Dimanche 8 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

COUPLE FRANCO-POLONAIS - Gilles et Emilia

Par Félix Fier | Publié le 20/05/2019 à 15:05 | Mis à jour le 20/05/2019 à 15:05
Varsovie Saska Kepa Le Rendez-vous Gilles et Emilie

Lepetitjournal.com/Varsovie est allé à la rencontre de Gilles et Emilia, un couple franco-polonais. Après 10 années en France et la naissance de leur fille, ils se sont installés à Varsovie il y a 5 ans.  Ils ont ouvert un sympathique bar à vin (Le rendez-vous) dans le quartier de Saska où ils nous reçoivent. 

 

  • Lepetitjournal.com/Varsovie : Bonjour à vous deux, pour commencer pouvez-vous nous parler de votre parcours ? 

 

Emilia : Je suis originaire de l’est du pays. J’ai suivi des études de marketing, polonais/français en Pologne après avoir passé mon bac avec option français. Comme je voulais vraiment maitriser cette langue, en 2002, j’ai pris une année sabbatique et je suis partie comme jeune fille au pair à Bordeaux. Aujourd’hui je travaille à temps plein chez Stanley Black and Decker comme analyste financière.

 

Gilles : Quand j’ai rencontré Emilia j’étais sommelier au Pavillon des Boulevards à la Barrière du Médoc. Depuis que nous sommes ici, je tiens ce bar à vin (le Rendez-vous) que nous avons ouvert ensemble.

 

  • Comment vous êtes-vous rencontrés ? 

 

Emilie : J’ai rencontré Gilles dans un bar du quai de Paludate à Bordeaux en 2003. Je pense que nous ne nous sommes pas quittés parce qu’il a su me faire découvrir la France. Six mois plus tard, il m’a demandé en mariage. On s’est donc marié civilement en France en 2004 puis religieusement en Pologne en 2005. On a eu une fille Magdalena qui a aujourd’hui 12 ans. On a vécu 10 ans à Bordeaux puis nous avons décidé de nous installer à Varsovie.

 

  • Y a t’il des différences de cultures auxquelles vous avez du mal à vous plier ?

 

Emilia : J’adore la culture française. La famille de Gilles m’a fait découvrir ce qu’est un bon repas, prendre le temps de s’asseoir à table, la dégustation du vin, surtout que nous vivions à Bordeaux qui est une ville très agréable à vivre. Je me suis tellement intégrée dans la culture française que ma famille me dit parfois que j’ai changé depuis mon séjour en France.

 

Gilles : Au début, quand on a ouvert le bar, j’ai été un peu dérouté par le coté strict des Polonais. Moi j’aimais bien l’ambiance à la française, avec les gens qui s’assoient dans la rue, qui font du bruit le soir etc.. J’ai bien compris que ce n’était pas possible ici si je voulais garder ma licence. Je me suis vite adapté.

 

  • Quel a prioris aviez-vous sur la culture de l’autre ?

 

Gilles : J’avais des a prioris avant de venir la première fois en 2003. Je voyais la Pologne comme un pays pauvre. Il faut dire qu’à l’époque, j’ai emprunté l’unique autoroute de pays et j’ai pris une claque. Ça a bien changé depuis.

 

 

  • Comment votre couple a t-il été perçu par votre entourage, famille, groupe d’amis ?

 

Emilia : Gilles à très bien été accepté par ma famille, et encore plus depuis que nous habitons à Varsovie. C’est plutôt nos amis français de l’époque qui se sont demandés ce que nous allions faire en Pologne.. Ils ne croyaient pas vraiment en nous à ce moment-là.  

 

Gilles : Emilia à très bien été accueillie par ma famille, et mes amis l’ont acceptée bien sûr, il n’y avait aucune raison que ça se passe mal.

 

  • Quelle langue parlez-vous à la maison ?

 

Emilia : Entre nous, ça dépend. On passe assez rapidement du français au polonais, il n’y a pas trop de règle. Avec notre fille, Gilles parle exclusivement en français et moi ça dépend. Elle a appris le polonais ici, je ne lui ai quasiment jamais parlé polonais quand nous étions en France.

 

Gilles : Notre fille ne comprenait pas l’intérêt de parler polonais quand nous étions en France, elle était entourée de Français, elle ne venait en Pologne que tous les deux ans. Elle a commencé à parler la langue quand la mère d’Emilia venait nous rendre visite en France, maintenant elle la maitrise parfaitement.

