Samedi 24 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La popularité de la médecine esthétique en Pologne

Par Natalia Pikna | Publié le 30/01/2019 à 00:00 | Mis à jour le 31/01/2019 à 16:55
médecine esthétique

Selon l’ASPS (société américaine de chirurgiens esthétiques) le nombre total d'interventions esthétiques a augmenté de 137% depuis 2017, mais les Etats-Unis sont loin d’être le seul pays où cette mode se reflète. Quelle place la chirurgie et médecine esthétique occupent-t-elles en Pologne ? Ces dernière années, cet engouement s’est développé à une vitesse impressionnante dans le pays. La majorité des cabinets se situent dans la capitale, et afin de nous éclaircir sur ce sujet, Lepetitjournal.com/Varsovie a rencontré un docteur en médecine esthétique, Dr.Radziejewska. 

Les cliniques polonaises

La popularité du recours à la chirurgie esthétique en Pologne est due à plusieurs facteurs. Un des plus importants est lié au tabou qui existait autour de la démarche de cette intervention qui s’est presque complètement estompé. Dr.Radziejewska déclare qu’aujourd’hui “Cela se situe au même niveau que la stomatologie, il s’agit de prendre soin de soi”. On constate qu’avec la croissance économique du pays ces dernières années, de plus en plus de Polonais sont prêts à dépenser leur argent pour des interventions esthétiques. Auparavant, les personnes pouvant se permettre ce genre de soins provenaient principalement de milieux plus aisés, aujourd’hui ce phénomène s’étend même aux classes moyennes. De plus, le pays n’a pas de quoi rougir quant aux méthodes et technologies qu’il offre car elles sont comparables à celles des meilleures cliniques du monde. Les médecins sont très qualifiés et se forment en permanence en participant à des conférences mondiales. La Pologne est soumise aux mêmes régulations et exigences pour les produits et lasers utilisés que dans le reste de l’U.E, ce qui est le gage d’une excellente qualité de service et la place ainsi à un très bon niveau mondial. 

La qualité des procédures ainsi que les prix proportionnellement plus bas que dans d’autres pays, engendrent un réel tourisme pour la médecine esthétique en Pologne, et il ne fait que s'accroître d’année en année. Le médecin nous dévoile que des touristes viennent de toute l’Europe, comme par exemple de France, du Benelux, ou de la Scandinavie, ou même encore des Etats-Unis. La mode n’épargne aucun pays et elle est tout aussi populaire auprès des hommes que des femmes. Dans son cabinet, le docteur observe que 30% des hommes qui viennent la voir demandent des soins esthétiques similaires à ceux requis par les femmes et que la plus forte demande concerne les cheveux. 

Combattre les signes de l'âge et troubles mentaux

Les signes de l’âge sont une préoccupation grandissante et si un passage chez l’esthéticienne ne procure pas un résultat suffisant, celui d’une intervention chirurgicale est instantané et plus durable. Les personnes ont alors de plus en plus recours à cette médecine et de plus en plus jeunes. Selon le docteur « la mode est de prévenir les signes de l’âge, et non plus d’attendre la vieillesse afin de se pencher sur ses rides, nous voulons désormais freiner le temps qui passe et obtenir des résultats plus naturels ». 80% des demandes d’interventions dans son cabinet concernent “l'anti-aging”, et proviennent de clients dont la moyenne d’âge est de 40 à 50 ans. L’influence des réseaux sociaux, quant à elle, attire de plus en plus de clients âgés entre 20 et 30 ans, qui désirent ressembler à des célébrités ou influenceurs présents sur les réseaux. Cependant, Dr.Radziejewska remarque que ce n’est pas la majorité de sa clientèle. Elle-même dit être clairement contre la sur-consommation de “fillers”, ces injections qui peuvent modifier toutes les parties du visage. 

Face à la banalisation et la popularité grandissante de la médecine esthétique, comment les médecins peuvent-ils raisonner leurs patients et freiner ceux dont la demande est démesurée ou pas “nécessaire” ? Le médecin doit pouvoir dire si cela n’aura aucun impact sur la patiente ou si ce n’est pas bénéfique. Selon elle, 20% des patients qui viennent dans un cabinet de médecine esthétique souffrent de troubles mentaux légers voire plus sérieux, et sont persuadés qu’une amélioration physique signifiera une amélioration dans leur vie quotidienne. Ainsi, beaucoup ne veulent pas s’arrêter, et trouvent toujours de nouvelles choses à “corriger”. Dans de telle situations, Dr.Radziejewska fait tout d’abord la démarche la plus simple, leur montrer dans un miroir que leur visage est tout à fait « aux normes ». Si malgré cela ils ne sont pas convaincus, elle peut se permettre, après 15 ans d’expérience, de refuser d’effectuer l’intervention, elle peut même diriger la personne vers un psychologue si elle sent que le patient en a besoin. 

Qualité des soins

La qualité des soins d’une clinique est donc d’une grande importance, mais comment s’y retrouver ? Il ne faut pas oublier que la médecine esthétique est avant tout de la médecine et pas seulement un simple traitement esthétique. Le médecin doit conduire un entretien avec le patient et s’assurer qu’il n’y a pas de contre-indications. Il faut avant tout, bien s’informer sur les médecins de la clinique (qui doivent être des médecins spécialisés et non de simples généralistes) et s’assurer qu’ils ont suivi des formations correctes. Le docteur souligne qu’il existe des formations d’une journée après laquelle le médecin peut recevoir un certificat, il faut donc s’assurer du sérieux de la formation et de la durée de celle-çi (qui dure généralement plus d’une journée !). Le mieux est de trouver un médecin spécialisé dans une discipline. L'intérêt de s’adresser à un cabinet de médecins qualifiés sert dans le suivi du protocole, ils vont proposer des médicaments ou suppléments nécessaires avant l’intervention et d’autre part seront prêts à gérer toute éventuelle complication. 

On distingue dans la médecine esthétique deux méthodes le “french” et “american look”, qui offrent des approches différentes. Dr.Radziejewska, préfère le “french look”, qui donne un résultat plus naturel, elle se concentre sur l’idée du bien-être, et se spécialise dans des interventions “anti-aging”. La clinique n’est pas seulement un lieu où s’administrent des injections, il y a un vrai suivi du patient. Une bonne clinique fait aussi de son mieux pour suivre les tendances et nouvelles technologies, car la chirurgie esthétique se développe rapidement ces dernières années. Par exemple, les injections de Botox sont maintenant dépassées alors qu’il y a 15 ans, elles étaient un ingrédient principal, aujourd’hui on s’oriente davantage vers une prise en considération de la qualité de la peau en utilisant d’autres produits plus élaborés. De nouvelles techniques comme la mésothérapie ou les lasers prennent de plus en plus d’ampleur, et permettent à la peau de s’auto-régénérer. Des procédures gagnent en popularité, comme le CGF (concentrated growth factor), qui utilise des cellules de croissance concentrées obtenues à partir de cellules souches. La tendance actuelle a plutôt tendance à favoriser des méthodes qui améliorent la peau tout en lui conservant une apparence naturelle. 

Nous remercions Renata Roussel pour son support pour les recherches et la traduction. 

Site web de la clinique 

 

fullsizeoutput_a2a

Natalia Pikna

Etudiante à Sciences Po Paris et interessée par le journalisme, j'ai décidé de rejoindre la rédaction du PetitJournal.com à Varsovie pour un stage.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Votre édition de Varsovie cherche un repreneur !

Cet été, l’équipe de Lepetitjournal.com/Varsovie va se renouveler. Suite au départ d’une de ses associées l’édition cherche à renforcer son équipe. Intéressé.e ? Contactez-nous vite. 

Expat Mag

ENVIRONNEMENT

Amazonie, le poumon vert de rage

Depuis plusieurs semaines, les incendies ravagent la forêt amazonienne dont 60% se trouvent sur le territoire brésilien. Lundi dernier, Sao Paulo se trouve plongée dans le noir en plein jour