thaïlandais, entre "Rouges" et "Jaunes", est extrêmement profonde et très dure à résoudre. Et que cette crise, les pires inondations qu'a connues le pays depuis 50 ans, va encore d'avantage accentuer la fracture existante de par le déroulé des événements.

Un universitaire a indiqué qu'il allait travailler avec le Conseil des Juristes de Thaïlande afin de poursuivre le gouvernement de Yingluck sur sa gestion des inondations. Que peut-on en attendre ?
Pour déstabiliser un gouvernement, il faut toujours un point de départ, que ce soit des poursuites en justice, des accusations de corruption, des protestations. La décision de cet universitaire peut être le point de départ d'une série de grandes man?uvres de fragilisation du gouvernement de Yingluck Shinawatra. Et une nouvelle bataille judiciaire pourrait avoir lieu.  
Propos recueillis par Yann Fernandez (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) jeudi 17 novembre 2011

 

 

 

 

 

{loadposition 728-2_bangkok-article}

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale