Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

L'Asie du Sud-Est à la course pour la diversification énergétique

Un homme ouvrier marche dans une entreprise de Gaz en ThaïlandeUn homme ouvrier marche dans une entreprise de Gaz en Thaïlande
Reuters
Écrit par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters
Publié le 10 octobre 2022, mis à jour le 10 octobre 2022

La demande énergétique des pays d'Asie du Sud-Est pourrait tripler d'ici 2050 et la région pourrait devenir importatrice nette de gaz naturel et de charbon avant cette date si la région ne développe pas de nouvelles sources d'énergie alternatives, selon une étude de l'organisme régional en charge de l'énergie.

 

Pour les 10 pays de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN), la diversification énergique est un objectif crucial ne serait-ce que pour répondre à l’augmentation croissante de la demande en énergie, a souligné jeudi Nuki Agya Utama, directeur du Centre pour l’Energie de l'ASEAN (ACE).

"La demande augmente (...) en conséquence, nous devons fournir un approvisionnement stable, ce qui deviendrait problématique si l'approvisionnement dépendait d'une ou deux sources", a-t-il déclaré dans une interview.

Selon une étude récente de l'ACE, la croissance économique rapide de la région pourrait porter la consommation totale d'énergie à environ 1,28 milliard de tonnes d'équivalent pétrole en 2050, selon un scénario de référence.

Pendant ce temps, sans découvertes ou diversification significatives, l'Asie du Sud-Est pourrait devenir un importateur net de gaz naturel d'ici 2025 et de charbon d'ici 2039. L'Asie du Sud-Est abrite le premier exportateur mondial de charbon thermique, l'Indonésie.

 

Nucléaire, hydroélectricité et géothermie

Une intervention politique est nécessaire pour aider à accélérer le développement des énergies renouvelables et d'autres énergies alternatives dans la région.

Sans intervention politique, la part des énergies renouvelables de l'ASEAN ne devrait atteindre que 14,4 % de l'approvisionnement total en énergie primaire d'ici 2025, soit un changement nul par rapport à 2020 où elle se situait à 14,2%, et en deçà de l'objectif de l'ASEAN de 23%.

"Nous devons envisager d'installer une centrale nucléaire d'environ 4 gigawatts (capacité)", a déclaré Nuki Agya Utama, tout en développant des infrastructures pour exploiter des sources telles que l'hydroélectricité et l'énergie géothermique. L'Asie du Sud-Est abrite 25% de la capacité de production géothermique mondiale, le deuxième plus gros potentiel, mais la région possède également d'importantes réserves de charbon.

L’ASEAN devrait également développer des installations de stockage d'énergie pour optimiser l'utilisation future de l'énergie solaire et éventuellement l'éolien, estime Nuki Agya Utama.

Pour le carburant de transport, le directeur du Centre pour l’Energie de l'ASEAN estime que la région doit augmenter l'utilisation des biocarburants et du bioéthanol et augmenter l'utilisation des véhicules électriques à 20% d'ici 2050 pour réduire la consommation de combustibles fossiles.

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024