Jeudi 22 avril 2021
Athènes
Athènes

Gwladys VIVIEN : diététicienne et nutritionniste

Par Lepetitjournal Athènes | Publié le 01/02/2021 à 22:59 | Mis à jour le 02/02/2021 à 09:59
Photo : Brooke Lark
Grece seminaire nutrition covid

Gwladys sera de passage en Grèce virtuellement pour présenter un atelier (1ere partie), en collaboration avec Stéphane André. Cette rencontre s’adresse à toute personne qui souhaite trouver le chemin de l’équilibre alimentaire parmi les innombrables régimes, conseils nutritionnels et informations sur les douleurs physiques souvent contradictoires.

Gwladys seminaire nutrition grece covid 19

Quelles sont les études et les formations que vous avez dû suivre pour devenir nutritionniste-diététicienne ? 

Je me suis reconvertie dans la diététique et la nutrition il y a huit ans, et chaque nouveau patient, atelier ou formation me fait encore plus aimer mon métier.

Après des années dans le journalisme, j’ai fait le pari un peu fou de reprendre les études dans un domaine qui m’attirait fortement: la diététique. J’ai consacré trois années pour passer mon BTS diététique et pour acquérir une expérience professionnelle en France. Mais selon moi, un diplôme n’est pas suffisant, il est indispensable d’affiner ses connaissances et de se maintenir à jour des avancées scientifiques. Comme nous ne mangeons pas que pour répondre à des besoins physiologiques, j’ai choisi d’effectuer un Diplôme Universitaire, D.U., en Addictologie à l’Université de médecine Paris Sud, et une formation au Centre de Formation en Diététique psycho-comportementale de Lyon. Pour une meilleure prise en charge des personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable, (colopathie fonctionnelle) et je me suis aussi spécialisée en Alimentation pauvre en FODMAP’s. Il s’agit d’identifier les aliments contenant des sucres fermentescibles responsables des inconforts digestifs de la personne. Enfin, je viens de valider un D.U. de Nutrition du Sportif à l’Université de Paris, qui me donne une expertise pour la prise en charge des sportifs professionnels ou amateurs et également pour lutter contre la sarcopénie qui touche les personnes âgées. 

Pouvez vous nous expliquer en quoi consiste votre métier exactement ? 

J’ai toujours privilégié la prévention de la santé par une bonne hygiène de vie via une alimentation saine, l’activité physique et les visites régulières chez le médecin. Ainsi, cela permet de diminuer la nécessité du curatif (médicaments et antibiotiques). De nos jours, je pense que les sociétés pharmaceutiques font tout pour pousser les gens vers l’utilisation de leurs produits, et cela freine l’activité des métiers de prévention. Les médecines douces ont leurs limites et je suis pour les thérapies médicamenteuses, mais je suis convaincue que la prescription de l’activité physique et d’une prise en charge diététique, serait le plus bénéfique pour la santé. 

La diététique est la science qui permet de définir les quantités et les qualités des aliments recommandés à un individu ou à une population pour lui garantir une santé optimale. La nutrition est la science des nutriments et micronutriments qui composent les aliments. Les diététiciens nutritionnistes sont formés pour tout type de population des bien portants (femme enceinte, allaitante, enfant, nourrisson, adulte, sportif, sénior) et pour les régimes thérapeutiques prescrits par les médecins, ce qui peut être très varié : intolérance alimentaire, diabète, hypertension, obésité, chirurgie bariatrique notamment. 

Ce qui fait toute la complexité de mon métier, c’est que nous ne sommes pas des robots et que l’environnement, les goûts, le moral, les envies, les résistances inconscientes, les idées préconçues, le budget consacré à l’alimentation et autres contraintes, rendent chaque consultation unique. A moi de m’adapter pour guider le patient vers son objectif et de l’accompagner vers l’autonomie. 

Quelles sont les principales raisons pour lesquelles les gens viennent vous voir ?

Comme je suis en cabinet libéral (Cabinet Diététique et Nutrition Gwladys Vivien), une grande partie des demandes concerne la gestion du poids (prise ou perte). Homme, femmes, enfants mais je m’aperçois que de plus en plus d’hommes viennent me consulter. J’accompagne aussi les personnes diabétiques, les hypertendus, les sportifs qui veulent améliorer leurs performances et les personnes souffrants de syndrome de l’intestin irritable. Une séance dure entre trente minutes et une heure. Mon objectif est que la personne sorte de mon bureau avec un message clair en tête, prêt à tout de suite mettre en action. Ce sont les petits changements du quotidien qui apportent de grands résultats. Le nombre de séance est en fonction de l’objectif, des connaissances, et de tous les paramètres qui peuvent interférer comme par exemple les aliments émotionnels. 

Covid 19 prise de poids nutrition
Photo: Unsplash

En quoi votre discipline vient-elle compléter la médecine classique ?

Une partie de mon travail concerne la prévention de la santé. L’autre partie est l’adaptation de l’alimentation en fonction de la prescription du médecin. D’autre part, il ne faut pas oublier que l’activité physique et l’alimentation sont la base et c’est pour cela que nous proposons avec Stéphane André spécialiste du mouvement un atelier en ligne le 5 février .

Il y a-t-il des personnes que vous ne pouvez pas accompagner ? Si oui, pourquoi ? 

Je ne joue pas aux apprentis sorciers, je ne prends en charge que des personnes pour lesquelles je suis compétente. Si je sais qu’un(e) collègue est spécialisé(e) dans un domaine pour lequel je ne le suis pas, je ne manquerai pas de lui adresser la personne.

Pendant la période de confinement, nous avons pu constater la création de nombreux groupes sur les réseaux sociaux, comme « la cuisine des confinées », par exemple. À votre avis, la situation sanitaire mondiale a-t-elle tendance à faire en sorte que les gens mangent mieux en restant plus chez eux, ou au contraire, à ce qu’ils grignotent plus et prennent du poids ?

Certains profitent de cette période pour se recentrer sur eux-mêmes, prendre soin d’eux, ce qui est difficile en temps normal avec la course contre la montre perpétuelle. J’espère qu’ainsi, ils apprendront à faire d’eux une priorité et qu’ils verront ainsi qu’ils améliorent leur bien être, leur moral et leur gestion du stress ainsi que leur performance intellectuelle.

Pour d’autres personnes, la pandémie a un impact sur la façon de manger : on mange parce qu’on s’ennuie ou parce qu’on est stressé ou triste. En plus pour beaucoup de famille le budget consacré à l’alimentation est diminué et les produits achetés sont de moins bonne qualité. 

Récemment, vous avez validé un diplôme supplémentaire en « nutrition du sportif ». Qu’est-ce que vous pouvez offrir aux personnes qui viennent vous voir ?

covid sport nutrition seminaire
Photo: Sam Moqadam

Ce diplôme m’apporte une expertise pour adapter l’alimentation à toute activité physique, aussi bien aux sportifs professionnels qu’aux amateurs, ou encore pour les personnes âgées.  Car l’alimentation a une grande importance pour améliorer la performance, limiter le risque de blessure, diminuer le temps de récupération, éviter les troubles digestifs chez le sportif ; et adapter les apports alimentaires peut également permettre de limiter la fonte musculaire quand une personne se blesse ou liée à l’âge, qu’on appelle la sarcopénie. Encore un domaine passionnant, surtout pour moi qui suis une sportive !

Une des raisons pour laquelle je me suis associée avec Stéphane André ; qui est aussi un Maître entraîneur certifié de Pilates et un thérapeute du mouvement à Athènes, c’est pour qu’ensemble nous puissions couvrir durant ce séminaire en ligne tous les sujets possibles, la nutrition, le mouvement, le sport etc... Je vous suggère vivement de nous rejoindre c’est un séminaire gratuit ouvert à tous.

 

Atelier gratuit ouvert à tous le 5 février. Enregistrez vous sur le lien facebook ou par email : pilates.stephane@gmail.com

lepetitjournal.com Athènes

Lepetitjournal Athènes

Le Petit Journal d'Athènes est un magazine d'information gratuit, en ligne et en français sur la Grèce.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

MEDIAS

Fill’expat: le podcast au féminin pour sauter le pas de l’expatriation

Fill’expat, c’est le podcast francophone qui donne les clés pour s’expatrier. Toutes les semaines, Kelly Barichello interroge des femmes francophones qui ont fait le choix de s’installer à l’étranger.