TEST: 2238

La forte demande asiatique de brisure de riz secoue la sécurité alimentaire

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 18/03/2022 à 03:09 | Mis à jour le 18/03/2022 à 13:05
Photo : REUTERS/Mohamed Abd El Ghany
La flambée des prix du blé et du maïs stimule la demande en brisure de riz dans l’alimentation animale en Asie

La flambée des prix du blé et du maïs stimule la demande en brisure de riz dans l’alimentation animale en Asie, faisant grimper les prix de l'aliment de base le plus important au monde, à un moment où l'inflation alimentaire mondiale avoisine déjà des records.

 

Les importateurs mondiaux de céréales se bousculent pour s'approvisionner depuis que l'invasion de l'Ukraine par la Russie a interrompu les exportations de céréales des deux pays, qui représentent ensemble environ 25 % des exportations mondiales de blé et 16 % des exportations mondiales de maïs.

Les contrats à terme sur le blé de Chicago ont atteint un niveau record la semaine dernière, tandis que le maïs a atteint son plus haut niveau en dix ans après que l'Ukraine déchirée par la guerre a fermé ses ports et que les sanctions occidentales ont frappé les exportations russes.

Les flambées des prix du blé et du maïs ont à leur tour poussé les acheteurs à rechercher des alternatives, y compris en Chine, de loin le plus grand marché d'aliments pour animaux au monde. Les importateurs sont en pourparlers pour acheter des volumes supplémentaires de brisures de riz pour engraisser les porcs et autres animaux, ont déclaré des négociants et des analystes.

 

Les prix pourraient encore augmenter

Le riz se négocie généralement à une forte prime par rapport au blé, mais la flambée de 50% des prix du blé par rapport au mois dernier a considérablement réduit la différence entre les deux céréales et a même rendu le blé plus cher que certaines qualités inférieures de riz.

Le riz alimentaire de référence des exportateurs thaïlandais a réalisé la semaine dernière sa plus forte hausse hebdomadaire depuis octobre 2020 en raison d'une demande plus ferme de denrées alimentaires et d’aliments pour animaux, grimpant de 5% pour atteindre environ 421,50 $ la tonne.

C'est le plus élevé depuis juin dernier, et des sources affirment que les prix pourraient continuer à augmenter si la perturbation des flux de la mer Noire persiste. Les prix à l'exportation du Vietnam et de l'Inde ont également grimpé.

"Il pourrait y avoir un plus grand intérêt pour les brisures de riz pour l'alimentation animale si la force qui domine actuellement les marchés du blé et du maïs persiste", a déclaré Shirley Mustafa, économiste du riz de la FAO, basée à Rome. "Il ne s'agit pas seulement d'aliments pour animaux, il pourrait également y avoir un phénomène de substitution dans d'autres secteurs d'utilisation, comme un nombre croissant de personnes se tournant vers le riz pour leurs repas."

 

Quand le riz se substitue au maïs

La Chine avait enregistré jusqu'à deux millions de tonnes d'importations de maïs ukrainien pour cette année, mais la plupart de ces expéditions sont désormais menacées compte tenu de la perturbation des chaînes logistiques ukrainiennes.

Pour remplacer ces volumes perdus, la Chine devrait importer environ trois millions de tonnes de brisures de riz, contre environ deux millions de tonnes par an au cours des deux dernières années, a déclaré un négociant en riz basé à Pékin.

Un importateur du Guangdong cherche à acheter du riz cassé en provenance de Thaïlande, tandis que d'autres ont récemment acheté du riz cassé indien pour l'alimentation, selon une autre source informée sur la question.

"La demande de brisures de riz indiennes a augmenté en raison de la hausse des prix du maïs. Les fabricants d'aliments essaient de remplacer le maïs par du riz", a déclaré à Reuters B.V. Krishna Rao, président de l'Association indienne des exportateurs de riz.

Les prix du riz cassé 100 % indien sont passés à 320 dollars la tonne ce mois-ci, contre 290 dollars en février, a-t-il ajouté.

Pour soutenir davantage les prix du riz, les fabricants d’aliments pour animaux en Thaïlande envisagent également d’utiliser davantage de brisures de riz pour remplacer le maïs, ce qui fait grimper les prix intérieurs dans tout le pays, ont déclaré des négociants basés à Bangkok.

"Il y a une énorme augmentation de la demande de riz de qualité inférieure de la part de l'industrie thaïlandaise de l'alimentation animale", a déclaré un commerçant à Bangkok. "En fait, une grande partie du riz cassé de Thaïlande est susceptible d'être consommée sur le marché intérieur."

 

Craintes pour la sécurité alimentaire

Les prix mondiaux du riz pourraient encore augmenter au deuxième trimestre si les consommateurs de blé en Inde –le deuxième plus grand utilisateur de riz après la Chine– se tournent vers le riz en raison des prix record du blé sur le marché intérieur, ce qui accélérerait toute baisse des stocks de riz, a déclaré Chookiat Ophaswongse, président honoraire de l’Association thaïlandaise des exportateurs de riz.

Alors que les stocks mondiaux de riz devraient atteindre un record de 190 millions de tonnes cette année, selon le département américain de l’Agriculture, la production mondiale de riz devrait dépasser la consommation mondiale de moins de 5 millions de tonnes en 2022, de sorte qu’une augmentation soudaine de la demande mondiale pourrait commencer rapidement à épuiser ces stocks et à renforcer le sentiment haussier sur le marché.

Là-dessus, une augmentation des prix du riz intensifiera les inquiétudes en matière de sécurité alimentaire pour certains des pays les plus pauvres d’Afrique et d’Asie, où des millions de personnes dépendent de la disponibilité bon marché de l’aliment de base.

"Pour l’instant, les brisures de riz sont principalement destinées au secteur de l’alimentation animale, mais comme la guerre se prolonge et que les acheteurs ne sont pas en mesure de se procurer suffisamment de blé, il s’agit alors de sécurité alimentaire", a déclaré un négociant en céréales basé à Singapour. "Les acheteurs feront tout ce qu’ils peuvent pour remplacer le blé devenu cher par du riz ou d’autres alternatives."

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale