Vendredi 24 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

HISTOIRE - Quand Chopin rencontre Sand

Par Maëlle Gomez | Publié le 03/10/2018 à 00:00 | Mis à jour le 19/10/2018 à 17:03
Photo : Eugène Delacroix, Georges Sand et Frédéric Chopin
Sand Chopin

Si personne n’ignore qui est Frédéric Chopin (1810-1849), musicien et compositeur polonais prodigue, célébré à travers le monde aujourd’hui par les meilleurs pianistes, peu  connaissent la relation tumultueuse qu’il a vécue avec Aurore Dupin (1804-1876), plus communément connue sous le pseudonyme de George Sand, durant presque 10 ans. Cette femme de caractère qui a pris un nom d’homme pour publier ses œuvres est une figure emblématique de la littérature française et possède un tempérament bien affirmé mais qui ne résistera pas au jeune pianiste. Voici leur histoire. 

 

Une rencontre

Comme toute histoire, tout débute par une rencontre. Et la première rencontre entre Sand et Chopin n’est pas des plus réussies. Ils se rencontrent à l’hiver 1836 à Paris lors d’une soirée où Liszt vient rendre visite à son ami Chopin accompagné par George Sand. Ce n’est pas le coup de foudre et Chopin écrira plus tard à Liszt « Elle est antipathique, cette Sand». Il aurait même ajouté, « Est-ce vraiment une femme? ». Et pourtant. Au printemps 1838, Sand et Chopin commencent à se fréquenter de manière régulière. Ils ont beaucoup souffert tous les deux de leurs précédentes relations comme en témoigne une certaine tristesse dans les œuvres du compositeur notamment dans ses Nocturnes. Sand, la première, tombe sous le charme de Chopin. Malgré sa rupture récente avec Alfred de Musset, elle pose sur le jeune compositeur un regard tendre, protecteur presque maternel et dans une lettre adressée à une amie elle le écrit « Quant au petit (Chopin), il viendra si il veut». Il vient. Leur relation durera presque 10 ans au total. 

 

Une relation assombrie par la maladie

Leur relation est marquée par la mauvaise santé de Chopin. Quand George le rencontre il est déjà tuberculeux. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils prendront la décision d’aller passer l’hiver 1838-1839 à Majorque. Seulement voilà, la météo sur l’île espagnole est extrêmement humide ce qui n’arrange pas la santé fragile de Chopin qui  se dégrade… tout comme son humeur. Il est très malade, délire beaucoup sans toutefois cesser  de composer, notamment son fameux Prélude 15 dit Prélude à la goutte d’eauinspiré par, dit-on, les pluies incessantes. La tension monte dans le couple. Chopin va mal et ils n’ont plus d’argent. George décide alors de rentrer à Paris. Plus tard dans sa correspondance elle écrira : « Un mois de plus et nous mourions en Espagne, Chopin et moi, lui de mélancolie et de dégoût, moi de colère et d’indignation». 

 

Une brève accalmie avant la rupture

Au printemps 1839, l’état de Chopin s’améliore et, apaisé, le couple part pour Gênes puis s’installe à Nohant, cet écrin de verdure au cœur du Berry, domaine de la famille Sand où George a grandi, et passe tous ses étés entourée d’écrivains et d’artistes. Elle écrit en l’observant, il compose et joue pour elle chaque soir. Ils vivent une véritable parenthèse heureuse. Mais dès 1842, la santé de Chopin se dégrade à nouveau, malgré un concert couronné de succès en 1841 à la salle Pleyel à Paris. Il devient boudeur et  tombe plusieurs fois malade. La mort de son père en 1844 n’arrange rien et le plonge dans le désespoir. Sand le décrit alors comme un « petit enfant chétif». La rupture intervient en 1846, alors qu’une violente dispute éclate entre Chopin et Sand. A l’origine de la querelle se trouve Solange, la fille de Sand en âge de se marier qui courtise Chopin et Maurice, le fils de Sand issu de son premier mariage qui ne supporte plus Chopin et veut le chasser de Nohant. Chopin part à l’automne 1846, seul, par un jour pluvieux. Il fait ses adieux à George et au domaine. Il ne le sait pas encore mais il n’y reviendra plus.

 

Il consacre les dernières années de sa vie à la composition, affligé par la lettre de rupture que Sand lui a adressé en 1847, et rongé jour après jour par la phtisie. En novembre 1848, après un bref passage à Londres, il est de retour à Paris, très affaibli et sans nouvelle de George. Au printemps 1849, sentant sa fin proche, il désire revoir sa famille. Sa sœur vient avec sa fille et son mari mais de George, pas de nouvelle. Il meurt le 16 octobre 1849 sans l’avoir revue mais entouré des siens.

 

Ce qu’il faut retenir de cette relation tumultueuse c’est la grande affection de Sand qui a toujours veillé du mieux qu’elle a pu sur son « cher petit» Chopin. Bien qu’elle fût sûrement plus une sœur qu’une compagne pour lui elle soutint son incroyable niveau de production musicale et endura ses mauvaises humeurs et sa maladie pendant de longues années. A Nohant, on peut toujours admirer le piano de Chopin et le fauteuil de Sand où ils ont passé heureux des belles soirées d’été, témoignage d’instants de légèreté et de bonheurs gravés dans le temps. 

Maëlle Gomez

Maëlle Gomez

Française récemment expatriée à Varsovie, consultante en nouvelles technologies et passionnée de musique.
5 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

AE jeu 04/10/2018 - 16:45

Juste une autre coquille : George Sand s'écrit sans "s" (la faute au correcteur automatique peut-être...)

Répondre
Commentaire avatar

Guillaumek mer 03/10/2018 - 14:27

Article intéressant. Il faudrait corriger les dates. Le couple se rencontre à l'hiver 1838, mais partent ensemble en voyage au printemps ...1838. L'année 1838 est encore mentionnée plus tard dans le texte. Question: le père de Chopin vivait-il encore en France à sa mort ou était-il resté en Pologne

Répondre
Commentaire avatar

Varsovie mer 03/10/2018 - 14:32

Merci, c'est corrigé. Le père de Chopin, Nicolas Chopin est resté en Pologne où ile est mort en 1844

Répondre
Commentaire avatar

Mikki Akz Akz mer 03/10/2018 - 14:28

Petit coquille meurt en 1849 au lieu de 1949.

Répondre
Commentaire avatar

Varsovie mer 03/10/2018 - 14:33

Effectivement. Merci!

Répondre

Que faire à Varsovie ?

AGENDA DU WEEK-END

EIFFAGE vous propose l’agenda du week-end : sport, déco et cuisine

Pas question de rester sous la couette ce weekend ! Ouverture de terrasses, soirées, concerts, des évènements culinaires sans oublier le sport pour évacuer et les évènements culturels pour l'esprit ! 

Actualités

INTERVIEW

Lou Doillon - "L'album ressemble à l'étrange patchwork que je suis"

Lou Doillon était à Varsovie pour un concert intimiste au club Hybrydy et présenter son nouvel album, le très beau Soliloquy.  Nous avons eu la chance de rencontrer cette artiste chaleureuse et...

Communauté

"Qu'est-ce qu'être une mère ?" La parole aux mamans

Lepetitjournal.com/Varsovie a décidé de donner la parole à quelques mamans de la communauté française et polonaise en leur demandant de répondre à la question « qu’est-ce qu’être mère ?».

Expat Mag

Quels sont les meilleurs vins du monde ?

Le plus grand concours viticole du monde vient de rendre son verdict. Parmi les milliers de vins en compétition, seuls 50 ont reçu le titre très prisé « Best in Show ». Les vins français figurent-ils