Réactions mitigées des Français de Pologne après le second tour de la présidentielle

Par Bénédicte Mezeix | Publié le 29/04/2022 à 12:27 | Mis à jour le 02/05/2022 à 11:41
Photo : BM - Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Reksio
MACRON LEPEN REKSIO

Mercredi 27 avril, le Conseil constitutionnel a officiellement proclamé le résultat de l’élection présidentielle du 24 avril, qui a vu Emmanuel Macron réélu pour un nouveau quinquennat à la tête de l’État, en obtenant 58,55% des suffrages exprimés, contre 41,45% pour Marine Le Pen. En Pologne, nous sommes toujours dans l’attente de la publication des résultats officiels obtenus sur notre territoire. Ces résultats définitifs ne devraient pas trop différer de ceux publiés le 25 avril dans votre édition, lepetitjournal.com/varsovie… En attendant, nous avons pris le pouls des Français et Franco-Polonais, dès l’annonce des résultats. Voici ce qu’ils en ont pensé !

 

Moins de 50% de participation au second tour en Pologne

Emmanuel Macron a traversé un quinquennat chaotique, marqué par une succession de crises : sociales avec le mouvement des "gilets jaunes" et l’opposition à la réforme des retraites ; sanitaires avec la pandémie de COVID-19, sécuritaires avec les attentats islamistes et la guerre en Ukraine.

Lessivés, les Français ne se sont pas bousculés pour aller voter à l’Ambassade de France à Varsovie, ni à l’Alliance française de Wroclaw ou au Consulat général de France à Cracovie, dimanche 24 avril. Sur les 5.260 inscrits au registre des Français établis hors de France, seulement 2.278 ont fait le déplacement, selon les résultats non officiels publiés le 25 avril, soit 43,31%.

En Pologne, il n’y a que 3 bureaux de vote pour un pays qui fait 312.683 kilomètres carrés. Un bureau supplémentaire serait théoriquement le bienvenu au nord du pays, mais si c’est pour voir se déplacer moins de 50% des inscrits, pourquoi devoir se lancer dans des coûts supplémentaires en 2027 ?

En plus de l’abstentionnisme qui relève de la crise des Français face à la sphère politique, s’ajoute désormais à l’étranger l’abstentionnisme « administratif » : c’est un abstentionnisme engendré par des démarches trop compliquées au goût de certain ou simplement opaques, souvent éloignées du domicile.

 

Le pire, c’est une question de point de vue…

Du côté de ceux qui craignaient le pire (le pire est ici plus que jamais relatif) – à savoir dans ce cas précis : contrer Marine Le Pen, Marie*, Franco-Polonaise vivant à Varsovie, lance un cri du cœur : « Franchement Macron, c’est mieux que Marine Le Pen, j’ai eu très peur ! ». Cette phrase banale mais lourde de sens, a marqué le résultat de ce second tour. Malgré leurs efforts de polissage pour adoucir les angles de leur discours, la candidate du Rassemblement Nationale et son entourage, font encore frémir. Mais ce qui fait le plus frémir n’est-ce pas la pugnacité de cette famille tricéphale (sans oublier Marion Maréchal) si âpre au combat ? En 2002, Jean-Marie Le Pen s’est vu introniser dans la cour des grands, grâce au duel historique qui l’a opposé à Jacques Chirac, rendant une présidence du Front National envisageable. 2022 : les Le Pen sont toujours dans la course, même si, oui, elle l’a bien martelé, Marine, n’est pas idéologiquement, exactement comme son père.

 

Macron : peut mieux faire… en écologie !

Même si Emmanuel Macron a obtenu 80,55% des suffrages en Pologne (résultat non officiel), sa victoire est mitigée. Le 2e point de sa profession de foi pour le second tour de l’élection, promettait : « Pour mieux vivre par l’écologie : une voiture électrique à louer pour moins de 100 euros par mois pour en finir avec les pleins d’essence si chers, 700.000 logements rénovés par an pour réduire les factures de chauffage. » Un sursaut écologique tardif après une amnésie partielle durant tout le temps de la campagne.

