TEST: 2236

Vidéo - Le remix d’un pope grec en train de chanter fait le buzz

Par Aurore Le Perff | Publié le 30/01/2019 à 07:00 | Mis à jour le 18/02/2021 à 14:47
Vidéo - Le remix d’un pope grec en train de chanter fait le buzz

Depuis la semaine dernière, la vidéo d’un pope grec fait le buzz en Grèce. Un petit malin a décidé de remixer la vidéo originale en un hit techno envoûtant vu plus d’1 million de fois.

D'où vient cette vidéo virale ?

À l’origine, les images du pope en train de chanter une chanson sur la Macédoine proviennent d’un reportage effectué par la chaîne SKAÏ. Le pope grec est assis dans un bus, sur la route pour manifester contre l’accord de Prespes le dimanche 20 janvier.

Il chante à tue-tête :  ‘Min Paraxarassete tin istoria, i Makedonia einai mia’ = Ne déformez pas l’histoire, il n’y a qu’une Macédoine ! L’attaque fait mouche, la mélodie envoûte, il ne suffisait plus qu’un petit beat ambiance techno pour en faire un tube et le tour est joué. Le Youtubeur TheKramBrulee a tout compris, et c'est grâce à la chaîne Luben TV qui l'a partagée que ce clip vidéo est devenu viral.

Qu'en pense le pope Alexios, l'instigateur involontaire de ce buzz ?

Interviewé à la radio Thema 104.6, le pope Alexios explique que c’est une chanson très ancienne, qu’il chantait enfant au camp. « Je suis ravi que cette chanson se soit répandue, maintenant petits et grands la chantent. Nous l'avons transmise aux générations suivantes ». Et lorsque l’on lui demande son avis sur l’arrangement qui en a été fait, il répond : « Cela ne me dérange pas, à la version classique, ils ont mis un peu de moderne pour atteindre les jeunes ».

Pour celles et ceux qui n’ont pas encore écouté cette reprise pleine d’humour et d'auto-dérision malgré les fortes tensions autour de la question macédonienne, voici le remix, diffusé par Luben TV, qui en à peine 10 jours a cumulé plus de 1,5 millions de vues sur YouTube :

Sur le même sujet
Aurore Le Perff

Aurore Le Perff

Responsable de l'édition d’Athènes et rédactrice en chef depuis 2018, Aurore définit la ligne éditoriale et propose des publi-reportages, portraits et bannières visant à développer la notoriété et la visibilité de votre entreprise/activité.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

xavierklein mer 30/01/2019 - 09:35

Il est vraiment difficile de comprendre -comme français- en quoi le fond de cette affaire pose véritablement problème, sinon des raisons de clivages politiques, de nationalisme exacerbé, de patriotisme déplacé. La «République de Macédoine» actuelle inclut des territoires qui constitutaient le Royaume de Macédoine antique auquel se réfèrent les grecs contemporains. Mais dans l'antiquité, les grecs considéraient les macédoniens comme des barbares, c'est à dire hors de l'espace hellène. Par la suite, au cours de l'histoire, cette région a fait partie de la zone linguistique et culturelle slave, puis au XXème de l'ensemble politique Yougoslave. J'habite en France dans les Pyrénée Atlantiques où subsistent 3 des 7 provinces revendiquées par les basques (Basse Navarre, Labourd, Soule): un problème un peu analogue à la Madédoine. Si les 4 provinces actuellement espagnoles se constituaient en République autonome avec le nom de Pays Basque (ou plus précisemment d'Euskadi), la France n'aurait théoriquement rien à y redire, sauf que cette entité ne recouvrerait pas les 3 provinces françaises, toute aussi basques avec lesquelles elle forme l'Euskal Herria (la communauté linguistique et culturelle basque). Tout cela procède surtout de querelles byzantines. Mais lorsque l'on se mobilise pour ce genre de chose, on oublie peut-être d'autres questions politiques infiniment plus importantes et prégnantes. La diversion, l'os à ronger, c'est sans doute la vraie motivation de ce barnum.

Répondre

Soutenez la rédaction Athènes !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com