Dimanche 23 février 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La pauvreté augmente à nouveau en Pologne

Par Cédric Tavernier | Publié le 15/12/2019 à 22:32 | Mis à jour le 16/12/2019 à 03:38
pauvreté Pologne

Après 4 années de baisse consécutive entre 2014 et 2017, le taux de pauvreté a à nouveau augmenté en 2018.

Qu’est-ce que le seuil de pauvreté ?

Tout d’abord, il convient de définir ce que l’on appelle communément en France le seuil de pauvreté. Il est relatif et correspond selon les statistiques à 50% ou 60% du revenu médian. Ainsi, tout journaliste sérieux qui parlerait de taux de pauvreté se devrait de définir ce seuil à son public et préciser s’il a été utilisé le ratio de 50% ou de 60%. Vous noterez que la différence est notable. Ainsi, si en France, l’on utilise le ratio de 50% qui fixe le seuil de pauvreté à 861 euros par mois, l’on compte dans l’Hexagone 8,0% de pauvres. Mais si l’on utilise le ratio de 60% qui fixe le seuil de pauvreté à 1.041 euros par mois, l’on compte alors dans l’Hexagone 14,1% de pauvres... soit presque le double. Les données concernant la France dans cet article sont de 2017 et proviennent de l’INSEE.

Les données ci-dessus concernent une personne seule. Le seuil de pauvreté tient compte du nombre de personnes qui vivent dans le même logement. L’INSEE utilise pour cela un système de parts. Le premier adulte vaut une part entière, toutes les personnes de plus de 14 ans comptent pour une demi-part et les moins de 14 ans pour 0,3 part. Si chacun ne compte pas pour une part entière, c’est qu’à plusieurs, on fait des économies : pas besoin d’une cuisine ou d’une salle de bain par personne, par exemple. Selon l’INSEE, un couple avec deux enfants en bas âge est pauvre si ses ressources ne dépassent pas 1.822 euros au seuil à 50 % ou 2.186 euros à 60 %. Un couple sans enfant, est pauvre avec moins de 1.301 euros ou de 1.562 euros selon le seuil.

En Pologne, la méthode de calcul utilisée par le GUS, l’office central des statistiques, est un peu différente. L’on ne s’embarrasse pas des différents détails donnés ci-dessus et l’on ne considère pas les revenus mais les dépenses et pas la médiane mais la moyenne. Ainsi, un couple avec deux enfants est pauvre s’il dépense moins de 50% de ce que dépense en moyenne un couple avec deux enfants en Pologne.

Ainsi, comparer le seuil de pauvreté en France et en Pologne, c’est un peu comme comparer des choux et des carottes. Qui plus est, il est vraisemblable qu’un Polonais ayant le pouvoir d’achat d’un Français qui gagne 800 euros par mois ne soit pas considéré comme pauvre par les statistiques polonaises… Mais bon, si malgré tout, l’on s’essayait à la comparaison, l’on peut noter que le taux de pauvreté est beaucoup plus bas en France qu’en Pologne : 8,0% contre 14,2%. Certes, les données concernant la Pologne que je donnerai dans cet article sont de 2018. En 2017, le taux de pauvreté était de 13,4%.

 

Pauvreté relative et extrême pauvreté en Pologne

Le taux de pauvreté tel que précisé ci-dessus sera appelé taux de pauvreté relative dans la suite de l’article.

Sera mentionné également le taux d’extrême pauvreté qui concerne les personnes en dessous du seuil d’extrême pauvreté. Il a été défini par le GUS de la façon suivante : « Une consommation inférieure à ce niveau entrave la survie et constitue une menace pour le développement psychophysique de la personne ». Le seuil de pauvreté est fixé par l'Institut du travail et des affaires sociales. Il varie en fonction de la taille du ménage. L'année dernière, pour les personnes seules, c'était moins de 600 PLN (environ 140 euros) par mois et pour un couple avec deux enfants, environ 500 PLN (environ 120 euros) par tête. Par rapport à 2017, ces montants ont augmenté de plusieurs zlotys. Comme si avec 600 PLN par mois, l’on pouvait assurer ses besoins primaires… Sans parler des différents éléments importants que ce genre de statistiques ne prennent pas en compte : si les personnes sont propriétaires ou non de leur logement ou les différences de pouvoir d’achat en fonction de l’endroit où on habite. Alors, si certes à Varsovie, en cherchant bien, l’on peut réussir à trouver une chambre miteuse dans une banlieue sinistre de la ville pour 600 PLN par mois, il ne reste plus guère d’argent pour se nourrir… la situation étant moins dramatique à la campagne.

 

La pauvreté a augmenté en 2018

Comme on l’a vu précédemment, le taux de pauvreté relative en Pologne a augmenté, passant de 13,4% en 2017 à 14,2% en 2018. C’est la première fois que ce taux a augmenté depuis 2008. En effet, en 2008, il était à 17,6% et il a baissé constamment jusqu’en 2017.

Quant au taux d'extrême pauvreté, il a aussi augmenté. Passant de 4,3% en 2017 à 5,4% en 2018. Plus d’un Polonais sur 20 vit avec moins de 20 PLN par jour (moins de 5 euros), ça glace un peu le sang… Ce taux d’extrême pauvreté n’a pas suivi la courbe du taux de pauvreté relative. Il a augmenté de 2008 à 2013 passant de 5,6% en 2008 à 7,2% en 2013 puis a diminué fortement jusqu’en 2017 avant de remonter l’année dernière.

C’est dans les villes entre 200.000 et 500.000 habitants où le taux d’extrême pauvreté est le plus bas avec 1,1% en 2018, puis dans les villes de plus de 500.000 habitants avec 1,5%. C’est dans les campagnes où il est le plus élevé avec 9,4% et où son augmentation est la plus forte car il n’était « que » de 7,3% en 2017. Après, comme nous l’avons souligné plus haut, c’est sûrement pire d’avoir 700 PLN par mois à Varsovie que 500 PLN par mois à la campagne.

 

500+ ?

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, le gouvernement PiS (Parti Droit et Justice) a mis en place en 2016 juste après son élection le programme 500+, les allocations familiales pour faire simple, qui étaient jusqu’à présent inexistantes en Pologne. Ce programme s’appelle 500+ car lors des élections de 2015, le PiS avait comme mesure phare de son programme de donner à toute famille ayant au moins 2 enfants 500 PLN (120 euros) par mois et par enfant à partir du deuxième enfant jusqu’à sa majorité. Les familles bénéficiant de très faibles revenus pouvaient également en bénéficier dès le premier enfant. La promesse électorale est entrée en vigueur le 1er avril 2016. Depuis le 1er juillet 2019, la mesure a été étendue même au premier enfant sans condition de ressources.  Cette mesure était censée augmenter le taux de fécondité très faible en Pologne (1,32 enfant par femme en 2015 – données Banque Mondiale) et en baisse quasi-constante depuis 1983 où il était de 2,42. Mais cette mesure était aussi censée faire baisser l’extrême pauvreté.

Le taux d’extrême pauvreté a fortement baissé entre 2014 et 2017 passant de 7,4% à 4,3% mais 500+ n’est effectif que depuis le 1er avril 2016. Le taux d'extrême pauvreté avait déjà fortement baissé en 2015 à 6,5%. Puis il a continué sa baisse, 4,9% en 2016 et enfin 4,3% en 2017. S’il est raisonnable de penser que 500+ a joué un rôle, il est plus difficile d’en estimer son réel impact. Et puis, pourquoi le taux de pauvreté a à nouveau bondi à 5,4% en 2018 ? Surtout que c’est dans les familles de 3 enfants et plus que le taux d’extrême pauvreté a le plus augmenté passant de 7,6% en 2017 à 9,7% en 2018. Rendez-vous compte, un couple avec trois enfants sur dix dépense moins de 2500 PLN (600 euros) par mois pour toute la famille…

 

Nous vous recommandons

cedric tavernier

Cédric Tavernier

Arrivé en Pologne en 2003, double diplôme franco-allemand en Affaires et Finance Internationales, a dirigé des filiales de groupes français à Varsovie. Votre interlocuteur commercial pour les campagnes publicitaires en Pologne.
6 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Franco-polonais mar 14/01/2020 - 18:18

Article manquant de rigueur. Le niveau de vie en Pologne a fait un grand bon en 4 ans. Les salaires ont augmenté sérieusement et heureusement. Il suffit d'avoir connu la Pologne il y a 5 ans et de se promener aujourd'hui le samedi dans une ville moyenne pour vite se rendre compte que la vie économique est en plein essor. L'idéologie ne changera rien à l'affaire. De plus il faut analyser région par région. Varsovie n'est pas la Pologne. C'est peut-être actuellement la ville la moins polonaise de Pologne. N'oublions pas que la Pologne est un pays d'habitation rurale. Dans les Basses-Carpates par exemple il est possible pour un ouvrier qualifier de gagner environ 4000 zlt par mois. Avec deux enfants on rajoute 1000 + le travail de la femme. Et ce n'est pas rare aujourd'hui. De plus le chômage est autour de 5%... Et encore... Si on rajoute à cela que le niveau des universités est élevé, donc assure une formation conséquente, on comprend mieux la situation. Par ailleurs vous pouvez vous promener dans Cracovie ou dans des villes plus petites et vous ne croiserez pas beaucoup de SDF. Peut-on en dire autant des villes françaises?

Répondre
Commentaire avatar

Lpj to złodzieje lun 06/01/2020 - 10:48

Faudrait que les Français arrêtent de parl s'ils connaissent pas le sujet. Déjà, la vie ne coûte pas autant qu'en France. Ensuite, les appartements sont peu cher et une écrasante majorité de gens vivent dans des maisons qui leurs appartiennent. On est loin des conditions Parisiennes avec des appartements de 20m^2 au smic. Enfin, les banlieues sinistres existes en France, mais pas en Pologne. Je rappelle que les 1000 voitures qui ont pris feu, c'était dans les banlieues françaises et non pas parisiennes

Répondre
Commentaire avatar

Catherine mar 17/12/2019 - 14:23

Merci beaucoup pour votre recherche et l’analyse de données, très intéressant!

Répondre
Commentaire avatar

Polonais lun 16/12/2019 - 21:44

Dire qu'une certaine somme d'argent n'est pas suffisante pour vivre en Pologne simplement en faisant une conversion en euro ne rime à rien. Les coûts des produits ne sont pas les mêmes, ni le niveau de vie. Des polonais débrouillards s'en sortent très bien.

Répondre
Commentaire avatar

Etienne lun 16/12/2019 - 08:55

Très intéressant , merci.

Répondre
Voir plus de réactions

Que faire à Varsovie ?

AGENDA DU WEEK-END

AGENDA DU WEEK-END : La nuit de Chopin !

Au programme ce week-end à Varsovie : la nuit de Chopin ou 25 récitals dans 5 lieux différents, le jardin royal des lumières de Wilanów, un vernissage et une rencontre avec une alpiniste !

Vivre à Varsovie

GASTRONOMIE

TŁUSTY CZWARTEK (Jeudi Gras) – Pączki et faworki au menu aujourd’hui !

Alors que la France et les pays anglophones célèbrent le mardi gras la veille du mercredi des cendres, la Pologne fête le jeudi gras, le « Tłusty czwartek» ! Recettes à la fin de l'article !