Bérengère*, se dit touchée qu’il ait abordé le thème de l’écologie, le 24 avril au soir, lors de son discours au Champs-de-Mars : « c’est très important, mais malheureusement, je n’y crois pas… Pour preuve, son bilan sur les 5 dernières années : la France a été condamnée deux fois pour « inaction climatique ». J’aimerais très fort qu’il ait une politique en faveur de l’écologie au cours des prochains 5 ans, mais, je n’y crois pas ! ».

Un avis partagé par Laurent, dirigeant d’entreprise, en Pologne depuis 2021 : « L’écologie n’est pas assez prise en compte. Elle a été complètement passée à la trappe au cours de la campagne. »

 

Macron : peut mieux faire… en prise en compte des besoins de tous les Français !

Laurent, qui a voté pour le président sortant, rajoute : « globalement, je partage sa vision, mais on va avoir besoin de tout le monde, y compris ceux qui ont voté contre lui, il faut élargir le plus possible. » Et de rajouter : « il faut s’interroger sur ce qui a été le fonds de commerce de Marine Le Pen, elle a aussi beaucoup parlé du pouvoir d’achat. ».

Du pain sur la planche pour « Un président qui unit et rassemble plutôt qu’une candidate qui divise et stigmatise. », (in Profession de foi, 2nd tour d’Emmanuel Macron) face à Marine Le Pen qui déclarait « Le pouvoir d’achat diminue et les taxes sur les carburants ont même été augmentées en 2017 et 2018.», (in Profession de foi, 2nd tour de Marine Le Pen) – et qui ne va pas si rapidement lâcher l’affaire sur ces thématiques.

 

Macron : peut mieux faire… pour l'Europe mais félicitations pour la gestion de la guerre en Ukraine

Iwona, Franco-Polonaise, se dit satisfaite de la victoire d'Emmanuel Macron.

« J’espère vraiment que nous allons créer une nouvelle Europe, plus forte. Quant à l’Ukraine – évidement, on aimerait que le conflit s’arrête le plus vite possible avec un accord bilatéral. Il vaut mieux stopper rapidement le conflit que de s’enfoncer dans une guerre sans fin. Vous voyez, je ne suis pas du tout d’accord avec mes compatriotes polonais qui trouvent qu’Emmanuel Macron en fait trop et que sa parole ne vaut rien. Selon moi, il joue un rôle diplomatique tout en finesse. »  Iwona, Franco-Polonaise

Même si Witold, Polonais de 23 ans, n’a pas pu voter, cet étudiant varsovien en droit, stagiaire au sein d’une institution française, décrit, ce qui est à ses yeux une victoire symbolique : « J’espère qu’Emmanuel Macron va continuer ses projets européens. Durant la campagne, sous la pression de la droite, il a adapté ses rhétoriques nationales mais maintenant, il est temps pour la France de reprendre son rôle de leader au sein de l’Union Européenne. »

 

« Je ne voulais pas de la France de Marine Le Pen »

Kasia est franco-polonaise et parle avec émotion de cette victoire qui résonne particulièrement pour elle.

« Je suis Polonaise, mais j’ai demandé la nationalité pour pouvoir voter : en 2002, je vivais à Morlaix, pendant le fameux duel Chirac – Le Pen… Soudain, j’ai eu très peur : moi, Polonaise, étrangère, venant d’un pays à l’époque en dehors de l’Union Européenne ! C’est à ce moment-là que j’ai décidé de demander la nationalité française, pour pouvoir faire barrage en apportant ma voix ! » Et de rajouter, « je suis très satisfaite du résultat de ce second tour, car je ne voulais pas de la France de Marine Le Pen : cette extrême droite, c’est une France fermée, que je ne reconnais pas. Pour moi, la France, c’est « Liberté, Egalité Fraternité ». Nous, nous avons le PiS au pouvoir, je n’imagine pas ce basculement en France ! » Kasia, Franco-Polonaise

 

Marine Le Pen : « pourquoi-pas lui donner sa chance ? »

« Finalement, pourquoi pas Marine Le Pen ? ça ne pouvait pas être pire que ce qu’on a eu avant, de toute façon, au pire, on pouvait descendre dans la rue pour manifester ! », argumente Anne* trentenaire, qui avait voté Jean-Luc Mélenchon au 1er tour.

