Les Français plus nombreux à s’expatrier à l’est qu’à l’ouest

Par Article Partenaire | Publié le 22/11/2021 à 17:12 | Mis à jour le 22/11/2021 à 17:22
gare train Victoria français expatrient vers Est

Avec l’essor du télétravail, de plus en plus de travailleurs salariés ou indépendants optent pour l’expatriation afin de profiter d’une meilleure qualité de vie. Le rapport Expat Explorer 2021 a démontré que les expatriés français choisissent de s’implanter pour la plupart en Suisse, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

La majorité de ces télétravailleurs sont des nomades numériques, mais certains sont des salariés d’une entreprise basée en France, mais qui préfèrent vivre à l’étranger (dans un autre État européen), pour une raison ou une autre.

 

Risque de délocalisation des métiers de service

Pour les entreprises, ce mouvement qui tend à s’amplifier pourrait entraîner une délocalisation des métiers de service.

En effet, plusieurs professions sont concernées par le travail à distance, à l’instar des métiers du digital (développeur web, data scientist, ingénieurs…) et d’autres comme celui du comptable, du gestionnaire RH ou du gestionnaire de la paie.

Ceux qui choisissent de télétravailler pour une entreprise basée en France depuis un autre État européen peuvent bénéficier d’une situation de détachement et continuer à relever du régime français.

En revanche, les travailleurs indépendants peuvent opter pour le portage salarial international. Ceci permet de s’affranchir des contraintes relatives aux prestations sociales et à la fiscalité.

Dans les deux cas (détachement ou expatriation), les services proposés par l’entreprise de portage répondent aux besoins des travailleurs effectuant des missions à l’étranger.

En effet, cet « intermédiaire » va se charger de toutes les tâches qui relèvent de la gestion administrative :

• mise en place du contrat de travail ;

• facturation et encaissement auprès des clients ;

• versement des salaires ;

• déclarations auprès des différentes caisses ;

• assurance RC pro ;

• assurance rapatriement ;

• package relocation ;

• etc.

 

Détachement ou expatriation : quelle option choisir ?

Un travailleur qui effectue une mission de courte durée à l’étranger pourrait opter pour le statut de salarié détaché et bénéficier du système français pour la protection sociale.

Par ailleurs, si la mission dure plus de 6 mois, il s’agit d’une expatriation. Il est alors soumis au régime de protection sociale du pays d’accueil. Toutefois, il a la possibilité d’adhérer à la Caisse des Français de l’étranger.

En se faisant accompagner par une entreprise de portage salarial disposant d’une solide expérience dans ce domaine, celle-ci lui proposera la solution la plus avantageuse et l’assistera dans la négociation de son package avec le client.

Article Partenaire

Les “articles partenaires” ne sont pas des articles de la rédaction de lepetitjournal.com. Ils sont fournis par ou écrits sur commande d’un annonceur qui en détermine le contenu.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Athènes !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale