Mercredi 29 septembre 2021
TEST: 2236

Grèce : MIT le service secret Turc nous surveille

Par Tony Hapetian | Publié le 15/04/2021 à 05:30 | Mis à jour le 15/04/2021 à 10:51
Photo : Meg Jerrard
MIT espionnage Turc Europe

Constantin Pikramenos, co-auteur de l’ouvrage « MIT Le service secret turc »,  nous éclaire sur le fonctionnement de ce service de renseignement et la menace qu’il représente en Europe. Spécialiste de la Turquie et expert en Intelligence économique, l’auteur nous permet de mieux envisager la politique d’Erdogan qu’il qualifie de « néo-sultan ».

MIT espionnage Turc en Europe

 

Le Kémalisme, est-il encore vivant aujourd'hui et comment a-t-il évolué ?

C.P : Le Kémalisme (1) a jusqu’à présent montré une étonnante capacité d’adaptation aux conditions actuelles et a survécu aux changements des quatre-vingt dernières années, depuis le décès de son fondateur (1938). Malgré les coups qui lui ont été infligés par l’élite politique actuellement au pouvoir en Turquie, nous pouvons affirmer que le Kémalisme, en tant que continuation directe de l’idéologie néo-turque, continue de survivre dans différentes manifestations, internes et externes, de la Turquie moderne.

Mais il ne peut plus être décrit comme l’idéologie dominante de l’élite politique au pouvoir en Turquie. Cependant, prétendre que le kémalisme a été complètement vaincu est une simplification et une analyse superficielle de la réalité.

 

Qu’est-ce que vraiment le MIT et quelle est sa place dans ce système ? Quelles sont ses méthodes pour fonctionner ?

C.P : Sous la direction d'Hakan Fidan depuis 2010, le MIT a traversé une période de changements structurels mais aussi de changement de mentalités. En lisant notre livre, le lecteur apprend beaucoup sur les aspects techniques de la restructuration mais aussi sur des opérations en cours du MIT.

Le MIT possède un gros budget, son personnel est de plus en plus fourni il est même supérieur en nombre à la DGSE en France Il gère des milliers d'informateurs surtout en Europe et pour ces opérations de liquidation ciblée contre le PKK, il utilise des drones ISR ainsi que de drones de combat. Il contrôle également les stations d'écoute (Sigint) de l’armée turque.

Pourquoi ce livre maintenant ?

C.P : Le service de renseignement turc est l'un des services les plus agressifs au monde aujourd’hui. Une simple recherche sur Google vous apportera des dizaines d'articles et de reportages à propos des opérations du MIT en Syrie notamment mais aussi en Europe et en Afrique du Nord sur les 10 dernières années au moins. Nous avons donc ressenti le besoin de combler un vide car vous ne trouverez pas d’autres livres d'enquêtes sur le MIT ni dans la littérature anglo-saxonne ni française. Donc on a écrit un livre très bien documenté et actualisé qui fait la lumière sur un service de renseignement totalement inconnu du grand public il y a encore 15 ans. Il s'agit du premier livre d’investigation sur le service de renseignement turc au niveau mondial.

Le Président Macron a déclaré que la loi turque ne pouvait être appliquée en France. Voyez-vous, derrière cette déclaration, la confirmation d’une ingérence du MIT sur le sol français ?

C.P : Le MIT comme un service du renseignement qui met en place des actions paramilitaires et mène une véritable guerre de l'information. Il faut présenter le vaste réseau des agents du renseignement sans omettre l'influence du MIT en Europe. L’Allemagne et la France (pays fondateurs de l’UE) font partie des cibles préférées du MIT. C’est d’ailleurs à Strasbourg qu’il y a un centre de coordination des activités des services secrets turcs.

Les relations franco-turques traversent une période très difficile. Les dossiers libyens, syriens, arméniens, chypriotes, ou encore les frères musulmans et Charlie Hebdo (Un procureur a réclamé vendredi jusqu'à quatre ans d'emprisonnement contre plusieurs collaborateurs de l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo accusés d'avoir insulté Recep Tayyip Erdogan dans une caricature parue en octobre 2020 en France (Ndlr) font partie des sujets de discorde entre Macron et Erdogan.

Concernant le rôle du MIT dans tout cela, comme vous le savez, il n’y a ni amis, ni ennemis, il n’y a que des intérêts. La DGSE et le MIT se connaissent très bien. Ismail Haki Moussa (l’actuel ambassadeur turc à Paris) était entre 2012-2016 le numéro 2 du MIT. Je soupçonne donc que l’on se parle mais que l’on s’espionne simultanément.

 

Selon vous, la rivalité historique entre le MIT et les services de maintien de l’ordre turcs dure-t-elle toujours ?

C;P : C’était le cas pendant presque 35 ans (entre 1965-2000). Les partis au pouvoir contrôlaient les services de renseignement de la police nationale et l’armée ultra-kemaliste contrôlait le MIT. A partir des années 2000, le MIT est devenu un service de renseignement 100% civil. Sous la direction d’Hakan Fidan, le MIT se renforce encore plus en tant que colonne vertébrale de la communauté du renseignement turque. Après la tentative de Coup d’Etat en 2016, la police, et plus précisément les directions du renseignement et du contre terrorisme, se sont complètement «débarrassés» des éléments gulenistes (2). On peut aujourd’hui parler d’une «paix définitive» entre le MIT, la Police et la Gendarmerie turques sous le contrôle absolu du Sultan, Erdogan.

 

Ces dernières années, le rôle du MIT pendant la guerre en Syrie a été plusieurs fois évoqué. De plus, les opérations de ces services en Europe contre des membres de la communauté Gulen et des sympathisants kurdes ont souvent été liés. Que pensez-vous de ces allégations ?

C.P : Durant mes recherches pour la rédaction de mon ouvrage, je me suis penché sur les opérations du MIT ces dix dernières années. Le service turc est responsable de profilages, de fichages et de dénonciations. Il existe également des campagnes de surveillance, voire de menaces, de harcèlement et même de tentatives d’assassinat ou d’exécution en plein Paris des cadres du PKK. Toutes ces actions font partie des activités du MIT sous la direction de Hakan Fidan.

Il faut savoir qu’en Turquie, la situation n’est pas différente. Il s’agit de la raison pour laquelle le pays se trouve à la première place sur la liste des plaintes déposées à la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

MIT espionnage Turc en Europe
 

(1) Le kémalisme (en turc : Kemalizm), également connu sous le nom d'atatürkisme (en turc : Atatürkçülük, Atatürkçü düşünce) ou « Les Six Flèches », est l'idéologie fondatrice de la République de Turquie.

(2) Le mouvement Gülen (turc : Gülen hareketi), appelé par ses participants Hizmet (« service ») ou Cemaat (« communauté ») et depuis 2015 par le Gouvernement turc sous le nom de FETO (« Organisation terroriste fethullahiste » ou, plus généralement, « Organisation terroriste Fethullah »; Turc: Fethullahçı Terör Örgütü),

 

MIT espionnage Turc en Europe     

     MIT Le service secret turc

     Edition Infognomon (www.infognomon.gr)

     Prix de vente : 19.80 euro

 

 

 

 

 

tony Capetian

Tony Hapetian

Je suis Tony Hapetian, j'ai 21 ans. Après l'obtention d'un bts tourisme, j'ai décidé de me reconvertir dans la voie du journalisme dans le but d'exercer le métier de mes rêves
0 Commentaire (s) Réagir