L'Édito de Frédérique Stref, psychologue Française à Auckland

Par Frédérique Stref | Publié le 01/03/2022 à 07:48 | Mis à jour le 15/06/2022 à 04:11
Portrait de Frédérique Stref

Vous souvenez-vous de ce héros qui ne connaissait pas la peur ? Il était alors marginalisé par son entourage et considéré comme idiot ou inapte aux codes de la société. Il part donc à la recherche de cette émotion et est mis à l’épreuve dans la foret où des créatures surnaturelles le surprennent mais ne l’effraient toujours pas.  Comme il n’a ressenti aucun danger, il ne peut se satisfaire de cette expérience ni être intégré dans son entourage. Plus tard, alors qu’il rencontre une jeune femme dont il tombe amoureux, il tremblera pourtant de peur.

Habituellement dans les histoires, le héros en devenir ressent la peur, accepte cette émotion et, doté de courage, surmonte l’obstacle présenté. Or ici on remarque surtout que l’absence de peur le met à l’écart du groupe social. Mais que représente donc la peur dans l’espace social ? Peut-on envisager la peur comme condition à la solidarité ? À l’union dans le groupe et comme restriction à la liberté individuelle ? Comment expliquer que cette émotion dite négative est ici reconnue comme vertu que le héros doit absolument acquérir ?

 

 

illustration Conte de celui qui s'en alla pour connaître la peur

 

Cette peur est particulière car elle est relative au système de valeurs et de croyances fondatrices du groupe social. Heureusement grâce aux frissons de la peur suite au sentiment amoureux, le héros retrouve de son humanité. La rencontre avec cette jeune fille implique un attachement qui s’associe immédiatement à la peur de la perte tout en redonnant force et couleurs à toutes choses. La peur de ce héros est bien différente de celle qui paralyse les sociétés aujourd'hui. Les contes par leur fonction incitent à la cohésion au sein du groupe et mettent aussi en garde contre toute autorité excessive.

La sagesse populaire quant à elle cherche la mesure en toutes chose : si la peur est une émotion fondamentale nécessaire à la survie de l’homme et au développement de sa sensibilité, elle perd toute vertu quand elle est instrumentalisée au profit d’un quelconque pouvoir pour contrôler les individus au sein des sociétés.

Notre héros suit alors un itinéraire lui permettant de connaitre une peur qui est souffle de vie, de se réapproprier son humanité, sans pour autant perdre la liberté qui fonde l’individu.

Vite à nos livres de Contes !

 

Française de l'étranger depuis 25 ans, Frederique Stref est diplômée en Psychologie et praticienne certifiée en neurolinguistique. Désormais basée à Auckland, en Nouvelle-Zélande, elle propose chaque après-midi à ses clients une écoute active et un espace sans jugement pour s'exprimer, prendre du recul, lâcher prise, se libérer, découvrir des perspectives différentes et une conscience émotionnelle. 

 

Pour réserver une séance ou obtenir plus d'informations, nous vous invitons à contacter Frédérique Stref par email, téléphone ou SMS en cliquant sur ce lien. Vous pouvez proposer votre propre créneau horaire pour une réunion ou une conversation.

 

Frederique Stref Le Petit Journal Auckland

Frédérique Stref

Française de l'étranger depuis 25 ans, j'ai vécu en Belgique, au Danemark, en Hollande, à Hong-Kong, Singapore et maintenant en NZ. Diplômée en Psychologie et praticienne certifiée en neurolinguistique, j'aime accompagner les personnes en questionnement.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'édition Auckland.

À lire sur votre édition internationale