 

-Pourquoi avez-vous décidé de revenir vivre en Pologne ?

 

Gilles : Notre couple avait besoin d’un nouveau souffle, Emilia a suivi une formation dans le vin au cours de laquelle elle a étudié un projet d’installation d’un bar à vin à Varsovie. Il faut dire que la consommation du produit était en pleine expansion.

 

Emilia : Moi je ne voulais pas partir de Bordeaux. J’ai quitté la Pologne en 2002, il n’y avait rien ici, surtout que je suis originaire d’une zone rurale. Puis un jour je me suis décidée.

 

Gilles : Quant à moi j’adorais la Pologne, je n’attendais que ça.

 

-Vous avez ouvert un bar à vin, comment cela s’est-il passé ?

 

Emilia : Quand on est arrivé, on s’est occupé de l’administratif durant 6 mois. Au bout d’un certain temps, Gilles s’est débrouillé seul, il faisait les dégustations en polonais et ça plaisait bien. Ensuite j’ai commencé à travailler à temps plein car le bar à vin c’est le boulot de Gilles. Je m’occupe toujours de l’administratif comme Gilles ne lit ni n’écrit le polonais et j’aide le soir quand il y a du monde.  

 

Gilles : On a quitté la France sans rien, juste avec la décoration du bar achetée sur le bon coin. On voulait être à Saska, parce que c’est un quartier vivant, les terrasses sont vite remplies quand il fait beau. Au début c’était surtout des gens du quartier qui venaient, maintenant on à des clients de toute la ville.

Niveau administratif, les procédures sont plus simples qu’en France, et puis c’est moins cher. Si tout est fait dans les règles tout se déroule très bien.

 

-Qu’est ce qui fait que ça marche ?

 

Gilles : Je suis sommelier de métier, les vins français ne sont pas très connus ici et je suis le seul français à vendre des produits français exclusivement. Un verre de vin accompagné d’une assiette de charcuterie et de fromage, ça marche assez bien. On propose aussi des anniversaires, des soirées à thème.

 

Emilia : Nous avons d’excellents retours sur internet. Gilles à une bonne expérience dans le milieu en France. Les Polonais n’ont pas toujours autant le souci du service et de l’accueil.  C’est un tout, un service de qualité, des produits de qualité et une atmosphère chaleureuse.

 

-Quelle clientèle avez-vous ici ?

 

Gilles : La clientèle est composée d’environ 80% de Polonais, de 15% de Français et 5% d’autres nationalités.

 

-Le mot de la fin ?

 

Gilles : Si c’était à refaire je le referais sans hésiter.

Emilia : C’est sûr qu’on ne regrette pas notre choix, Varsovie est une ville agréable à vivre.

 

.

Félix Fier

Le petit stagiaire de la rédaction, étudiant en master de relations internationales, j'aime vagabonder pour découvrir de nouvelles places, cultures et activités inédites.
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Kasia z Bordeaux lun 27/05/2019 - 10:50

Bravo pour cette réussite! KasiaL de Bordeaux ;-)

Répondre
Commentaire avatar

Jojo mar 21/05/2019 - 18:41

Je retrouve mes amis dans cet article . Bravo à vous que du bonheur et réussite pour l’avenir . Et on est bien au Rendez -vous l’ambiance est parfaite .

Répondre
Commentaire avatar

Mickael Keal lun 20/05/2019 - 10:29

Excellente initiative d'avoir rejoins la Pologne et de nous proposer ce "Petit Territoire de France" qui nous manque tant :)

Répondre

Que faire à Varsovie ?

AGENDA DU WEEK-END

AGENDA DU WEEK-END : Varsovie s'illumine !

Au programme ce week-end à Varsovie : les illuminations, le bazar de charité SHOM, un bain dans la Vistule, les journées du livre français, un festival de cinéma et un festival du café et du chocolat

Vivre à Varsovie

TRADITIONS

LA SAINT-NICOLAS : Comment la fête-t-on en Pologne ?

Le matin du 6 décembre, les enfants polonais regardent bien sous leurs oreillers et dans leurs chaussons pour voir si Saint-Nicolas a récompensé les enfants sages qu'ils ont été pendant l'année.

Expat Mag

Bangkok Appercu
TOURISME

A la découverte du patrimoine thaïlandais reconnu par l’UNESCO

Réputée pour ses plages tropicales et parcs nationaux, ses temples, ses ruines anciennes, la Thaïlande ne manque pas de charme et plusieurs sites ou villes sont d'ailleurs reconnus par l’UNESCO