Mercredi 21 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le système politique néo-zélandais 

Par Axelle Martin | Publié le 06/08/2018 à 14:17 | Mis à jour le 09/10/2018 à 15:31
Photo : Le siège du parlement à Wellington
Parlement Wellington House of representatives New Zealand

Certains d'entre vous se sont certainement demandés pourquoi la Nouvelle-Zélande célébrait l'anniversaire de la reine ou encore pourquoi la Première Ministre Jacinda Ardern a passé l'intérim à Winstom Peters, alors qu'il est plutôt à droite de l'échiquier et elle à gauche. Ca tombe bien, Le Petit Journal Auckland revient sur le paysage politique néo-zélandais pour vous donner un aperçu simplifié de son fonctionnement.


Forme politique de la Nouvelle-Zélande 

La Nouvelle-Zélande est une monarchie constitutionnelle à démocratie parlementaire. Membre du Commonwealth, le pays reconnaît la Reine Elisabeth II comme monarque, elle possède le titre de Reine de Nouvelle-Zélande. Un gouverneur représente la Couronne sur le territoire néo-zélandais. En théorie, la Reine est le chef de l'Etat. En pratique elle délègue l'exercice du pouvoir au Cabinet, c'est-à-dire le gouvernement, issu de la majorité de la chambre des représentants.

 

The House of Representatives - le parlement néo-zélandais

Pour ceux qui ont quelques difficultés avec la politique, petit éclaircissement : dans la majorité des systèmes politiques, le nombre de sièges au parlement est proportionnel au nombre d'habitants. Ainsi, la Nouvelle-Zélande qui a une population faible, environ 4,5 millions, a un parlement composé de 120 parlementaires - Members of parliament ou MP en anglais - élus pour 3 ans . En comparaison, l'Assemblée Nationale française est composée de 577 parlementaires.

La Nouvelle-Zélande possède une seule assemblée, contrairement à l'Angleterre ou la France qui en ont deux. The house of representatives est le coeur du pouvoir politique néo-zélandais. Elle a pour rôle de voter les lois. Le pouvoir exécutif - le Cabinet / gouvernement - est issue du parti politique majoritaire à la chambre. Son rôle est de faire appliquer les lois votées et de gérer les affaires courantes de l'Etat. 

 

Jacinda Ardern Winston Peters

 

L'une des particularités de la Nouvelle-Zélande est de garantir la représentation à l'Assemblée de la communauté maorie, et ce depuis l'instauration du Maori Representative act en 1867. Initialement dotée de 4 sièges, la réforme de 1993 - Electoral act - a permis d'annexer ce nombre par rapport à la proportion de la communauté maorie. Actuellement, 7 sièges leur sont réservés. Leur élection est réalisée à partir d'une liste électorale spécifiquement réservée à cette minorité. Pour pouvoir y être inscrit, l'électeur doit faire preuve de son ascendance maorie. 

 

Les grands partis politiques néo-zélandais du XX ème siècle

L'histoire politique de la Nouvelle-Zélande est bien antérieure à la date de son indépendance (1907). Sur le plan parlementaire, avant la décennie 1920, le paysage est principalement constitué d'entrepreneurs politiques - c'est-à-dire des figures politiques de premier plan indépendantes. Il faudra attendre la création (1916) et le renforcement progressif du Labour Party - aile gauche de l'échiquier politique - pour voir apparaître une bipolarisation de la vie politique néo-zélandaise et venir challenger la prédominance du Parti National - parti de droite. 

La domination du système parlementaire par ce duo antagoniste est de mise sur la période 1935-1978. Le Parti National rafle le pouvoir pendant la majorité de cette période. Le Labour Party ne l'exerce qu'à trois reprises. 

La bipolarisation de la vie politique néo-zélandaise est expliquée par le mode de scrutin "First past the post". Ce type de procédure électorale est encore pratiquée aux Etats-Unis. Pour faire simple le candidat qui remporte le plus de votes gagne le siège. 


La réforme électorale de 1993 - multipartisme et introduction des gouvernements de coalition


A la suite d'un référendum tenu en 1992, les Néo-Zélandais ont pris la décision de réformer le système électoral et de lui préférer une forme mixte alliant first past the post et scrutin proportionnel.  Ainsi la moitié des sièges du parlement sont distribués selon le principe du first past the post et l'autre moitié revient à la proportionnelle (il faut au moins avoir 5% de vote pour que le parti dispose d'un siège). Bref contrairement à la période antérieure, il devient difficile à un seul et même parti d'acquérir une majorité au parlement. 

De fait, les gros partis traditionnels, le Labour et les héritiers actuels du parti National doivent former des coalitions avec d'autres groupes politiques. Actuellement, la coalition au gouvernement est tout à fait "intéressante". En effet, la Gouvernement de Madame Ardern, issue du Labour Party, perçu comme plus progressist, a dû s'associer au Green Party et à New Zealand First - parti de Winston Peters plutôt conservateur et protectionniste. 



 

Nous vous recommandons

Axelle Martin

Axelle Martin

Avec un sens de l'humour aussi pointu que douteux, Axelle est fraîchement diplômée de l'université de Bordeaux. Toutes les formules capillotractées que vous lisez dans les articles sont sûrement d'elle . Elle dit "chocolatine" mais on l'aime quand même !
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Auckland ?

DÉCOUVERTE

On a testé pour vous : White Island en hélicoptère

Envie d'une expérience hors du commun en Nouvelle-Zélande ? Aujourd’hui, Lauren vous emmène à la rencontre du volcan actif White Island en hélicoptère. Attention, balade narrative de hauts risques !