Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Conférence sur le Moyen-Orient, contrôles aux frontières rétablis

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 12/02/2019 à 00:00 | Mis à jour le 12/02/2019 à 00:00
index

Rzeczpospolita annonce que le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) organisera mercredi une manifestation qui réunira des milliers d’opposants iraniens qui scanderont le slogan « Iran libre » devant le Stade national de Varsovie où aura lieu la Conférence sur le Moyen-Orient. Le Conseil national de la résistance iranienne, CNRI fédère une faction de l'opposition iranienne à l'étranger, contre la République islamique d'Iran.

 

Gazeta Wyborcza informe du rétablissement temporaire du contrôle aux frontières et de l’établissement de l’état d’alerte au premier degré à partir de dimanche 10 février jusqu’au vendredi 15 février. Polska The Times présente deux issues possibles de la conférence: soit une nouvelle étape menant à la paix, soit l’ouverture d’un conflit virulent avec l’Iran. Pour ce qui est des participants, à part une délégation de haut niveau des Etats-Unis, d’Israël, du Royaume-Uni et de la majorité des Etats du Moyen-Orient, peut-être aussi d’Italie, les autres délégations seront bien moins importantes (UE, France, Allemagne, Arabie Saoudite), voire absentes (Iran, Autorité palestinienne, Turquie, Russie, Chine). La Pologne s’efforcera de faire en sorte que cette conférence ne soit pas hostile à l’Iran. Et si cette conférence permet de constituer un nouveau format de débat sur la paix au Moyen-Orient, ce sera un réel succès. 

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Ivan jeu 14/02/2019 - 08:57

Le sens de la présence des opposants iraniens à Varsovie est que dorénavant il faudrait distinguer entre "régime iranien" et "peuple iranien". C'est ce que les participants à cette conférence devraient garder à l'esprit, mais aussi ceux qui n'y participent pas. La notion de la Paix prend tout son sens que si les aspirations du peuple iranien à la démocratie et à la liberté sont respectées. Ce qui ne semble pas être le cas avec une théocratie liberticide et misogyne. Il faudrait en tenir compte.

Répondre