Frédérique Stref : « La Nouvelle-Zélande m'a reconnectée avec la nature »

Par Frédérique Stref | Publié le 03/02/2022 à 23:41 | Mis à jour le 04/02/2022 à 12:17
Photo : Frédérique Stref sur la plage de Point Chevalier à Auckland.
Frédérique Stref sur la plage de Point Chevalier

Frédérique Stref a présenté sa dernière collection And So On lors d'une exposition au coucher du soleil sur la plage de Point Chevalier. La collection comprend douze œuvres d'art abstraites réalisées à la main dans le style encaustique - chacune étant une manipulation de cire pigmentée sur des panneaux de bois - célébrant le paysage qui a profondément marqué l'artiste depuis son arrivée en Nouvelle-Zélande en décembre 2019.

"Après avoir vécu pendant dix ans dans des grandes villes d'Asie, je m'étais tellement déconnectée de la nature que je me sentais complètement perdue. Lorsque je suis arrivé en Nouvelle-Zélande, c'est comme si j'avais reçu une grande vague de force vitale, d'énergie et de puissance - j'ai pu me reconnecter avec la nature et cette exposition est une expression de gratitude pour la guérison que j'ai reçue en vivant dans cet endroit magnifique", déclare Frédérique Stref.

Très peu d'artistes utilisent la technique très complexe de la peinture à l'encaustique ou "peinture à la cire chaude". Le procédé consiste à ajouter soigneusement des pigments de couleur à la cire, puis à appliquer le matériau fondu sur du bois préparé. Il en résulte des couches complexes de couleur et de texture qui semblent nager sur la surface.

 

Frédérique Stref... AND SO ON from Cheryl Potter on Vimeo.

 

"J'aime vraiment cette technique et le travail avec ces matériaux parce qu'on a l'impression que la cire est vivante - je peux avoir beaucoup de profondeur, beaucoup de lumière et beaucoup de contraste, ce que je ne pouvais pas obtenir avec la peinture", dit-elle.

Frédérique Stref a découvert ce matériau alors qu'elle vivait à Amsterdam au début des années 2000 et a immédiatement senti que la texture et l'éclat de l'encaustique convenaient à sa nature sensorielle et lui permettraient d'exprimer ses sentiments les plus profonds.

Les couleurs soigneusement capturées dans And So On reflètent l'environnement naturel de Stref aujourd'hui - du turquoise éblouissant à l'orange flamboyant, en passant par le fuchsia et toutes les nuances de bleu imaginables - elles dépeignent les couleurs du littoral d'Auckland au fil des saisons.

"Je suis inspiré par la lumière, le ciel ouvert, l'intensité du mouvement et de la couleur en constante évolution et la façon dont l'environnement entier peut changer à cause d'un nuage ou d'un peu de vent. La lumière est si intense qu'elle prend une autre dimension. J'ai passé tellement d'heures à m'asseoir sur la plage et à contempler. Je ne sais pas s'il existe un autre endroit au monde avec un ciel aussi ouvert et une telle intensité de couleurs et de lumière", dit-elle.

 

 

Ce n'est que quelques mois après son arrivée à Point Chevalier, en décembre 2019, qu'Auckland a connu le premier de plusieurs lockdowns dus à la pandémie. Étant attirée par l'océan et la pratique du yoga, Frédérique a créé According to the Tide, un groupe de locaux qui se réunissait chaque jour en fonction de la marée, pour pratiquer le yoga sur la plage et se connecter les uns aux autres.

"Ces derniers mois de restrictions ont été difficiles et il a été dur de passer par ce confinement, mais il y a toujours un côté positif. Cette période m'a rapprochée de la nature et c'est exactement ce dont j'avais besoin. Cela m'a aidé à rester positive - la nature m'a vraiment sauvée", dit-elle.

Alors que Frédérique Stref célébrait le dévoilement de sa collection à l'extrémité nord de la plage de Point Chevalier le samedi 11 décembre, Mère Nature a décidé de se manifester avec du vent et de la pluie. Cela n'a pas suffi toutfois à entamer l'esprit des personnes présentes. Abrités sous les arbres géants de Pohutukawa, les invités ont ri, discuté avec enthousiasme des œuvres d'art, dégusté de magnifiques plats et vins français et se sont laissés emporter par le moment de connexion entre eux, avec la nature et avec l'art.

 

Propos traduits du texte original de Catriana Montalvo, éditrice.

Frederique Stref Le Petit Journal Auckland

Frédérique Stref

Française de l'étranger depuis 25 ans, j'ai vécu en Belgique, au Danemark, en Hollande, à Hong-Kong, Singapore et maintenant en NZ. Diplômée en Psychologie et praticienne certifiée en neurolinguistique, j'aime accompagner les personnes en questionnement.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'édition Auckland.

À lire sur votre édition internationale