Vendredi 5 juin 2020
  Ne manquez plus les
dernieres nouvelles
S'abonner

OSE – Quand une PME française s’implante en Pologne

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 28/11/2016 à 23:00 | Mis à jour le 28/11/2016 à 09:45

Mais qu'est-ce qui fait courir les investisseurs français en Pologne? La réponse la plus fréquente tient en un duo simplificateur mais non moins réel: coût du travail attractif, main-d'?uvre diplômée et bien formée. Toutefois, cet état de chose ne se vérifie pas dans tous les secteurs d'activité et ce serait oublier la valeur ajoutée du savoir-faire français. La PME « Ose », installée depuis cinq mois à Cracovie, en est une parfaite illustration. Nous avons rencontré son dirigeant, Olivier Seyeux, qui nous explique comment l'expertise française laisse encore présager de beaux jours en Pologne.  

Créée il y a trente ans, Ose est une société de 120 personnes, basée près d'Angers, qui conçoit, réalise et installe des équipements de production (tels que des machines d'assemblages) destinés à des industries de pointe (automobile, électronique, aéronautique, santé) et assurent le service après-vente et la formation des utilisateurs. Livrant plus de 13 pays avec 19 millions de chiffre d'affaires, Ose vient d'ouvrir un centre de service à Cracovie (le second à l'étranger après le Royaume Uni) qui aura pour ambition d'accompagner le déploiement des équipements sur l'ensemble de la région des pays d'Europe centrale et de l'Est.

LPJ : Pourquoi vous implanter hors de France et en Pologne ?
OS : Je pense que notre domaine d'activité fait partie des fleurons de l'industrie française. La France offre une formation d'excellence à ses ingénieurs et un savoir-faire dans le domaine de l'efficacité industrielle internationalement reconnu qui se développe depuis une trentaine d'années. C'est d'ailleurs pour cela que depuis 10 ou 15 ans, Ose se développe à l'étranger. Notre centre de décision est en France mais les lieux de destination sont l'Europe centrale (Allemagne, Pologne, République Tchèque, Slovaquie), la Chine, les Etats-Unis et le Mexique. Par ailleurs, bien qu'une concurrence (principalement étrangère) soit présente dans notre secteur d'activité en Pologne, peu de sociétés de notre taille sont capables aujourd'hui de fournir une offre aussi globale, sur des projets allant jusqu'à 6 millions d'?, auprès de clients internationaux avec une implantation étrangère multiple.

Notre intention aujourd'hui est de nous rapprocher de nos clients d'Europe centrale et de l'Est en envisageant la Pologne comme une tête de pont vers ces pays. L'objectif n'est pas de produire dans cette partie de l'Europe mais d'être l'accélérateur du business local et de pouvoir apporter tout le service post installation à nos clients à proximité de chez eux. 

Pourquoi avoir choisi la Pologne et plus précisément Cracovie ?
Il y a d'abord une raison d'ordre pratique : au-delà du fait que Cracovie dispose d'un potentiel de formation parfaitement adapté à nos besoins c'est dans la que se trouve un de nos principaux clients, cette zone étant très dense en industrie. Mais ce choix est aussi motivé par une appétence personnelle. Je connais bien les pays d'Europe centrale et suis sensible à la francophonie des Polonais, voire souvent, la francophilie, ce qui facilite les échanges (contrairement à la République Tchèque par exemple, où nous sommes également présents mais qui est de sensibilité plus germanique). Je trouve que nos deux cultures sont relativement proches. 

Voyez-vous en Pologne des avantages liés au coût du travail ou à la fiscalité, par exemple ?
Le but de notre installation n'est pas de trouver une meilleure rentabilité qu'en France par une fiscalité plus avantageuse ou le coût du travail local? Il se trouve que ce dernier sera pour nous équivalent en Pologne ; un ingénieur spécialisé polonais aura le même coût pour l'entreprise qu'un français car nous devons y ajouter un budget lié aux formations qui seront essentielles pour accéder au niveau d'autonomie requis dans ce métier? 

Justement, qu'en est-il des compétences dont vous avez besoin en Pologne ? Est-il simple de les trouver ?
Non, le recrutement de ce point de vue s'avère assez compliqué? La formation qui existe dans les écoles d'ingénieur en Pologne aujourd'hui ne répond pas réellement aux standards que nous requérons. En France, nous avons l'habitude d'avoir des ingénieurs pluridisciplinaires ce qui n'est pas le cas ici. Et de façon générale, nous remarquons que la culture du travail n'est pas la même dans les deux pays. La gestion du temps et l'organisation sont différentes, par exemple. Il est difficile de faire valoir notre vision du métier et ce sera un vrai exercice managérial que d'arriver à plus de rigueur, d'autonomie et de sens des responsabilités. Mais chacun fera un bout du chemin ! 

Voyez-vous de réelles opportunités de croissance en Pologne eu égard à la politique protectionniste  actuelle?
Je m'apprête à installer une activité au Royaume-Uni et ai vendu il y a 3 semaines un contrat aux Etats-Unis? Je pense que si on s'arrête à ce genre de choses, on peut aussi imaginer quitter la France? ! 

Quels sont vos objectifs en termes de ressources et de chiffre d'affaires ? 
L'un et l'autre demeurent assez difficiles à estimer à ce stade. Nous appartenons à un secteur industriel très mouvant (le secteur automobile est en complète mutation et nous sommes très lié à lui ? il représente 40% de notre CA). On aurait pu estimer il y a quelques mois encore nos ressources à une dizaine de personnes mais on peut aujourd'hui envisager que ce chiffre monte à 20 30 ou 50 eu égard à l'explosion de la demande qui se profile en 2017? En termes de CA, je pense qu'il peut très rapidement monter à 3 millions d'?. 

 

Laura Giarratana (lepetitjournal.com/Varsovie) - Mardi 29 novembre 2016

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

TOURISME

Les chèques vacances de 1000 zlotys remis en question

Début mai, le gouvernement avait annoncé que tous les Polonais salariés gagnant moins que le salaire moyen allaient recevoir des chèques vacances de 1000 PLN (230 euros). Qu’en est-il aujourd’hui ?

Expat Mag

New York Appercu
Black lives Matter

#blacklivesmatter : les New-Yorkais protestent pacifiquement

Les protestations contre les violences policières et le racisme ont continué cette semaine aux États-Unis après le meurtre de George Floyd commis par un officier de police.

Sur le même sujet