Lundi 27 mai 2019
Barcelone
Barcelone
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Santé publique : Barcelone fait la chasse à l’amiante

Par Céline Bergeron | Publié le 03/04/2019 à 21:36 | Mis à jour le 04/04/2019 à 07:06
Photo : tirée du domaine public
amiante barcelone

Après les révélations de présence d’amiante dans le métro de Barcelone, une course contre la montre a commencé pour retirer, au plus vite et en toute sécurité, l’amiante qui subsiste dans les immeubles de Barcelone. Voici un point sur la situation.


Depuis octobre dernier, la société de transports, Transportes Metopolitanos de Barcelona (TMB) fait face à de vives critiques car la présence d’amiante dans le métro barcelonais a été révélée. Dans un communiqué de presse d’octobre 2018, TMB assurait qu’il existe un suivi de la présence d’amiante dans les installations du métro. Cette présence se fait principalement sous forme de planches de fibrociment utilisées comme toiture et "ne comporte pas de risques pour les travailleurs et les usagers", selon TMB. Différents travaux ont déjà été réalisés et ont permis de retirer 3.000 m² de matériel comportant des fibres d’amiante affirme la compagnie de transport. D’autres traces d’amiante ont été détectées sur la peinture des wagons, parmi les plus anciennes du métro. Alors que les analyses étaient encore en cours en novembre dernier, TMB expliquait dans un nouveau communiqué de presse que sur les 154 wagons analysés (sur un total de 210), 49 présentaient des traces d’amiante dans une proportion faible. En octobre, TMB garantissait la qualité de l’air et "qu’auncune présence d’amiante qui suppose un risque pour la santé des personnes n’a été détectée."


Un risque de santé publique

Aujourd’hui, il n’agit plus seulement d’une question de santé au travail mais bien de santé publique. Les initiatives citoyennes pour éliminer tous les éléments qui contiennent de l’amiante se multiplient. Les citoyens sont entourés par l’amiante ; que ce soit dans les immeubles, les plaques, les canalisations, les toitures, les volets, les grillages… En effet, ce produit dont la particularité est d’être incombustible, s’est implanté de façon exponentielle un peu partout sur une trentaine d’années (de 1960 à la fin des années 1980) avant d’être définitivement interdit en 2002 à cause de ses effets nocifs sur la santé. L’inhalation et le dépôt des fibres d’amiante sur les voies respiratoires entrainent des risques de maladies comme l’asbestose ou des cancers du poumon. 

Il est estimé que la Catalogne comptabiliserait 150 millions de m² de plaques de fibrociment qui auraient de fortes chances de renfermer de l’amiante. Selon les chiffres de la Generalitat de 2017, 291 centres sont identifiés comme contenant du fibrociment, 12% d’entre eux sont des collèges. L’administration se veut rassurante et a expliqué qu’elle travaille pour enlever les éléments renfermant du fibrociment et que la priorité est donnée pour retirer tout danger s’il y a des signes de détérioration.  

Certains habitants de Barcelone s’inquiètent également pour leur santé suite à la rénovation du marché Abaceriadans le quartier de Gràcia. Les habitants réclament une plus grande rigueur de la part de la mairie et de l’entreprise en charge des travaux mais également plus de garanties pour leur santé. Dans le bâtiment, 9.266 m² de plaques en fibrociment contiendraient entre 10 à 15% d’amiante concentrés dans la toiture, la sous pente et les canalisations. Une barrière de plastique pour couvrir le marché a été installée pour ne pas courir le risque que des fibres toxiques puissent s’échapper. Selon les habitants, cette mesure aurait dû être prise dès le début. En attendant de trouver des solutions plus sûres, les travaux ont été arrêtés. 

 
Il faut s’inscrire dans le retrait systématique dans toute la Catalogne

Afin de pouvoir répondre rapidement et de façon efficace à ce problème de santé publique, la mairie de Barcelone est actuellement en train d’élaborer un recensement des immeubles pouvant contenir de l’amiante. Ce recensement doit être finalisé dans le courant de l’année. Frederic Ximeno, commissaire à l’écologie de la mairie de Barcelone, s’est exprimé auprès de La Vanguardia, estimant qu’il ne faut pas seulement se limier à Barcelone mais "qu’il faut s’inscrire dans le retrait systématique dans toute la Catalogne car le problème ne se situe pas uniquement à Barcelone et nous ne devons pas le laisser, comme se fût le cas avec les conduites en plomb, lorsqu’il y a des rénovations."

La mairie a également été sollicitée à ce sujet par la Federació d’Associacions de Veïns en partenariat avec Jubilats de Macosa-Alstom Afectats per l’Amiants qui réclament des mesures fortes pour retirer l’amiante. Ils demandent également que soit appliquée la résolution du Parlement Européen qui préconise une éradication totale de l’amiante d’ici 2028.  

La Confederació d’Associacions Veïnals de Catalunya (une confédération d’associations de voisins de Catalogne à but non lucratif) a appuyé cette requête lors de son assemblée, samedi 30 mars. Elle exhorte également l’administration que tout ce qui a été construit avec de l’amiante soit retiré de façon immédiate.

celine bergeron

Céline Bergeron

Journaliste passionnée! Spécialisée dans le journalisme de proximité et le journalisme de solutions pour transmettre, raconter et informer. Exploratrice du monde et de ses cultures, toujours à la recherche de défis inexplorés et d'expériences insolites.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

SRAT jeu 04/04/2019 - 10:05

Bonjour, Je suis l inventeur d un procédé de recouvrement des couvertures en fibro ciment amiante par l utilisation des drones et robot afin d éviter tout risques d accident pour l homme. Ce procédé a été retenu en France par le PRDA (Plan recherche Développement Amiante) L armée Française a déjà passé commande pour ses bâtiments. Mon entreprise est à Barcelonne et je vous propose de présenter aux autorités mon procédé. Très cordialement Hervé Gagneux 0033 6 47 54 10 45

Répondre
Sur le même sujet