Mardi 1 décembre 2020
Wellington
Wellington

Rencontre avec un danseur étoile basque au Royal New Zealand Ballet

Par Valérie Thomas | Publié le 11/09/2020 à 03:46 | Mis à jour le 11/09/2020 à 11:27
Photo : Originaire du Pays Basque, Allister Madin vit aujourd'hui à Wellington, en Nouvelle-Zélande, depuis 2 ans, où il a été recruté pour rejoindre la troupe du Royal New Zealand Ballet.
Allister Royal NZ ballet le petit journal auckland

Originaire du Pays Basque, Allister Madin a intégré l'école de l'Opéra de Paris à l'âge de 12 ans puis a été admis au prestigieux ballet de l’Opéra de Paris à 19 ans. Il vit aujourd'hui à Wellington, en Nouvelle-Zélande, depuis 2 ans, où il a été recruté pour rejoindre la troupe du Royal New Zealand Ballet. Le Petit Journal Wellington a eu la chance de rencontrer cet incroyable danseur avant sa répétition au théâtre Opéra house. 

Bonjour Allister, peux-tu revenir sur ton parcours en France ?

Je suis originaire du Pays Basque, et lorsque j'étais petit ma grande sœur faisait de la danse classique. Je la suivais pendant ses cours de danse et l’imitais. À un an et demi déjà je faisais le koala sur la barre. Ma sœur a finalement arrêté la danse et est devenue ingénieur. Quant à moi, je me suis vite pris de passion pour la danse classique que j'ai pratiquée pendant 6 ans au Pays Basque puis j’ai intégré l’école de l’Opéra de Paris à l’âge de 12 ans.

À 19 ans j’ai été admis au prestigieux ballet de l’Opéra de Paris.

Comment se sont passées tes années à l'Opéra de Paris ?

À l'Opéra, j'ai été promu soliste en 2011 avec beaucoup de beaux rôles mais ma carrière a été freinée par la succession de directeurs constamment à la recherche de nouveaux et jeunes danseurs dont je ne faisais plus partie. On nous appelait le génération sacrifiée.

Comment as-tu rebondi ?

Je me suis dirigé vers d'autres projets en obtenant mon diplôme de Professeur de danse et en me tournant vers la chorégraphie. J'ai fait pas mal de galas à l'étranger, notamment au Japon dans le rôle du prince dans le lac des cygnes. J'ai adoré danser avec des danseuses étoiles japonaises et pouvoir échanger culturellement parlant. 

 

allister royal nz ballet

 

Raconte-nous ton arrivée au Royal New Zealand Ballet à Wellington ?

J'ai eu très envie de renouveler ces expériences internationales et j ai commencé à auditionner en Europe et aux États-unis. Puis je me suis aussi tourné vers l’Océanie et tout s'est débloqué avec une réponse positive et rapide du Royal New Zealand ballet de Wellington.

Quel a été le process de recrutement ?

J’ai d'abord été invité à passer des auditions et à venir rencontrer les maitres de ballet en Nouvelle-Zélande. Je suis donc arrivé à Wellington en septembre 2018, un mercredi après midi plutôt gris et pluvieux. Dès le lendemain, le jeudi soir, l’équipe artistique à l’occasion d’un dîner m’a proposé un contrat de danseur étoile au sein du Royal ballet of NZ. En janvier 2019, soit seulement 4 mois après avoir passé mes auditions, je quittais l'Opéra de Paris et je rejoignais le Royal NZ Ballet. 

Comment as-tu perçu le niveau du Royal New Zealand Ballet à ton arrivée ? 

J'ai été très agréablement surpris par le niveau technique des 36 danseurs de 13 nationalités différentes. J'y ai découvert beaucoup d'énergie et de joie au sein de la troupe.

Quelles sont tes activités en dehors de la danse ? 

J'ai eu la possibilité de voyager en Nouvelle-Zélande bien sûr où les paysages sont magnifiques. J'ai découvert la culture Māori et j'ai appris des techniques de massage et de relaxation avec la guérisseuse Māori Atarangi Muru à Kaitaia dans le nord.

J'ai aussi suivi une formation en reiki et réalisé une chorégraphie basée sur l'énergie, la connexion à l'autre, l'emotional release et les symboles de guérison reiki transposés en matériel dansant.

Quels sont tes projets futurs ? 

Mon contrat avec la Royal NZ ballet va arriver à son terme en décembre. Je serai vraisemblablement en freelance à partir de janvier pour développer des projets personnels en Europe et à priori mon congé sans solde avec l'Opéra de Paris sera suivi d'un congé sabbatique jusqu'à novembre 2021.

 

Valérie Thomas Le Petit journal Wellington

Valérie Thomas

Après avoir passé 14 ans à Hong Kong à diriger des bureaux d’achats dans le textile, je viens d’emménager à Wellington. Je m’intéresse à l’actualité, la mode, les arts et la rando et j’ai pratiqué la boxe thaï.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

L’accent français est-il (toujours) le plus sexy du monde ?

Et si le règne de l’accent français sur la planète sexy était révolu ? C’est en tout cas ce que nous laisse présager un récent sondage sur les accents les plus sexys du monde, réalisé par Time Out.

Sur le même sujet