Samedi 15 mai 2021
Athènes
Athènes

Lola Lecoutour, “je me définis comme une artiste”

Par Tony Hapetian | Publié le 18/03/2021 à 05:30 | Mis à jour le 18/03/2021 à 11:11
Photo : Création : Lola Lecoutour
dessinatrice Lola Grèce

Une passion et non une vocation. Fraîchement arrivée à Athènes, la jeune femme de 30 ans compte bien apporter sa touche artistique, et s’épanouir pleinement dans cette branche qui est la sienne au sein de la capitale grecque. Globe-trotteuse et artiste à temps plein, la native du Havre a enchaîné les manifestations artistiques à travers l’Europe, que ce soit en Espagne, en Italie ou en Allemagne en passant par la France. Frappée de plein fouet par la pandémie, son inspiration reste intacte et prête pour un retour à la vie normale.

 

Lcoutour Lola une artiste Grèce

 

Qui est Lola Lecoutour et que fais tu dans la vie ?

Je m’appelle Lola Lecoutour, j’ai 30 ans, j’habite Athènes depuis mi-octobre. J’ai vécu 6 ans à Barcelone, et je suis originaire du Havre dans le nord de la France. Je n’ai pas de métier précis, je touche à tout ce qui est l’art en général. Je me définis comme une artiste. Concrètement, je crée des dessins et des peintures. A l’entame de mon parcours je démarchais moi-même des gérants de cafés afin de pouvoir exposer mes créations dans leurs établissements ; puis de fil en aiguille des opportunités se sont présentées à moi.

j’ai notamment rencontré un artiste allemand qui m’a donné l’occasion d’exposer mes œuvres au festival artistique opeArtion à Hagen en Allemagne.  C’est d’ailleurs à ce moment précis que j'ai eu le déclic, que j’ai su que cette voie était faite pour moi.  Mes travaux sont désormais exposés dans des workshops, des galeries, des festivals artistiques.

La vocation d’artiste représentait pour vous un objectif ou est-ce un simple fruit du hasard ?

Paradoxalement j’ai toujours aimé dessiner Je fais ça depuis toute petite. Ma mère donnait des cours de dessin, et elle m’a transmis cette passion qui pour autant était loin d'être une vocation.

J’ai passé la majeure partie de ma scolarité en France. J’ai obtenu un bac littéraire option art plastique. Par la suite, j'ai fait un an en fac de langue étrangère (LEA) car je m’épanouis pleinement en apprenant de nouvelles langues.

J’ai ensuite intégré une école d’art appliqué à Roubaix, c’est à ce moment-là que j’ai fait  mes armes en tant qu’artiste à proprement parler.

L’envie de voyager m’a ensuite envahie. Je suis partie 1 an en Erasmus à Barcelone toujours dans cette branche, j’y suis restée 6 ans.

Quelles sont les 3 qualités principales pour être un artiste compétent ? 

Je dirai qu’il faut de l’audace, de la créativité, et… un grain de folie quand même !

Être bon en dessin n’est pas une nécessité en soi, il faut surtout apprendre à créer un impact visuel, cela ne passe pas forcément par la technique même si bien sûr elle a son importance.

Dans l’art ce n’est pas le résultat qui compte mais le cheminement pour y arriver, il faut savoir faire ce qui n’est pas logique de faire.

lola lecoutour dessinatrice Grèce

 

Ou trouvez-vous l'inspiration pour vos œuvres ?

Je m’inspire beaucoup des éléments extérieurs, notamment des tenues des gens. Ça peut être un mariage de couleurs, de simples motifs... L’amour aussi est une source d’inspiration. Mes proches ont remarqué une différence dans mes dessins lorsque j’étais célibataire et maintenant en couple. Les sentiments amoureux que je développe, et même les rencontres en général sont donc aussi une source d’inspiration pour moi.

En tant qu'artiste, comment vous êtes- vous adaptée au contexte de la Pandémie ?

C'est une longue période de solitude, pas de rencontres, pas d'opportunités. Il y a certes des rencontres par visioconférences, mais je suis allergique aux ordinateurs, aux rencontres virtuelles.

Pour compenser ce manque, je passe mes journées à dessiner afin d'être prête après la pandémie.

Effectivement j’ai dû adapter mes méthodes de travail. Étant privée de sortie, j'ai dû piocher au plus profond de mon imagination pour trouver l'inspiration. Je n’avais pas non plus la possibilité de me fournir le matériel nécessaire, je dessinais donc sur les cartons de céréales et de pâtes. Ce n'était certes pas le même équivalent mais ça faisait l’affaire !

La profession de caricaturiste a été sujet à de nombreuses controverses ces dernières années, vous en pensez quoi ?

Je ne pense pas qu’il faut limiter leur diffusion, au contraire, cela serait une offense à la liberté d’expression. Cette profession et même la voie artistique en général sont déjà suffisamment en danger pour que l’on prenne encore d’autres mesures plus radicales. L’art est un domaine qui suscite beaucoup d'interrogations et de scepticisme. Que diriez-vous aux personnes sceptiques qui ne comprennent pas la signification de l’art ? 

Ce qui gêne ces personnes je pense, c’est la valeur que peuvent avoir certaines œuvres. Certaines personnes ne comprennent pas pourquoi un simple “coup de pinceau” sur une toile peut valoir 3000 euros. Ils se disent que c'est injuste, que leur nièce de 6 ans peut faire la même chose. Je leur dirai de regarder ce qu’il y a derrière, le message caché, il ne faut pas s'arrêter à la finalité de l'œuvre en elle-même.

lola lecoutour dessinatrice Grèce

Pensez-vous les matières artistiques doivent être davantage enseignées à l'école ?

Plus que l’art en général, c’est la créativité qu’il faut apprendre aux élèves. Il y a trop cette idée de copier, de respecter un processus "étape 1 on fait ça, étape 2 on fait ça” on est trop concentré sur le résultat, je pense que c’est cet aspect-là qu'il faut changer.

Où vous voyez-vous dans 10 ans ? Pensez-vous toujours évoluer dans ce domaine ?

Oui je l’espère ! Je me suis déjà dit que je pourrais trouver un métier alimentaire plus “safe”, mais cette voie fait partie de moi, je ne me vois pas faire autre chose. Je me sens à 100% à ma place là où je suis. Je souhaite réussir en tant qu’artiste bien entendu, proposer encore plus de créations, faire plus d’expositions, avoir des projets artistiques, qu’on m'appelle pour des manifestations artistiques, des festivals, voyager grâce à mon métier.

Pourquoi pas également avoir mon propre atelier dans le futur  mais pour l'instant tout est sur mon site internet www.lolalecoutour.com

 

 .

 

 

 

 

 

 

Nous vous recommandons

tony Capetian

Tony Hapetian

Je suis Tony Hapetian, j'ai 21 ans. Après l'obtention d'un bts tourisme, j'ai décidé de me reconvertir dans la voie du journalisme dans le but d'exercer le métier de mes rêves
0 Commentaire (s)Réagir