ASSOCIATION BRETAGNE-POLOGNE - Histoire d'une amitié franco-polonaise

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 06/12/2015 à 23:00 | Mis à jour le 06/01/2018 à 18:34

 

Plus de vingt ans après la mise en place des premiers jumelages entre la région de Bretagne et les voïvodies de Wielkoposlka, le dynamisme et la volonté d'innover de l'association n'ont pas bougé d'un pouce. Michel Dorin, Consul de Pologne en Bretagne et Président de l'Association revient au cours de cet entretien sur les actions fructueuses mais aussi sur le travail qu'il reste à accomplir dans les prochaines années. Dans le contexte d'une Union Européenne en pleine restructuration identitaire, l'Association semble avoir de beaux jours devant elle.

Une parenthèse historique est toujours intéressante pour saisir dans toute son épaisseur le lien qui unit Bretagne et Pologne, d'autant plus lorsque l'un des fondateurs de l'association, Michel Dorin, d'origine polonaise par sa mère, nous en parle.

L'association a été créée dans les années qui ont suivi l'explosion du bloc soviétique. A l'époque, l'idée principale était d'offrir à la Pologne les moyens d'installer durablement la démocratie en s'inspirant des savoirs faire d'Europe de l'Ouest. « Fraîchement libérée des chaînes du communisme, il était alors indispensable d'accompagner les Polonais vers la démocratie » souligne Michel Dorin.

Au cours de ces deux décennies, comptez plusieurs jumelages à succès entre les communes de la région Bretagne et celles de Wielkopolska, des échanges universitaires et des partenariats entre les différentes chambres de commerce et d'agriculture… Et nous voici en 2015. Entre temps, l'eau a coulé sous les ponts : la Pologne a pris le tournant d'une économie libérale, a réformé en profondeur l'administration du territoire et a intégré l'Union Européenne en 2004.

De l'intérêt de travailler à un niveau intereuropéen 

« Très vite, nous nous sommes rendus compte que la région Bretagne serait le meilleur interlocuteur pour la région de Poznan », confie Michel Dorin. L'année prochaine, l'association prévoit d'envoyer les représentants des collectivités territoriales qui le souhaitent observer le fonctionnement optimal des communes du sud de la Pologne. « En France, nous comptons 36.000 communes pour seulement 2.000 en Pologne, notre système d'intercommunalité est en pleine restructuration et il serait intéressant pour les représentants d'observer les innovations structurelles mises en place chez nos voisins. Il y a vingt ans, les Polonais s'inspiraient du modèle français, aujourd'hui c'est peut être à nous d'aller voir ce qu'il se passe là bas. En Pologne, les territoires des communes sont très larges mais fonctionnent extrêmement bien. On ne peut pas en dire autant en France, où les élus des communes ont tendance à répéter ce qui a déjà été fait », ajoute Michel Morin. Objectif du voyage : redynamiser les jumelages établis il y a vingt ans mais aussi élargir les perspectives des représentants communaux français grâce au partage des savoir-faire.

Citoyens européens

Car Bretagne-Pologne, c'est aussi plus de 10.000 jeunes Bretons et Polonais partis en voyages linguistiques. Prononcés dans le contexte d'une tiédeur européenne, les mots de Michel Dorin sont forts de sens. Il semble plus important que jamais de sensibiliser nos jeunes aux possibilités que leur offre l'Europe, « afin qu'ils deviennent de véritables citoyens européens ».

Histoire et culture communes

Mettre à la disposition des Bretons la culture et l'Histoire polonaise est le dernier volet de l'Association. Celle-ci est souvent méconnue de nos étudiants français. Il y a deux ans, l'exposition « Pour Votre et Notre Liberté » revenait sur la lutte des Polonais durant la Seconde Guerre mondiale. De nouveaux événements inscrits dans cette même veine culturelle sont à prévoir pour l'année 2016. En adossant les voyages linguistiques à une connaissance approfondie de ces deux cultures, l'association met toutes les chances de son côté pour façonner les citoyens de l'Union Européenne de demain.

La synergie franco polonaise à l'épreuve de l'euroscepticisme

Les postures préélectorales conservatrices ne semblent pas même ébranler Michel Dorin : « Attendons de voir. Le parti PIS n'est pas le Front National et je pense qu'ils apportent des réponses intéressantes sur le plan social. Les laisser pour compte sont encore nombreux en Pologne ». Le tournant conservateur pris au mois d'octobre lors des élections législatives n'aura pas de conséquences directes sur l'action de l'Association semble t-il. « Cela ralentira sûrement un peu certaines actions. La démocratie est un système de promesses, il serait trop tôt pour se prononcer ».  L'euroscepticisme ne serait qu'une passade de nos politiques ? Mystère… Mais en tout cas, cela n'arrêtera pas de si tôt l'enthousiasme et le dynamisme de Bretagne-Pologne !

Photo: Michel Dorin, Président de Bretagne Pologne et consul Honoraire de Pologne

Rozenn Morgat (lepetitjournal.com/Varsovie) - Lundi 7 décembre 2015

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale