Samedi 31 juillet 2021

Grèce, Turquie : des sanctions doivent être prises si les tensions persistent

Par Lepetitjournal Athènes | Publié le 14/06/2021 à 05:30 | Mis à jour le 14/06/2021 à 09:19
Photo : C.I
Une carte des tensions entre la Grèce et la Turquie

La Grèce s'en est prise à la Turquie, prévenant qu'elle ferait pression pour que des sanctions soient prises à l'encontre de son voisin s'il continue à proférer ce qu'elle appelle des "menaces hostiles" et "provocantes". L'avertissement d'Athènes intervient alors que les dirigeants des deux alliés de l'OTAN, ennemis de toujours, s'apprêtent à se rencontrer pour tenter d'accélérer les pourparlers visant à apaiser les tensions croissantes de l'année dernière au sujet des droits énergétiques dans les mers Égée et Méditerranée orientale. Les chances d'une percée semblent faibles. 

 

tensions Grèce Turquie

 

Une remarque de Recep Tayyip Erdogan a fait sourciller les critiques à Athènes. Le président turc a déclaré que la Turquie était prête à défendre des territoires autrefois détenus par les Ottomans et qu'une récente série d'exercices militaires en mer Égée avait effrayé et inquiété la Grèce, un État " ennemi ", selon ses termes.

Faisant écho à cette menace, le ministre turc de la défense, Hulusi Akar, a ensuite appelé la Grèce à respecter les accords internationaux et à retirer les missiles et le matériel militaire déployés sur une série d'îles grecques de la mer Égée, situées à quelques kilomètres de la côte occidentale de la Turquie.

tensions Grèce Turquie
ministre turc de la défense, Hulusi Akar

 

La Grèce prête à demander des sanctions contre la Turquie

Le ministre grec des Affaires étrangères, Nikos Dendias, a répondu à cette demande par un avertissement sévère. Il a déclaré que la Grèce soutient depuis longtemps la candidature de la Turquie à l'Union européenne. Mais si Ankara ne met pas un terme à ce qu'il appelle ses actions " hostiles " et sa rhétorique " provocatrice ", Athènes est prête à renouveler sa demande de sanctions européennes contre son voisin et allié de l'OTAN.

 

Le point de tension : les droits maritimes en mer Égée


Les pourparlers entre Athènes et Ankara ont été interrompus en 2016 après 12 ans de progrès insignifiants.
La Grèce et la Turquie sont à couteaux tirés depuis des décennies, se contestant mutuellement les droits maritimes et aériens sur la mer Égée. Mais alors que des réserves massives de pétrole et de gaz ont été découvertes en Méditerranée orientale ces dernières années, les deux ennemis se sont affrontés sur leurs droits à explorer et à exploiter ces réserves énergétiques.

L'impasse est si intense que les deux parties ont frôlé la guerre l'année dernière lorsqu'une paire de frégates grecques et turques ont failli entrer en collision lors d'une dangereuse course-poursuite pour les droits de forage dans les parties contestées de la mer Égée et de la Méditerranée qui divisent les deux pays.

 

Un navire turc en mer Égée

 

Les tensions ayant dangereusement augmenté à l'époque, le département d'État américain est intervenu pour pousser les deux parties à la table des négociations afin d'apaiser l'impasse énergétique. Washington reste impliqué dans le processus, mais les pourparlers ont jusqu'à présent donné peu de résultats.

 

La paix possible entre la Grèce et la Turquie ? 

 

Pourtant, lors d'une récente visite du ministre turc des Affaires étrangères, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a accepté de rencontrer Erdogan pour tenter de relancer les pourparlers de paix. Cette rencontre de haut niveau est prévue pour aujourd'hui le 14 juin, en marge d'un sommet de l'OTAN à Bruxelles.

" Ce que nous constatons ces dernières semaines, c'est une sorte d'énergie cinétique des deux côtés pour se parler. Elles sont donc prêtes à se parler au plus haut niveau politique. Mais cela ne signifie pas que les discussions donneront des résultats. C'est une toute autre histoire car les différences existent, elles sont diachroniques et les demandes des deux parties sont contradictoires. Donc, même si je suis optimiste quant à la volonté des deux parties de désamorcer les tensions, je ne crois pas qu'elles aient la possibilité de résoudre elles-mêmes les problèmes." a commenté un responsable du bureau de l'Otan.

Même ainsi, d'autres experts le concèdent, le fait de maintenir les deux parties engagées dans le processus de paix peut suffire à gagner un temps précieux, en gardant les esprits calmes et en repoussant les risques d'un accident qui pourrait déclencher une guerre potentielle et un grave clivage au sein de l'alliance militaire de l'OTAN.

lepetitjournal.com Athènes

Lepetitjournal Athènes

Le Petit Journal d'Athènes est un magazine d'information gratuit, en ligne et en français sur la Grèce.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Nouvelle-Calédonie Appercu
PHOTO

Covid-19 : les anti pass-sanitaire et antivax manifestent au Congrès à Nouméa

Retour en images sur la manifestation de ce samedi 31 Juillet devant le Congrès de Nouméa, cortège formés d'anti-vaccins et d'anti-pass sanitaire qui exultent leur droit à la liberté individuelle.