EuroVintage et le vin à portée de mains

Par Le Renault French Festival | Publié le 21/09/2017 à 04:49 | Mis à jour le 08/08/2018 à 09:31
Veuve du Vernay EuroVintage Auckland

Hebdo French Touch

 

 

 

 

Les Français sont bien connus pour leur goût inexplicable du vin de qualité. Pour accompagner la fameuse gastronomie française ou juste pour le déguster, il est rare de pouvoir critiquer le vin français. En plein milieu de notre série Hebdo French Touch, découvrez EuroVintage, emblème, symbole et vitrine de la sélection des vins français en Nouvelle-Zélande. 

C’est pourquoi, il y a plus de trente ans et bien avant de distribuer des vins de Nouvelle-Zélande, EuroVintage - Eurowine à l’époque- est né à Wellington. Un groupe d’amateurs a commencé à importer des vins de Bordeaux, de Bourgogne, du Rhône et de Champagne. Venant tout droit des vignes bordelaises, la Veuve du Vernay est le reflet de la façon de vivre à la française « sophistiquée, spontanée, romantique, élégante et chic ». Ben Longhurst, responsable commercial, est en charge d’ apporter la French Touch en formant les équipes de ventes mais aussi des sommeliers ou détaillants à travers le pays. Pour l'Hebdo French Touch, il nous raconte l'histoire. 

« Nous sommes chanceux de venir d’un pays que les kiwis adorent. Ils sont très ouverts d’esprit et ont soif de culture ». Pour leur faire découvrir la culture française et ses régions à travers les vins et les vignerons, EuroVintage sera présent au French Festival. C’est aussi parce que l’événement renforce leur position en tant que fournisseur de vins français. « Être le sponsor inaugural et unique du Festival organisé par Edouard - propriétaire du Chef et organisateur du festival - était une évidence ». 

Et puis la French Touch c’est « une certaine élégance, un art de vivre, une culture riche qui est l’apanage des « vieux » pays ». La France produit du vin depuis plus de 2000 ans. La pierre, les vieilles villes pavées, les vieux bâtiments, les marches de village, l’identité de la France pour Ben c’est tout ce qu’on ne peut pas importer et ce qui fait que la France demeure la première destination touristique au monde. 

 

 

Pour le reste, ce qui peut être importé, il y a la Veuve du Vernay. Ce vin connaît un réel succès en Nouvelle-Zélande, spécifiquement pour son effervescence. Cette célébrité s’illustre avec des chiffres : 

-Présent depuis environ 30 ans,

-2ème marché au monde pour la marque, 

-Pour seulement 4 millions d’habitants

Il est « d’une qualité constante irréprochable et au tiers du prix d’un champagne bas de gamme ».  La réelle différence entre les vignes kiwis et les françaises est liée à l’expérience. L’industrie moderne du vin néo-zélandaise n’a même pas cinquante ans ! Ben Longhurst est alors le parfait ambassadeur pour EuroVintage « J’apprends tous les jours et transmets tout ce que je sais à la nouvelle génération ».

Pas très difficile comme travail car, selon lui, la « kiwi attitude » a en elle une croyance bien ancrée et "tout est possible si tu t’en donnes les moyens". C’est « un positivisme et un activisme réaliste qui semble échapper à la France, un peu attentiste.[…] En Nouvelle-Zélande, tu peux boire une bière avec un inconnu dans un pub, parler pendant une heure et te rendre compte à la fin qu’il est PDG de Telecom ou de Frontera (premier exportateur de produits laitiers au monde). » 

Bien implanté en Nouvelle-Zélande et dans la culture locale, EuroVintage sponsorise également le championnat néo-zélandais de Netball et l’équipe nationale, les Silver Ferns. « Notre position est solide. Notre distribution équilibrée. Le futur s’annonce très positif ». 

Un air de jazz du renommé Michel Petrucciani, un verre de Veuve du Vernay, et nous voilà en été. Rendez-vous le 26 août au French Festival (tous nos articles à ce sujet : ici), en essayant de ne pas avoir une goutte d’eau de pluie  dans votre vin.

 

Sur le même sujet
French festival auckland

Le Renault French Festival

Dites bonjour au plus gros événement Français de Nouvelle-Zélande. Le Renault French Festival revient à Auckland du 11 au 14 juillet 2019.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'édition Auckland.

À lire sur votre édition internationale