« Je suis dégoutée de la politique… Nous, on a choisi la Pologne, car on vit mieux ici, financièrement parlant, c’est aussi plus carré et franchement, on voit comment est la vie depuis que le PiS est au pouvoir… On sait que ce n’est pas idéal, mais nous, ça nous va. De toute façon, on voulait tout, sauf Macron ! On ne se reconnait absolument pas dans sa politique. Au moins, Marine Le Pen, s’intéresse aux ménages les plus modestes et pourquoi-pas lui donner sa chance ? ». Anne, Française

 

La victoire d’Emmanuel Macron, vue par les Polonais…

Mateusz Morawiecki : après les frictions et les tensions, les félicitations !

« Toutes les élections sont une célébration de la démocratie. Après la plus passionnante des campagnes, le quotidien revient. De nombreux défis et intérêts communs attendent les Polonais et Français. Il est temps d'y travailler ensemble. L'avenir de l'Europe est entre nos mains. Je félicite »

 

 

De quoi faire oublier la joute verbale qui les a opposés juste avant le 1er tour de l’élection quand Emmanuel Macron a accusé Mateusz Morawiecki d’ingérence dans la campagne électorale française et de soutien à Marine Le Pen, suite à sa déclaration : « Monsieur le président Macron, combien de fois avez-vous négocié avec Poutine ? Avez-vous obtenu quelque chose ? Il n’y a pas à négocier avec des criminels. Est-ce que vous négocieriez avec Hitler, Staline ou Pol Pot ? ».

Des petites phrases assassines ont été échangées, atteignant leur paroxysme lorsque, répondant aux lecteurs du quotidien Le Parisien, le 7 avril, l’encore président-candidat Emmanuel Macron a qualifié Mateusz Morawiecki d’« antisémite d’extrême droite ». Le lendemain, vendredi 8 avril, l’ambassadeur de France à Varsovie, Frédéric Billet, était convoqué au ministère des affaires étrangères polonais. Depuis tout semble oublié… En tout cas, Twitter a gazouillé en signe de paix !

 

Jacek Czaputowicz : une victoire bonne pour la Pologne mais « 4 Français sur 10 ont voté pour [Marine Le Pen], c'est un signal important pour nous »

Jacek Czaputowicz, ancien chef du ministère des affaires étrangères du gouvernement Droit et Justice (PiS) a déclaré sur la chaine publique TVN24 que « la victoire de Macron est bonne pour la Pologne et le gouvernement polonais ». Selon lui, elle est « synonyme de continuité et d'un certain calme dans l'Union Européenne ». Son analyse continue en soulignant que Marine Le Pen a perdu, mais sa force et son soutien ont certainement augmenté. Les Français se marquent beaucoup plus à droite, sont plus radicaux, plus islamophobes. « 4 Français sur 10 ont voté pour elle, c'est un signal important pour nous » - a rajouté Jacek Czaputowicz.

 

La théorie de la relativité par TVP Info

Du côté de la chaine publique, TVP Info, la présentation des résultats de l’élection a été faite de manière surprenante : au lieu d’une victoire décisive pour Emmanuel Macron, la journaliste a parlé du succès historique de Marine Le Pen.

« Marine Le Pen ne se comporte pas comme une perdante, notamment parce qu'elle a amélioré non seulement son résultat d'il y a 5 ans, mais aussi les résultats que son père Jean-Marie Le Pen avait obtenus précédemment. Historiquement, c'est son meilleur résultat. »

 

Donald Tusk : Paris à Varsovie

Donald Tusk, président de PO (Plate-forme civique), parti libéral et ancien président du Conseil européen, s'est réjouit de la victoire d'Emmanuel Macron et en a profité pour glisser une allusion aux liens entre Marine Le Pen et Vladimir Poutine.

