Jeudi 3 décembre 2020

ESCAPADES - Mahdia, ville de la soie

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 23/07/2020 à 00:00 | Mis à jour le 23/07/2020 à 00:00
Photo : lonelyplanet
MAHDIA

Mahdia est une ville côtière, à 200 kilomètres au sud de la capitale Tunis, d'environ 50 000 habitants. Réputée pour ses mariages spectaculaires et ses soieries tissées traditionnellement par des hommes, elle offre les plus belles plages de abrite l'un des premiers ports de pêche du pays. Le centre historique se situe sur la presqu'île, la ville s'étend vers l'intérieur des terres avec les quartiers d'Hiboun et de Zouila notamment.

Connue successivement sous les noms de Jemma, Aphrodisium et Cap Africa, sa situation géographique stratégique et ses fortifications lui permettent de jouer un rôle de premier plan dans le bassin méditerranéen jusqu'au XVIe siècle. Elle fut tout d'abord un comptoir phénicien puis romain sous le nom d'Aphrodisium.

La fameuse épave fait de Mahdia l'un des plus riches sites archéologiques sous-marins de Tunisie. Remontant au Ier siècle av. J.-C. et chargée d'objets d'art athéniens a été retrouvée vers 1907 à six kilomètres au large de Mahdia.

A Mahdia, ce sont les hommes qui tissent !

Depuis le XIVe siècle à Mahdia, les Maitres du tissage sont les hommes et seulement les hommes ! On ne se lasse pas d'admirer les tissages et soieries de Mahdia, aux motifs et coloris flamboyants reconnaissables au premier coup d'oeil : parmi les plus impressionnants, le r'da hrir se compose d'une succession de bandes et de rayures dorées et colorées (rouge, bleu, argent et vert), le Set El Kol mélange coton noir et tissage de soie rouge sang, vert, argent et or.

D'abord utilisés pour les nombreux costumes traditionnels de mariage, ils sont maintenant déclinés en écharpes, couvre-lits, tuniques, sacs, couffins, chaussures ...

Métier à tisser mahdia


Visiter Mahdia

. La vieille ville et le souk couvert où sont présentés des costumes de mariage traditionnels, la place du Caire, le marché qui donne sur le port

. La Skifa Kahla ou Bab Zouila, une importante porte fortifiée datant à l'origine du Xe siècle puis restaurée au XVIe siècle, constitue encore l'un des points d'accès au centre historique de la ville et l'un des rares vestiges des anciens remparts

. Bordj El Kébir, une forteresse, dotée d'un passage voûté et courbé menant dans une cour imposante, surveille depuis 1595 la pointe du cap Afrique.

. La Grande Mosquée, fondée en 916 par le chiite Ubayd Allah al-Mahdi, a la particularité d'être dépourvue de minaret ; elle a subi plusieurs modifications et rénovations pour être finalement reconstruite entre 1961 et 1965 conformément au premier plan du Xe siècle

. La mosquée Hadj Mustapha Hamza, construite en 1772 puis restaurée au cours du XXe siècle, est un bel exemple d'architecture religieuse à l'époque ottomane

. Le musée installé dans les anciens locaux de la municipalité présente plusieurs pièces dont des céramiques appartenant aux périodes puniques et romaines, ainsi qu'un un trésor d'époque byzantine avec ses 268 monnaies d'or ainsi que divers objets de la période islamique

. et bien sûr le cimetière marin situé en front de mer, au bout de la presqu'île.
 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Lima Appercu
THÉÂTRE

Gilbert Rouvière, un metteur en scène français pour « Avant/Après »

L’œuvre de l’Allemand Schimmelpfennig est la première pièce de théâtre montée au Pérou depuis le début de la pandémie. Une production de l’ENSAD présentée gratuitement en ligne du 3 au 20 décembre.

Sur le même sujet