Discrimination et tatouage : Air New Zealand au coeur des débats

Par Lepetitjournal.com Auckland | Publié le 14/08/2018 à 22:25 | Mis à jour le 14/08/2018 à 23:00
Photo : Capture d’écran d’une video publiée sur Youtube par Air New Zealand : #AspireToFly: Air New Zealand Cabin Crew & the Adventure of Life Above the Clouds
air new zealand tatouage travail

La semaine dernière, Lynley Baker, qui s'était vu refuser un travail par la compagnie aérienne en raison d'un tatouage de Tinker Bell sur le haut du dos, a fait parler d'elle.

Elle n'a pas obtenu gain de cause contre l'entreprise nationale. Les avocats ont déclaré que le droit de discriminer les tatouages, sauf s'ils ont une signification culturelle ou religieuse, relève du droit des employeurs.

Cela n’a cependant pas toujours empêché la compagnie aérienne de prendre en compte les tatouages ​​culturellement significatifs. En 2013, Claire Nathan n’avait pas pu travailler en tant que membre de l’équipage de cabine chez Air New Zealand en raison d’un tatouage moko sur son avant-bras.

Dans un pays où un jeune sur trois est tatoué (voir Environmental Risk Management Authority survey on tattoos), ce type discrimination au travail n'est pas courant. 

Jane Graham, propriétaire d’une entreprise de détatouage à Wellington, a déclaré qu’Air New Zealand était la seule entreprise qu’elle connaissait chez qui les tatouages ​​sont enlevés pour travailler.

La police néo-zélandaise, la défense et l'ANZ ont des positions moins sévères sur les tatouages ​​permanents.

 

Sur le même sujet
le petit journal auckland

Lepetitjournal.com Auckland

Le média de référence sur la Nouvelle-Zélande : rejoignez la rédaction et devenez contributeur(s) Le Petit Journal Auckland - Écrivez-nous à auckland@lepetitjournal.com
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'éditon Auckland.

À lire sur votre édition locale