 

Félicitations Emmanuel Macron. Avec votre victoire, il y aura plus d'Europe en Europe. Et moins de Russie. Et le jour viendra bientôt où nous aurons Paris à Varsovie.

 

 

To już inna śpiewka : « C’est facile pour vous de voter pour Macron, vous vivez loin de la France… »

 

« C’est facile pour vous de voter pour Macron en Pologne, vous vivez loin de la France… », lance Fanny*, avec une émotion palpable dans la voix. Elle vit dans une ville française de 2650 habitants et a voté pour Marine Le Pen, par conviction. « Je regarde ce qui se passe en Pologne et franchement, j’aimerais la même chose en France : le retour à des valeurs nationales, redonner une place prépondérante à l’Eglise… Vous, vous avez gardé le zloty et puis surtout, le gouvernement est capable de tenir tête à l’Union Européenne… » 

Samedi 4 décembre 2021, Marine Le Pen s'était rendue à Varsovie. Les partis souverainistes, conservateurs ou d’extrême droite s’y étaient donnés rendez-vous afin de préparer leur alliance au Parlement européen. Cette réunion polonaise était la deuxième étape d’un processus d’union engagé en juillet 2021, date à laquelle les quinze partis concernés avaient signé une tribune en faveur d’un grand rassemblement.

Marine Le Pen a intégré à son programme électoral des mesures en contradiction avec les traités européens. L'un de ses combats majeurs est de vouloir réaffirmer la supériorité de la loi nationale sur la loi européenne, une position prônée également par la Pologne et qui lui a valu une condamnation. Mercredi 27 octobre, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a condamné la Pologne à payer à la Commission européenne une astreinte d’un million d’euros par jour. La raison exacte ? Varsovie devait mettre fin aux activités de la chambre disciplinaire de la Cour suprême - et cela n'a pas été fait . Selon l’Union Européenne, cette chambre disciplinaire de la Cour suprême menace dangereusement l’indépendance du pouvoir judiciaire en Pologne.

 

Les chiffres de l'élection à retenir en 2017 et 2022

 

Rappel de 2017

- En 2017, en Pologne, Emmanuel Macron avait remporté 86.31% des voix, Marine Le Pen, 13.69%.

- En France, cette même année, Emmanuel Macron (En marche !) avait remporté 66,10% des suffrages contre 33,90% pour Marine Le Pen (Front national).

- Les Français de l'étranger, eux avaient également massivement placé Emmanuel Macron devant Marine Le Pen, sauf en Syrie où parmi les 14 votants, 9 avaient opté pour la candidate du Front National, avec 64,2% des voix.

- En Libye, Emmanuel Macron avait raflé 100% des suffrages exprimés.

 

En Pologne en 2017 : détail des résultats du second tour, le 7 mai 2017

Emmanuel Macron : 1627 voix - 86.31%
Marine Le Pen : 258 voix - 13.69%
Nombre d’inscrits : 3973
Nombre de votants : 1971
Participation : 49.61%
Nuls : 16
Blancs : 70
Total exprimés : 1885
Suffrages exprimés : 47.45%

 

Rappel de 2022

Pologne 2022 : détail des résultats du 1er tour, du 10 avril 2022, validés par le Conseil constitutionnel

Résultat 1er tout Pologne validé

 

Pologne 2022 : résultats temporaires du second tour, du 24 avril 2022

 

 

* Les prénoms de certaines personnes citées ont été modifiés.

 

benedicte mezeix

Bénédicte Mezeix

Directrice et rédactrice en chef du site lepetitjournal.com/Varsovie, j'ai une longue expérience dans les médias : télévision, radio, presse écrite francophone et spécialisée. Mon premier voyage en Pologne date de 2010.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale