Mercredi 30 septembre 2020

Nouvelle-Zélande : les stations de ski volcaniques de l’île du Nord

Par Madeleine Goujon | Publié le 16/06/2020 à 11:36 | Mis à jour le 18/06/2020 à 16:36
Photo : Les stations de ski de l’île du Nord n’ont rien à envier à celles du Sud (Photo Instagram whakapapanz)
Sans titre-d1

L’hiver approche à grand pas, et qui dit hiver dit ski ! Le ski en Nouvelle-Zélande est réputé internationalement, d’autant plus qu’il offre une alternative aux glaciers d’Amérique du Sud lorsque le ski n’est plus de saison dans l’hémisphère Nord. Si l’île du Sud offre plus de domaines skiables que l’île du Nord, cette dernière regorge tout de même de stations incroyables… sur des volcans ! Le Petit Journal Auckland vous présente ces domaines skiables.

Attention, si les stations devraient ouvrir d’ici juillet pour cette saison 2020, elles ne fonctionneront pas comme les années précédentes : l’entièreté des domaines ne sera pas accessible et certains services seront réduits.

L’Île du Nord pour le ski 

Même si l’Île du Sud concentre la majorité des stations de ski néo-zélandaises, l’Île du Nord n’a pour autant rien à lui envier. Avec le plus grand domaine skiable en superficie et la piste la plus longue de Nouvelle-Zélande, l’île du Nord propose des stations avec vues panoramiques et paysages volcaniques à couper le souffle. La saison de ski débute en général à partir de la mi-juin et peut se prolonger jusqu’à novembre selon les conditions météorologiques.

Les stations de ski se concentrent sur le mont Taranaki au sud-ouest et le mont Ruapehu au centre : deux stratovolcans, l’un au repos et l’autre actif. Sur plus d’une centaine de montagnes dépassant les 2 400 mètres en Nouvelle-Zélande, seuls deux se trouvent sur l’île du Nord, avec un sommet à 2 797 mètres pour le mont Ruapehu et à 2 518 mètres pour le mont Taranaki.

Mont Taranaki (domaine Manganui)

Le mont Taranaki (ou Egmont) se trouve sur la côte ouest de l’île du Nord, relativement proche de la mer. Si sa forme laisse à penser qu’il est toujours actif, ce volcan est considéré comme « au repos », ayant eu sa dernière éruption en 1775. Un domaine skiable de 59 hectares se trouve sur sa face est, à 330 km de Wellington.

 

 

Le domaine skiable de Manganui, géré par un club, est adapté aux familles, bien que comportant majoritairement des pistes pour des skieurs intermédiaires voire avancés. Le domaine ouvre de 9 h 30 à 16 h, généralement de mi-juin à début octobre. La station est relativement basse et le manteau neigeux varie durant la saison ce qui l’empêche parfois d’assurer un fonctionnement continu. Moins fréquenté que les stations commerciales, vous devrez marcher une petite trentaine de minute avec votre équipement avant d’atteindre les remontées mécaniques (un monte-charge se trouve à mi-chemin). Pas de location ni de leçon, mais un hébergement « Manganui Lodge » au pied des pistes si vous souhaitez dormir sur place.

 

 

Mont Ruapehu (domaines de Whakapapa, Tūroa et Tukino)

Plus haute montagne de l’Île du Nord, ce volcan comprend le plus grand domaine skiable de Nouvelle-Zélande, totalisant plus de 1000 hectares avec les stations de Whakapapa et de Tūroa. Un forfait commun permet de bénéficier des remontées mécaniques pour les deux zones, ouvertes de 9 h à 16 h si le temps le permet. La saison 2020 devrait commencer début juillet. Sur la face ouest du mont Ruapehu se trouve également la station Tukino, plus petite mais très attrayante.

En plein cœur du parc national Tongarino, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, le mont Ruapehu a une signification particulièrement importante pour les locaux qui entretiennent avec lui des liens spirituels. Avec sa haute altitude et son emplacement géographique, le mont Ruapehu reçoit beaucoup de neige qui dure toute la saison.

 

 

Whakapapa et Tūroa abritent les plus longues pistes de ski du pays, avec un dénivelé de 722 mètres à Tūroa et de 690 m à Whakapapa. Tūroa se trouve au sud-ouest du mont Ruapehu alors que Whakapapa se trouve au nord-ouest. Whakapapa se situe à un peu moins de 350 km d’Auckland et Tūroa à un peu moins de 380 km. Les deux stations ont des caractéristiques volcaniques, de larges pistes, avec des half-pipes naturels, des snowparks avec des bosses pour sauter, des installations ultramodernes et des vues spectaculaires sur le parc national de Tongariro. Le télésiège High Noon Express à Tūroa est d’ailleurs le plus haut télésiège de Nouvelle-Zélande. Si les deux stations conviennent aux skieurs novices comme aux avancés, Whakapapa offre un très grand parc pour les débutants : Happy Valley. Whakapapa permet également aux skieurs de pratiquer de nuit certains vendredi et samedi (non possible pour cette saison, mais reviendra en 2021). Avec plus de 70 pistes, des cours de ski, de la location de matériel, des cafés-restaurants et tous leurs aménagements, les deux stations du mont Ruapehu n’ont rien à envier aux stations de l’île du Sud.

 

 

De l’autre côté du mont Ruapehu, à l’est, se trouve également la station Tukino SkiField. Plus basse en altitude et beaucoup plus petite en surface skiable (170 hectares), la station, gérée par un club, est moins fréquentée que celles à l’ouest. Le domaine est ouvert au public ainsi qu’aux membres du club (qui bénéficient de réductions sur les tarifs). Vous pouvez d’ailleurs vous procurer un abonnement à tarif réduit si vous l’achetez avant le 30 juin. Vous y trouvez habituellement cours de ski et de snowboard, pistes de ski alpin mais aussi des activités de ski de randonnée, d’escalade sur glace ou encore des cours d’éducation à la montagne.

 

 

Vous pouvez vérifier les conditions météos et les dernières infos sur les stations sur ce site ou ce site.

 

Madeleine Goujon

Madeleine Goujon

Éprise de problématiques environnementales et culturelles, j’ai une double formation en droit et en journalisme. Pour le moment en télétravail depuis la France, j’espère rejoindre la Nouvelle-Zélande au plus vite.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet