TEST: 2237

Nouvelle-Zélande : la loi autorise la police à rentrer chez vous

Par Amandine Brugier | Publié le 14/05/2020 à 06:53 | Mis à jour le 14/05/2020 à 11:03
Photo : Nouvelle-Zélande : la loi autorise désormais la police à rentrer chez vous
loi police nouvelle zélande

Mardi 12 mai, le gouvernement néo-zélandais a adopté, à la hâte, une puissante législation concernant le niveau d'alerte 2 du Covid-19. En vertu de cette loi, la police pourra désormais rentrer chez vous, sans mandat, dans le but de disperser d'éventuels rassemblements qui violeraient les règles de distanciation sociales.

La loi, jugée excessive par le Parti National, a également été critiquée par le parti ACT New Zealand (Association of Consumers and Taxpayers) pour qui le gouvernement ignore les droits et libertés des Néo-Zélandais.

De sont côté, Paul Hunt, chef de la Commission des droits de l'Homme en Nouvelle-Zélande, a déclaré qu'il était "profondément préoccupé" par le manque d'examen du projet de loi et que son processus précipité "est un grand échec de notre processus démocratique".

 

 

À la demande du Conseil Māori, le Gouvernement a ajouté l'exigence d'une recherche sans mandat à signaler à la commission compétente.

Aussi, la clause initiale de temporisation de deux ans a été atténuée par un amendement visant à ce que la législation soit actualisée tous les 90 jours, ou plus longtemps si nécessaire.

Suite à l'opposition du Parti National contre le projet de loi autorisant les rassemblements de seulement 10 personnes, le gouvernement a fait marche arrière sur les limites concernant les funérailles et a accordé une dérogation spéciale permettant à un maximum de 50 personnes d'y assister.

 

 

Amandine Brugier Le petit journal auckland

Amandine Brugier

Spécialisée en communication événementielle et RP à l'ISCOM Paris, je suis actuellement stagiaire en tant qu'Event Manager / Rédactrice Web
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'éditon Auckland.

À lire sur votre édition locale